Blaq Out (Divers)
Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Dvd
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Valor
Psycho-cop
Psycho-cop


Inscrit le: 22 Fév 2007
Messages: 5331
Localisation: Vanves

MessagePosté le: Mer Oct 28, 2009 9:01 pm    Sujet du message: Blaq Out (Divers) Répondre en citant



"Quand l'embryon part braconner" avait fait parler de lui il y a deux ans, lors de sa sortie française (plus de 40 ans après sa réalisation !), en écopant d'une interdiction aux moins de 18 ans !

L'éditeur Blaq Out nous propose de (re) découvrir ce chef-d'œuvre glauque et cruel ainsi que trois autres films parmi la centaine que Koji Wakamatsu a à son actif :


- "Les secrets derrière le mur" (nouveau titre de "L'amour derrière les murs")

- "Les anges violés"

- "Va va vierge pour la deuxième fois" (nouveau titre de "Vierge violée cherche étudiant révolté")


A noter qu'il s'agit du volume 1 de la collection Koji Wakamatsu : Blaq Out devrait éditer une dizaine d'autres titres courant 2010.

Son dernier film, "United Red Army" fera l'objet d'une édition double DVD le 17 novembre.



COFFRET KOJI WAKAMATSU VOL.1 (4 DVD)

Editeur : Blaq Out (France)

Format image : 2.35:1 - Ecran 16/9 compatible 4/3

Noir et blanc & Couleur

Langues : Version originale japonaise en Mono - Sous-titres : français

Durée des films : 76 mn / 73 mn / 57mn / 66 mn

Bonus :

- Préfaces de Jean-Pierre Bouyxou (Va va vierge pour la deuxième fois), Lucile Hadzihalilovic (Quand l'embryon part braconner), Damien Odoul (Les Secrets derrière le mur) et Marina de Van (Les Anges violés).

* Sortie le 06 octobre 2009

Prix conseillé : 45 euros




Les Secrets derrière le mur (1965)
Titre original : Kabe no naka no himegoto



Synopsis :

Japon, années 60. Dans une cité-dortoir environnée de béton, un jeune étudiant introverti épie à la longue-vue ses voisins : une femme au foyer qui trompe son mari avec un ancien militant communiste déçu par l’échec de la révolution, une femme célibataire qui fait délibérément tomber son linge sur le balcon de ses voisins pour nouer contact, sa propre sœur dont il traque les moindres faits et gestes…

B.A




Quand l'embryon part braconner (1966)
Titre original : Taiji ga mitsuryô suru toki



Synopsis :

Après un flirt poussé, Yuka accepte de monter dans l'appartement de Sadao, son employeur. Celui-ci la drogue à son insu, l'attache, la fouette, l'insulte et finit par lui raconter la dispute qu'il a eue avec sa femme insoumise et aujourd'hui défunte. Lorsque Yuka se réveille et découvre les marques qui recouvrent son corps, elle rentre dans une rage folle. Sadao tente d'abord de la raisonner, puis, incapable de résister à ses pulsions sadiques, il reprend ses sévices sur la jeune femme. Mais l'« esclave » va peu à peu se rebeller…

B.A




Les Anges violés (1967)
Titre original : Okasareta hakui



Synopsis :

Des infirmières invitent, dans leur dortoir, un inconnu à observer par le trou d’une paroi les ébats de deux d'entre elles. Cette relation charnelle intrigue la plupart des femmes qui se précipitent derrière la paroi pour assister au « spectacle ». Mais l'homme se révolte contre sa situation de voyeur et sort de son impuissance en exécutant froidement l'une des femmes en pleine action…

Extrait




Va va vierge pour la deuxième fois (1969)
Titre original : Yuke yuke nidome no shojo



Synopsis :

Une jeune fille est violée sur le toit d'un immeuble par une bande de voyous, sous les yeux d’un jeune homme resté à l’écart, qui semble impuissant… Le lendemain matin, elle se retrouve seule avec le jeune homme, resté à ses côtés, et découvre qu’il a lui aussi été victime de brimades. Tous deux se lient d’amitié et se rejoignent dans leur envie d’en finir avec une vie qui n’est que désespoir et humiliations…

