[M] [Critique] Isabelle Duchesse du Diable

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Aventure / Péplum / Cape et épée
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
flint
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 13 Mar 2007
Messages: 8456
Localisation: cusset-plage

MessagePosté le: Ven Sep 19, 2008 5:10 pm    Sujet du message: [M] [Critique] Isabelle Duchesse du Diable Répondre en citant



Isabelle Duchesse du Diable – 1969
(Isabella duchessa dei diavoli)

Origine : Italie
Genre : aventures

Réalisé par Bruno Corbucci
Avec Brigitte Skay, Mimmo Palmara, Fred Williams, Elina De Witt, Sal Borgese, Mario Novelli, Renato Baldini

Autre titre : Isabella, the Gypsy Duchess, Ms Stiletto



Nous sommes au début du XVIIème Siècle, peu de temps après l’assassinat du Roi Henri IV. La France vit une époque de troubles politiques et religieux. Le jeune Louis XIII est encore un enfant ; c’est donc sa mère, Marie de Médicis, qui assure la régence. Parmi les personnalités puissantes et méprisables que compte le royaume, le Baron Eric Von Nutter est de loin la plus dangereuse. Militaire aguerri, l’homme est aussi un conspirateur de premier ordre qui cherche à s’emparer des terres du Duc de Frissac. Une nuit, aidée de ses troupes, et de Mayer et Gunther, ses fidèles lieutenants, il s’introduit dans les quartiers de la famille De Frissac, sommant son rival de signer un acte de cession du Duché. Ce dernier refusant, Von Nutter le tue, étrangle sa femme et fait massacrer tous les occupants du château. Aucun témoin ne doit survivre. Il en restera pourtant deux : Mélicourt, un serviteur, et Isabella, la fille de Jean et Geneviève De Frissac, qui a assisté au meurtre de ses parents, cachée sous un lit.
Mélicourt conduit la fillette jusqu’à une troupe de bohémiens dont il est issu. Les romanichels vont l’adopter, et la considérer comme l’une des leurs, tout en la protégeant.
Les années passent, Isabelle est devenue une belle jeune femme, experte dans le maniement des armes. Ignorant tout de ses origines, un événement inattendu va lui apprendre sa noble lignée et le destin tragique advenu à ses parents. Dès lors, Isabelle va être obsédée par la vengeance, et son désir de tuer Von Nutter va passer avant l’amour que lui porte le dévoué Gilbert de Villancourt.



« Isabelle Duchesse du Diable » est l’adaptation fidèle d’un fumetti créé par Sandro Angiolini en 1966, et qui fut d’ailleurs le premier fumetti érotique. Le dessinateur s’était inspiré du personnage d’Angélique de Sancé de Monteloup, ou plus communément Angélique Marquise des Anges, imaginé par Anne et Serge Golon, et dont les premières aventures furent publiées en 1957. Le personnage d’Angélique sera adapté en cinéma en 1964, et connaîtra quatre suites jusqu’en 1967. Si le personnage d’Angélique a longtemps collé à la peau de Michèle Mercier, nul doute que celui d’Isabelle restera à jamais le rôle essentiel dans la carrière de Brigitte Skay. Cantonnée à de furtives apparitions à l’écran, dont la plus mémorable demeure celle de « La Baie Sanglante », la belle Allemande campe ici une héroïne digne de la bande dessinée. Ceci grâce à Bruno Corbucci, frère cadet de Sergio Corbucci, et considéré (le plus souvent à juste titre) comme le cancre de la famille. En effet, si l’aîné a prouvé, notamment dans le western, qu’il fut un réalisateur talentueux, on ne peut en dire autant de Bruno (également scénariste de renom), à qui l’on doit un sous-peplum inspiré du « Caligula » de Tinto Brass : « Messaline Impératrice et Putain », ainsi que toute une flopée de comédies policières labellisées « Squadra », et interprétées par un Tomas Milian en roue libre.





