Requiem Pour Un Espion - 1971

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Giallo / Thriller / Krimi
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16010
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Jeu Juil 04, 2013 8:49 am    Sujet du message: Requiem Pour Un Espion - 1971 Répondre en citant



Requiem Pour Un Espion - 1971
(The Groundstar Conspiracy)

Origine : Etats-Unis / Canada
Genre : Thriller / Espionnage / Science-fiction

Réalisé par Lamont Johnson
Avec Michael Sarrazin, George Peppard, Christine Belford...



Une série d'explosions anéantit le centre spatial de Groundstar. L'ordinateur central est détruit, six savants tués. Le septième, John Welles, est grièvement blessé. Les gardiens de la centrale découvrent sur lui une bande magnétique que l'on disait disparue. John est soupçonné d'être l'auteur du sabotage. Le chef des services secrets veut découvrir pour qui travaille Welles...



Houlà, dire que j'ai fantasmer ce film durant 35 ans, frustré de n'avoir jamais pu le voir à la télé gamin, avec son carré blanc et sa putain de mauvaise critique dans Télé 7 jours.
Bon le résultat est inégal pour ne pas dire mauvais. Le scénario, basé sur le roman de Leslie P. Davies est complètement réduit à l'écran et fonctionne par passerelles. La fin, censée surprendre, donne le sentiment de s'être bien fait niquer, avec ce visage ensanglanté présent au générique du début (quant à lui assez réussi, tout en posant d'emblée les bases du film sans perdre de temps).



Que dire sinon des acteurs, assez caricaturaux et peu convaincants ? Que dire d'un George Peppard qui fait lobotomiser un type avant de se justifier ainsi : "Quand mon pays, les Etats-Unis est danger, tout est justifié !". Bon, faut dire qu'on a assez tôt fait de découvrir seul le pot-aux-roses et que les révélations finales, bien que lourdées à la-va-vite, ne surprennent pas plus que ça.

Quant à Michael Sarrazin, il a dû se mordre le noeud toute sa vie de n'avoir accepté le rôle qui échoiera à John Voight pour "Macadam Cow-boy". Il est ici assez pâle, quoiqu'il dégage une certaine fragilité, quasi-féminine, qui doit plaire aux Eric Draven et cie. M'enfin, tout ceci se regarde grâce au charme des décors et à quelques trouvailles visuelles mais pas plus.



Un peu meilleur (patine aidant, bien que celle-ci est aussi parfois un bon handicap, certains effets paraissant bien ringards et dans l'air du temps) que "Le guerrier de l'espace" que tournera Lamont Johnson en 1983 avec Peter Strauss-Kahn.


_________________


Dernière édition par mallox le Ven Mai 11, 2018 8:18 am; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
The Omega Man
99 % irradié
99 % irradié


Inscrit le: 25 Juil 2006
Messages: 1127
Localisation: Belgique

MessagePosté le: Dim Juil 07, 2013 9:26 am    Sujet du message: Répondre en citant

Contrairement à Mallox j'avais vu le film à l'époque et j'en avais gardé un bon souvenir, récemment j'ai put le revoir et franchement je ne serai pas aussi négatif. Nous ne somme pas encore dans le réalisme chère à John LeCarré, production hollywoodienne oblige, mais le film de Lamont Johnson laisse de côté le film d’action pour un thriller psychologique ou tous les coups tordus sont de mise. Le choix de George Peppard (pas encore mondialement connu grâce à « L’Agence tout risque ») dans le rôle de Tuxan s’avère en fin de compte une excellente idée, son jeu minimaliste voir artificielle, s’accordant parfaitement aux actions parfois répréhensible de son personnage. En opposition avec le canadien Michael Sarrazin (acteur des années 70 qui semble oublié aujourd’hui !) dont le visage de poupon en font la victime idéale (et consentante ?) et permet au spectateur une identification.
Réalisé il y a quarante ans le film de Johnson pourrait très bien se dérouler à notre époque, car il soulève via l’espionnage industriel des thèmes malheureusement encore d’actualité, notamment le terrorisme, son infiltration et son éradication. Dans ce cas les autorités (représenté par le personnage de Tuxan) décident d’employer une méthode inattendue et peu conventionnelle.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16010
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Dim Juil 07, 2013 1:02 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Michael Sarrazin (acteur des années 70 qui semble oublié aujourd’hui !)


Il est décédé il y a deux ans dans l'indifférence quasi générale. frank_PDT_08

Citation:
Réalisé il y a quarante ans le film de Johnson pourrait très bien se dérouler à notre époque, car il soulève via l’espionnage industriel des thèmes malheureusement encore d’actualité, notamment le terrorisme, son infiltration et son éradication. Dans ce cas les autorités (représenté par le personnage de Tuxan) décident d’employer une méthode inattendue et peu conventionnelle.


Ouais, enfin ça, on le doit surtout au roman de Leslie P. Davies, et à la limite, "Project X" de William Castle, basé sur un bouquin du même auteur, soulevait déjà les mêmes questions.
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Giallo / Thriller / Krimi Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com Charcoal2 Theme © Zarron Media