B.A




Koji WAKAMATSU




"Un temps yakuza, Koji Wakamatsu devient cinéaste après avoir purgé une peine de prison, en jurant de faire du cinéma une arme politique pour dénoncer les abus du pouvoir. En 1959, il entame ainsi une carrière à la télévision avant de réaliser quatre ans plus tard ses premiers films pour le cinéma. Il est alors libre de filmer ce que bon lui semble à condition d’y injecter un maximum de scènes de sexe et de violence. C’est donc par stratégie qu’il mène une carrière remarquée dans le cinéma pink, dans le but de réaliser les films auxquels il tient. Mais il s’aperçoit que l’érotisme est nécessaire au développement de son discours politique et que ce qui n’était au départ qu’une obligation est devenu une nécessité. En 1965, il fonde sa propre maison de production, Wakamatsu Production, et réalise Les secrets derrière le mur qui provoque l’indignation quasi générale, et surtout un incident diplomatique entre le Japon et l’Allemagne, en étant sélectionné au Festival de Berlin cette année-là. Sa caméra devient une arme politique offensive dénonçant les travers d’un gouvernement hypocrite et il s’impose surtout en tant que porte-parole d’une jeunesse en proie à une forte crise identitaire, comme en témoigne Va va vierge pour la deuxième fois (1967) ou encore Sex Jack (1970). Ses films, le plus souvent co-écrits avec Masao Adachi et tournés de manière frénétique (il en réalise une dizaine par an), d’apparence simpliste dans leur mise en scène dépouillée qui rappelle celle de Jean-Luc Godard, mais dont les excès de sexe et de brutalité ramènent au cinéma d’exploitation, sont de virulents manifestes anarchistes qui font encore aujourd’hui grincer des dents les autorités nipponnes et qui lui valent d’être toujours interdit sur les sols américain, russe et chinois. En 1971, Wakamatsu obtient la reconnaissance internationale à la Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes, avec Les anges violés (1967) et Sex Jack, et ralentit en même temps son rythme de production. Cinq ans plus tard, il rejoint Nagisa Oshima qui fait appel à lui pour L’Empire des sens, dont il assure la production exécutive. Son dernier film, United Red Army, a été sélectionné et récompensé au Festival de Berlin 2008 et continue de parcourir les festivals internationaux les plus prestigieux."




Site de l'éditeur :



Dernière édition par Valor le Mer Nov 18, 2009 6:09 pm; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16040
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Mer Oct 28, 2009 10:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Waouh ! ça c'est de la News ! enaccord8

Je la mets en ligne demain et contacte l'éditeur ensuite. Merci valor, t'es un chef ! icon_cool
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16040
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Mer Nov 11, 2009 7:21 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ok, nouvelle mise à jour faite sur la News.

On va recevoir les 4 dvd du coffret. Quelqu'un est partant ?
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Valor
Psycho-cop
Psycho-cop


Inscrit le: 22 Fév 2007
Messages: 5331
Localisation: Vanves

MessagePosté le: Jeu Nov 19, 2009 1:59 am    Sujet du message: Répondre en citant

Le double DVD collector de United Red Army, est disponible depuis mardi !



Le film :

UNITED RED ARMY (JITSUROKU RENGO SEKIGUN: ASAMA SANSO E NO MICHI )

De Koji Wakamatsu

Avec Maki Sakai, Akie Namiki, Go Jibiki, Arata

Interdit aux moins de 12 ans
Année de production : 2008
Sortie salles France : 06/05/2009
Durée : 3h10mn
Pays : Japon

Festival(s) : Prix CICAE au Festival du Film de Berlin 2008, Festival du Film de Jeonju 2008, Festival du Film de Buenos Aires 2008, Festival de Londres 2008, Festival du Film de Turin 2008, Festival du Film de Los Angeles 2009, Festival du Film de Melbourne 2009, Festival du Film de Helsinki 2009, Festival du Film de Thessalonique 2009




Synopsis:
Au début des années 1970 au Japon, au faîte de la contestation étudiante et de la violente répression qui s’en suit, un groupuscule d’extrême-gauche prônant la lutte armée voit le jour : l’Armée Rouge Unifiée, avec à sa tête un commandement bicéphale assumé par l’impitoyable Tsuneo Mori et la vénéneuse Hiroko Nagata. Entrés dans la clandestinité, les membres de l’Armée Rouge Unifiée trouvent refuge dans la montagne où ils reçoivent un entraînement militaire pour devenir des révolutionnaires exemplaires. Mais au fil du temps, la discipline de fer se transforme lentement en régime de terreur…


