Auteur Commentaire
Flint Vu hier soir, l'oeuvre de Serrador amène sans conteste à la réflexion. Si les images d'archives du début, à la fois tristes et terrifiantes, servent à appuyer le propos du film : la vengeance des enfants sur les adultes ; on peut également avoir une vision globale du film plus pessimiste encore. En cela, je pense qu'il ne faut pas se laisser "endormir" par le titre français, pas si évocateur que cela, et ne pas voir à travers ces enfants un simple désir de révolte. Dans la mesure où je crois, contrairement à Rousseau, que l'homme est naturellement mauvais, il y a matière à penser que les enfants meurtriers, d'une extrême cruauté, ont pris le relais des adultes car ils prennent du plaisir dans leurs exactions. L'Histoire le prouve, et Serrador nous le rappelle de façon très efficace dans le teaser, l'être humain possède en lui une faculté innée à commettre le mal, que seules certaines barrières comme l'éducation, l'éthique, l'ordre et la loi l'empêchent de concrétiser. Il suffit pourtant de peu de choses pour que ces barrières tombent, et que le chaos vienne mettre en pièces les fondements de la société. Les gosses qui ont pris le pouvoir sur cette île vivent en parfaite autarcie. Ils sont conscients de leurs actes, sont froidement lucides. La barrière enfant / adulte n'existe plus, il n'y a que des êtres humains, qui n'ont d'ailleurs "d'humain" que le nom. Serrador a réalisé une oeuvre qui fait froid dans le dos, et demeure parfaitement d'actualité, trente ans plus tard.
Commentaire : mer. 01-04-09