Mais « Isabelle Duchesse du Diable », au titre si proche du premier volet de la série des Angélique, fait exception à la règle. Le film est une totale réussite, intégrant dans un équilibre harmonieux action, suspense et romantisme. Mais à la différence des œuvres de Bernard Borderie, le long métrage de Corbucci intègre un érotisme plus explicite et particulièrement osé pour l’époque, et quelques scènes de tortures efficaces, sans oublier une décapitation dans un final de haute volée. On n’oubliera pas de sitôt la tentative de meurtre d’une intrigante à la solde de Von Nutter sur la personne d’Isabelle, lors d’une scène de saphisme assez chaude dans un bain qui l’est tout autant. Ni le banquet au cours duquel l’une des favorites du maître des lieux doit faire perdre ses moyens à un serviteur noir bien bâti, suite à un pari. Et encore moins le passage où Nadia, la maîtresse de Von Nutter, enduit le corps d’Isabelle avec un onguent aphrodisiaque. Mais les combats sont également nombreux, et fort bien exécutés. Duels à l’épée, escarmouches et bastons diverses se succèdent à un rythme effréné, autant que les coups de théâtre. Le rythme est de ce fait très dynamique, mis en valeur de surcroît par les envolées tziganes du compositeur Sante Maria Romitelli, à qui l’on doit aussi la partition de « Une Hache pour la Lune de Miel ».



Aux côtés de Brigitte Skay, les fans de Jess Franco reconnaîtront Fred Williams, qui écumera au début des années 70 les productions du cinéaste espagnol (« Les Nuits de Dracula », ‘The Devil came from Akasava, « She killed in Ecstasy »). Sal Borgese, figure incontournable du polar italien, est également présent, ainsi que quelques anciennes pointures du peplum : Mimmo Palmara, et Mario Novelli, ce dernier ayant eu aussi un premier rôle dans le « Destination Planète Hydra » de Pietro Francisci.
En résumé, « Isabelle Duchesse du Diable » est non seulement une très bonne surprise, mais peut-être aussi le meilleur film de Bruno Corbucci, et une excellente transposition d’une bande-dessinée, tout comme le « Danger Diabolik » de Mario Bava. Tout juste remarquera-t-on quelques libertés avec la vérité historique, notamment la référence à la Confédération Germanique qui, en réalité, ne verra le jour que deux siècles plus tard.
Mais ne faisons pas la fine bouche, cette Isabelle vaut largement le détour ; elle est l’alter ego idéal à Angélique en matière de cinéma de genre, l’alternative à tous ceux qui auraient rêvé de voir Michèle Mercier dans des situations… disons plus osées. Apparemment, Bruno Corbucci en rêvait aussi, et il a brillamment matérialisé son souhait. Notons qu’en cette même année 1969, Ruggero Deodato réalisera un « Zenabel » (avec Lucretia Love) également fort sympathique, et inspiré lui aussi du fumetti de Sandro Angiolini.

Note : 8,5/10
Accroche : Brigitte Skay porte bien le cuir
























(et merci à Valor pour les visuels) icon_wink


Dernière édition par flint le Mar Déc 09, 2008 10:39 am; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Valor
Psycho-cop
Psycho-cop


Inscrit le: 22 Fév 2007
Messages: 5143
Localisation: Vanves

MessagePosté le: Ven Sep 19, 2008 6:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant



Scan piqué à Throma ! new_diable


Dernière édition par Valor le Mar Mar 04, 2014 5:00 pm; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Throma
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 25 Nov 2004
Messages: 3395
Localisation: Masse à chaussettes

MessagePosté le: Ven Sep 19, 2008 7:31 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Margoulin war

Je vais plomber l'ambiance peut-être mais je ne l'ai pas très bien digéré cette Isabelle là pour ma part.
J'en attendais beaucoup (pensez-vous : de l'Elvifrance live !), et je suis resté sur ma faim au final.
Contrairement à ton avis, flint, je trouve que l'action (seulement concentrée dans le dernier quart d'heure) et l'érotisme (trop de romance médiévalo-prout prout) y sont mal dosés, laissant le duc entre 2 skay.
J'émettrais d'ailleurs à ce propos un parallèle avec un "Captain Kronos"...rien à voir si ce n'est la fusion du cape et d'épée avec un autre genre moribond (l'érotisme pour Isabelle ; l'horreur avec Kronos). Deux films qui ont ça en commun de ne pas avoir su tenir toutes leurs promesses à mes yeux.
_________________
http://www.vhs-survivors.com/myvhs.php?alias=Throma
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
flint
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 13 Mar 2007
Messages: 8456
Localisation: cusset-plage

MessagePosté le: Ven Sep 19, 2008 8:57 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Throma a écrit:


J'en attendais beaucoup (pensez-vous : de l'Elvifrance live !)




Eh bien moi, mon grand regret, c'est que "Maghella" n'ait jamais été transposé à l'écran. Un de mes grands rêves !




Mais qui aurait pu tenir le rôle ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Aventure / Péplum / Cape et épée Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com Charcoal2 Theme © Zarron Media