Le DVD :



UNITED RED ARMY (JITSUROKU RENGO SEKIGUN: ASAMA SANSO E NO MICHI )

2 DVD 9 - PAL - Zone 2

Editeur : Blaq Out (France)

Format image : 1:85 - Ecran 16/9 compatible 4/3

Noir et blanc & Couleur

Langues : Version originale en japonais en Dolby Stéréo 2.0 - Sous-titres : français

Durée : 190 mn

Bonus :

- Making Of (1h06)
- Entretien avec Koji Wakamatsu (6 mn)
- "De la contestation à la lutte armée" : entretien avec Michaël Prazan, journaliste et spécialiste de l’Armée Rouge Japonaise, et Isabelle Sommier, directrice du Centre de Recherches Politiques de la Sorbonne et spécialiste des mouvements révolutionnaires
- Bande-annonce française
- Bande-annonce japonaise
+ Livret de 44 pages

* Disponible depuis le 17 novembre 2009

Site de l'éditeur :





Projection de UNITED RED ARMY le 4 décembre à Paris

A l'occasion de la sortie du DVD et de la présence exceptionnelle de Koji Wakamatsu à Paris début décembre, United Red Army fera l'objet d'une projection spéciale le vendredi 4 décembre à 20 heures à Paris à la Filmothèque du Quartier Latin (9 rue Champollion, Paris 5), suivie d'un débat avec le cinéaste.

Film coup de poing sur la radicalisation des mouvements étudiants à la fin des années 60 au Japon, dans un contexte mondial social et politique troublé, United Red Army a été présenté et récompensé aux festivals de Berlin, Tokyo, Londres, Turin, Los Angeles, Melbourne ou encore Thessalonique. Film magistral, captivant et étourdissant, qui fait l'effet d'une gifle. La musique électrisante et psychédélique est signée Jim O'Rourke (Sonic Youth).

Pour savoir où le film est projeté, n'hésitez pas à consulter le site internet dédié, www.united-red-army.com, pour toutes les informations et les horaires. Vous pouvez également rejoindre la page Facebook du film pour être tenus au courant en temps réel !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16040
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Jeu Nov 26, 2009 8:06 am    Sujet du message: Répondre en citant

Polissons & Galipettes [Deconstructed] en dvd

Il s'agit d'un remix visuel et musical du film "Polissons et Galipettes" de Michel Reilhac. Le dvd sera disponible en avant-première le 8 décembre prochain chez l'éditeur Blaq Out...

POLISSONS ET GALIPETTES de Michel Reilhac, souvenez-vous, composition fraîche et impertinente de douze courts-métrages libertins du début du siècle dernier. Véritables petites curiosités du patrimoine cinématographique, ces films étaient projetés à l'époque dans les salles d'attente des maisons closes. Une anthologie débridée présentée au Festival de Cannes en 2002 à la Quinzaine des Réalisateurs.



Plus précisément, plus qu'un remix, POLISSONS & GALIPETTES [DECONSTRUCTED] est une nouvelle oeuvre originale, composée de douze vidéos déconstruites par l'artiste multimédia Cécile Babiole, avec la complicité de Michel Reilhac, et mis en musique par le duo de DJ finlandais Renaissance Man (Savoir Faire) qui a composé spécialement pour l'occasion des musiques originales.
C'est en effet en réponse au cloisonnement et au formatage industriel du XXIème siècle imposés à la pornographie que l'idée est venue de "contemporanéiser" Polissons et Galipettes et de combattre les préjugés : le sexe sera ainsi gai, libre, tendre, égalitaire, personnel
et universel tout à la fois !

Si Cécile Babiole s'est attelée à la déconstruction en maniant autour et dans les images, humour et malice, les artistes de Renaissance Man, issus pour l'un de l'architecture, et pour l'autre des arts graphiques, ont quant à eux composé une musique originale en mélangeant les instruments, les sons et les textures, en fonction du ressenti qu'ils avaient de chaque vidéo, tout en puisant les origines de leurs sonorités d'une matière parfois très inattendue (opéra, incantations, youtube), privilégiant mysticisme et amateurisme (celui-là même qui contribuait à la fraîcheur
"années folles" du Polissons et Galipettes d'origine).
Au final, c'est une oeuvre transversale qui marque la symbiose ludique et orgasmique du cinéma, des arts numériques et de la musique électronique : douze films tour à tour drôles et sensuels, mis en musique de façon surprenante et entraînante, qui sont autant de préliminaires malicieux, de caresses enivrantes, de coïts endiablés, d'hallucinations extatiques, sur fond de chœurs d'opéra sous acide, de rythmiques hip hop orgasmiques, ou encore d'électro ambient mystique !
Place aux années folles version 2009, à savourer dans l'intimité ou en société, sans modération !

