Auteur Commentaire
Pinkytong Je souhaite apporter une réponse à Mr Walter Paisley pour sa critique du film Amazonia l'esclave blonde de Mario Garazzio en étant " un peu plus nuancé ". Ce film est certes une mine d'or des erreurs à ne pas commettre, tant sur le plan scénaristique, que le jeu d'acteur, les effets spéciaux, les maquillages, et même la réalisation ! Mais n'oublions pas qu'il date de 1978 et qu'il fut interdit en salle aux moins de 18 ans... certains dessins animés actuels sont bien plus "effrayants". Pourquoi ne pas rire devant ces indigènes aux ongles bien coupés aux corps huilés et dénués de poils disgracieux, on a voulu nous montrer un peu d'esthétisme de l'époque dans un monde de brute filmé avec les moyens de l'époque". Il y a tout de même un joli petit suspense lorsque Adari est jetée au fleuve dans une barque... l'impuissance de Catherine face au destin représenté par le fleuve qui coule... certes c'est super cucul et mal filmé mais c'est là... Vous n'avez pas non plus mentionné le fait que suite à l'attaque des indiens fantômes... Umukai rentre au village sans la tête de l'adversaire qu'il vient de vaincre... ni les préparations / paiement grossières et sans finesse tel l'attachement de Catherine à la vie lorsqu'elle se remémore les paroles de son père avant qu'il ne meure... J'ai tout de même apprécié le sentiment de domination Chef / Umukai, Umukai / Chef, Homme / Femme, femme moderne / homme primitif où tout se fait en silence et avec un regard et une gestuelle, ce qui nous change des dialogues lourds et omniprésents mais pourtant nécessaires pour la compréhension de l'histoire. Une autre idée que je trouve pertinente est d'avoir fait jouer de la flûte au personnage de Catherine, ça relance le rythme et la "profondeur" de l'histoire et les airs de flûte du film sont à peu près les seules musiques qui nous procurent une émotion presque véritable. Le fait également que Catherine ait des bases de médecine à la Christian Clavier dans les Bronzés font du ski (d'ailleurs on pourrait se demander si ils n'ont pas été pêché ça dans ce film !) permet d'aider Catherine à accéder au rang de femme de la tribu. On reste également sur notre faim lors de la caricature de plaidoirie, essayant de sensibiliser les jurés de sexe féminin ainsi que le spectateur et qui aboutit sur une "aliénation mentale temporaire" qui arrange tout le monde et la cerise sur le gâteau revient à la Happy new life expliquée et imagée... Pourquoi ce film a t il été interdit en salle aux moins de 18 ans à l'époque ? Pourquoi est-ce que maintenant il est seulement interdit aux moins de 16 ans ? La jeunesse actuelle arriverait elle à reconnaître un film marrant d'un véritable film insoutenable ? Je pense que ce film a dû, comme la plupart des films, être écrit avec une envie de plaire à un maximum d'attentes et malheureusement, c'est un Nanard de bas étages ! Mais comme tous les dégoûts sont dans la nature... il existe des amateurs, ou des étudiants en Nanards et quelle joie pour eux de pouvoir bénéficier d'un tel chef d'oeuvre ! J\'adhère tout à fait à l'analyse de monsieur Paisley mais c'est justement pour ces raisons que je conseille cet "excellent" film qui est une mine d'inspiration et de travail pour se surpasser à faire beaucoup mieux...
Commentaire : jeu. 02-04-09