L'édition DVD disponible en avant-première le 8 décembre, dans une édition limitée de prestige, comprend un film (54 minutes conçues dans la continuité), un accès par vidéo, 3 bonus cachés et 6 playlists (voir dossier de presse en attachement).

La soirée de lancement :

Une soirée de lancement très spéciale aura par ailleurs lieu à Paris au Social Club le 16 décembre, avec un line-up freakbeat, rock 'n roll et électrorgasmique à souhait : PlanningToRock, Renaissance Man, Jackson et Serge Bozon se relaieront ainsi aux platines pour une soirée éminemment débridée !
Si vous souhaitez venir à la partie "très spéciale" de cette soirée, n'hésitez pas à nous contacter !

De façon plus générale, retrouvez toutes les informations et la bande-annonce sur le site dédié : www.polissonsetgalipettes.com

Merci, pour finir, de noter que le premier volet avait été interdit aux moins de 18 lors de sa sortie en salles (mais pas classé X !).
Le programme original comme la version "deconstructed" sont donc réservés à des spectateurs avertis, certaines scènes pouvant heurter la sensibilité des âmes les plus sensibles...

LISTE ARTISTIQUE ET TECHNIQUE :

POLISSONS ET GALIPETTES [deconstructed]

De Cécile Babiole & Renaissance Man en collaboration avec Michel Reilhac
sur une idée de Michel Reilhac et Bich-Quân Tran

réalisation / déconstruction Cécile Babiole

musique originale Renaissance Man
(Martti Kalliala - Ville Haimala / Martti Kalliala - Ville Haimala)

d'après "Polissons et Galipettes" de Michel Reilhac
Direction artistique musicale : Emmanuel Barron et Arnaud Frisch pour Savoir-Faire
mixage : Jonas Verwijnen (Kaiku Studios - Berlin)
mastering Dubplates & Mastering - Berlin
montage post-production et mastering : Eric Pecher
produit par Bich-Quân Tran
une coproduction Blaq Out et Mélange
Production déléguée et exécutive Blaq Out



CARACTERISTIQUES DE L'EDITION DVD :

FILM : Edit Version (54 mn)
BONUS : video selection + 3 bonus tracks + 6 playlists
MULTIZONE / DVD 9 / NTSC / DUREE VIDEOS 1H06 / COULEUR

FORMAT IMAGE 1.33 : ECRAN 4/3
FORMAT SON : DOLBY STEREO 2.0

POLISSONS & GALIPETTES [DECONSTRUCTED] (EDIT VERSION)

Un programme de 12 vidéos, projetées comme un seul film -avec des transitions appropriées- d'une durée totale de 54 minutes, destinées à être projeté en salles ou dans le cadre de festivals
cinéma/musique/arts.

1. Beauty (3'53'')
2. Fellatio (5'50'')
3. Frenzy (1'09'')
4. Mosaïque (5'04'')
5. Caress (1'49'')
6. Massage (3'56'')
7. Buried Treasure (5'30'')
8. Metamorphosis (7'13'')
9. Ménage à trois (2'23'')
10. Ondulation (2'24'')
11. Quatuor (2'20'')
12. Reflection (9'40'')

BONUS TRACKS

1. Voyeur (1'15'')
2. Boudoir (7'10'')
3. Anamorphosis (6'31'')

PLAYLISTS

Le DVD comporte par ailleurs des playlists destinées à des usages et/ou ambiances différentes :
- All Audience (1, 4, 5, 8, 14) (25'09'') : s'adresse à un public, comme son nom l'indique, "tous
publics", en proposant les vidéos les moins explicites du programme
- La vie en rose (2, 4, 6, 8, 9, 12, 14) (41'16'') : il s'agit d'une playlist réunissant toutes les
vidéos colorisées du programme
- Abstract rework (4, 8, 10, 12, 14, 15) (38'02'') : vidéos abstraites du programme
- Orgasmix (2, 3, 4, 7, 12) (27'13'') : laissez-vous porter par les rythmiques clubbing de cette
playlist !
- Voodoo Lounge (3, 5, 6, 10, 12) (18'58'') : incantations, rituels, hypnose, transe sont les
maîtres mots de cette playlist
- Random Mix : lecture aléatoire de toutes les vidéos pour surprendre et se laisser surprendre...


* Sur le site de Blaq Out :



* La boutique Dissidenz :


_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16040
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Jeu Mar 18, 2010 8:09 am    Sujet du message: Répondre en citant

La chambre obscure en dvd

Le film de Marie Christine Questerbert, sortira le 7 avril prochain chez l'éditeur Blaq Out. Il s'agit d'une adaptation très libre d’une nouvelle du Décameron de Boccace.



La chambre obscure - 2000

Réalisé par Marie Christine Questerbert
Avec Caroline Ducey, Melvil Poupaud, Jackie Berroyer, Mathieu Demy, Sylvie Testud, Edith Scob...

LA CHAMBRE OBSCURE, sélectionné au Festival de Cannes en 2000 à la Quinzaine des Réalisateurs, est un premier long-métrage aussi exigeant qu’original : à l'instar du LANCELOT DU LAC de Robert Bresson, le film de Marie Christine Questerbert opte pour une stylisation décalée des décors et des costumes, à la façon des miniatures du Moyen Âge, qui confère au film une étonnante unité, lui donnant à la fois ce ton si léger et ce caractère résolument intemporel, que viennent renforcer les farces anachroniques et le cocasse des scènes.



Une balade féministe, courtoise, frondeuse, poétique et délicieuse, emportée par un casting prestigieux et malicieux.

Bref, un petit bijou à (re)découvrir absolument !




Le dvd :

Editeur : Blaq Out / Dissidenz

Multizone

Format image : 1:66
Format son : Dolby Digital 2.0

Sous-titres : Anglais


# Bonus :
- une préface de Hervé Joubert-Laurencin.


* Sortie le 7 avril 2010


- Sur le site de l'éditeur :



Mouais, suis pas convaincu. On devrait pourtant en recevoir le dvd... à suivre.
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sigtuna
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 08 Jan 2010
Messages: 4414

MessagePosté le: Jeu Mar 18, 2010 9:39 am    Sujet du message: Répondre en citant

mallox a écrit:
La chambre obscure en dvd
Avec ... , Jackie Berroyer, Mathieu Demy, Sylvie Testud, ...
Une balade ... , emportée par un casting prestigieux et malicieux.
ico_mrgreen new_diable icon_confused
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16040
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Lun Juin 07, 2010 6:30 am    Sujet du message: Répondre en citant

Coffret Wakamatsu volume 2 chez Blaq Out

Suite à la première vague de titres qui ont vu le jour pour la première fois dans le Monde (hors du Japon) au mois d'octobre dernier (avec Les secrets derrière le mur, Quand l'embryon part braconner, Les anges violés et Va va vierge pour la deuxième fois), Blaq Out sort le 6 juillet prochain une deuxième vague de titres illustrant le passage de la contestation à l'action...

... Avec La saison de la terreur (1969), Running in Madness, Dying in Love (1969), Sex Jack (1970) et L'extase des anges (1972).



A noter qu'en novembre 2010, sortira une troisième vague de titres avec Naked Bullet (1969), La vierge violente (1969), Violence sans raison (1969), Shinjuku Mad (1970) et La femme qui voulait mourir (1970), inédit même au Japon (le film contenant des images du suicide de Mishima), tous les films ayant fait l'objet d'une restauration HD.



De plus, une rétrospective de 40 films sera consacrée à Koji Wakamatsu à partir du 1er décembre à la Cinémathèque française, une première mondiale, tandis que sortira en salles son nouveau film, récompensé au dernier Festival de Berlin, Le soldat dieu (Caterpillar).

En attendant, vous pouvez déjà avoir un avant-goût de son oeuvre lors de l'hommage qui lui sera rendu dans le cadre de Paris-Cinéma début juillet.


Les films du coffret volume 2 :



- LA SAISON DE LA TERREUR (1969)

UN FILM DE KOJI WAKAMATSU
AVEC YUKO EJIMA TOMOMI SAHARA HITOMI SUMA
SCENARIO MASAO ADACHI
IMAGE HIDEO ITO SON OKUBO STUDIO
MONTAGE ISAMU NAKAJIMA
MUSIQUE MEIKYU SEKAI
PRODUIT PAR KOJI WAKAMATSU
UNE PRODUCTIION WAKAMATSU PRODUCTION, INC

Une véritable bombe à retardement !

A la fin des années 60, au Japon. Deux policiers mettent sur écoute un étudiant soupçonné d'activisme. Mais celui-ci semble se complaire dans l'oisiveté et les plaisirs de la chair, ne quittant son appartement et ses compagnes qu'en de très rares occasions...


Avec LA SAISON DE LA TERREUR, Koji Wakamatsu radicalise encore plus sa manière d'aborder le cinéma pink en épurant sa mise en scène, mais toujours avec la même rigueur et la même virtuosité.
L'érotisme et le filmage des corps se fait alors froid et clinique, comme pour mieux coller au comportement de son personnage principal, révolutionnaire repenti se réfugiant dans un mode de vie qu'il fustigeait autrefois. Mais l'inaction peut-elle vraiment annihiler toute pulsion activiste ?


# Bonus :
- préface de Jean-Pierre Bouyxou
ZONE 2 * DVD 9 * PAL * DUREE FILM 1H16 * NOIR ET BLANC & COULEUR * FORMAT IMAGE 2.35 *
ECRAN 16/9 COMPATIBLE 4/3 * VERSION ORIGINALE EN JAPONAIS EN MONO * SOUS-TITRES
FRANCAIS/ANGLAIS




- RUNNING IN MADNESS, DYING IN LOVE (1969)


UN FILM DE KOJI WAKAMATSU
AVEC YOKO MUTO KEN YOSHIZAWA HATSUO YAMAYA
SCÉNARIO MASAO ADACHI
IMAGE HIDEO ITO
SON TAKASHI SUGISAKI
MONTAGE KANSUKE GURU
MUSIQUE TAKESHI YAMASHITA
PRODUIT PAR KOJI WAKAMATSU

Le récit d'une passion dévorée par la culpabilité !

Alors que des affrontements ont lieu dans les rues de Tokyo entre manifestants et forces de l'ordre, un jeune activiste se dispute violemment avec son frère policier. En tentant de s'interposer, la femme de ce dernier tue accidentellement son mari...


Bien que prenant toujours pied dans un contexte révolutionnaire, Koji Wakamatsu laisse, le temps d'un film, ses obsessions contestataires pour s'attarder sur le récit d'une passion charnelle, née dans le sang et dévorée peu à peu par la culpabilité. RUNNING IN MADNESS, DYING IN LOVE suit l'errance de ces deux amants sur les routes d'un Japon qui ne peut que rejeter leur relation, traversant les paysages les plus singuliers du pays en quête de pureté et de pardon mais ne faisant que retarder l'échéance d'un amour voué à l'échec.


# Bonus :
- préface de Danielle Arbid
ZONE 2 * DVD 9 * PAL * DUREE FILM 1H12 * NOIR ET BLANC & COULEUR * FORMAT IMAGE 2.35 *
ECRAN 16/9 COMPATIBLE 4/3 * VERSION ORIGINALE EN JAPONAIS EN MONO * SOUS-TITRES
FRANCAIS/ANGLAIS



- SEX JACK (1970)

UN FILM DE KOJI WAKAMATSU
AVEC TAMAKI KATORI MIZAKO KAGA ETSUKO WAKAYAMA
SCENARIO MASAO ADACHI
IMAGE HIDEO ITO
SON TAMIO SHIRAI
MONTAGE GENKI NAKAJIMA
MUSIQUE MUSIC MASS IMAGE GROUP
PRODUIT PAR KOJI WAKAMATSU

Festival de Cannes 1971 (Quinzaine des Réalisateurs)

Recherchés par la police, un groupe d'étudiants révolutionnaires trouvent refuge dans l'appartement d'un jeune inconnu providentiel. Condamnés à vivre entre quatre murs le temps que les choses se tassent, ils passent leur temps à fumer, boire et faire l'amour.


Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs lors du festival de Cannes en 1971, SEX JACK est un des films les plus marquants qu'ait réalisé Koji Wakamatsu, cinéaste subversif recourant au genre pink pour faire passer des messages politiques. En montrant les limites de l'action collective exacerbées par la logique de fuite et d'attentisme pour laquelle ont opté les membres d'un mouvement contestataire, Wakamatsu semble suggérer que seule la prise de conscience individuelle, affranchie de toutes formes de dépendance, peut mener à la révolution.


# Bonus :
- préface de Gaspar Noé
ZONE 2 * DVD 9 * PAL * DUREE FILM 1H09 * NOIR ET BLANC & COULEUR * FORMAT IMAGE 2.35 *
ECRAN 16/9 COMPATIBLE 4/3 * VERSION ORIGINALE EN JAPONAIS EN MONO * SOUS-TITRES
FRANCAIS/ANGLAIS



- L'EXTASE DES ANGES (1972)

UN FILM DE KOJI WAKAMATSU
AVEC KEN YOSHIZAWA RIE YOKOYAMA
SCÉNARIO MASAO ADACHI
IMAGE HIDEO ITO
SON SHIN FUKUSHIMA
MONTAGE KANSUKE GURYU
MUSIQUE YOSUKE YAMASHITA TRIO

Un pamphlet brûlant et un film (cul)te !

Au début des années 70 au Japon, une faction de jeunes radicaux nommés d'après les différents jours de la semaine tentent de voler des armes sur une base militaire américaine. Mardi, Mercredi et Jeudi sont tués. Lentement, les membres restants réalisent qu'ils ont été trahis par leur propre organisation...


Alors qu'il vient d'achever ARMÉE ROUGE / FPLP : DÉCLARATION DE GUERRE MONDIALE tourné au Liban dans les camps d'entraînement palestiniens, Koji Wakamatsu réalise L'EXTASE DES ANGES, le plus politique de ses films pink, utilisant plus que jamais cette mouvance du cinéma japonais comme une plateforme pour véhiculer des idées subversives. Inspiré de faits réels, le fi lm dissèque l'échec des mouvements révolutionnaires, dont les membres se tournent vers l'anarchisme et les actes individuels pour parvenir à leurs fins.


# Bonus :
- préface de André S. Labarthe
ZONE 2 * DVD 9 * PAL * DUREE FILM 1H29 * NOIR ET BLANC & COULEUR * FORMAT IMAGE 1.66 *
ECRAN 16/9 COMPATIBLE 4/3 * VERSION ORIGINALE EN JAPONAIS EN MONO * SOUS-TITRES
FRANCAIS/ANGLAIS


------------


COFFRET 4 DVD EN VENTE LE 6 JUILLET 2010
Prix public conseillé : 44,99 euros



- Sur le site de l'éditeur :


_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16040
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Lun Aoû 30, 2010 7:26 am    Sujet du message: Répondre en citant

Sexe et féminisme en octobre

Sexisme, féminisme, égalité des sexes... tel est le programme prévu pour le début du mois d'octobre chez l'éditeur Blaq Out. 3 Documentaires de Jean-Michel Carré, un autre de Patric Jean, puis, pour finir, celui de la romancière-réalisatrice neo-féministe Virginie Despentes...


Les films à sortir chez Blaq Out le 5 octobre :



LA DOMINATION MASCULINE

Réalisateur : Patric Jean

Genre : Documentaire
Origine : France

Année de réalisation : 2009
Durée : 1H43

Synopsis :

Peut-on croire qu'au XXIème siècle, des hommes exigent le retour aux valeurs ancestrales du patriarcat : les femmes à la cuisine et les hommes au pouvoir ? Peut-on imaginer que des jeunes femmes instruites recherchent un "compagnon dominant" ? Que penser d'hommes qui subissent une opération d'allongement du pénis, "comme on achète une grosse voiture" ? Si ces tendances peuvent de prime abord sembler marginales, le film nous démontre que nos attitudes collent rarement à nos discours. L'illusion de l'égalité cache un abîme d'injustices quotidiennes que nous ne voulons plus voir. Et où vous jouez votre rôle.

A propos :

A travers des séquences drôles, ahurissantes et parfois dramatiques, le film nous oblige à nous positionner sur un terrain où chacun pense détenir une vérité. LA DOMINATION MASCULINE fera grincer des dents de par l'aspect volontairement provocant qu'y injecte Patric Jean, son réalisateur, semant l'ambiguïté entre premier et second degré.


Edition DVD : 1 DVD

Langue : version originale en français
Sous-titres : anglais

Format image : 1.85
Format vidéo : 16/9 compatible 4/3
Format son : Dolby Stéréo 2.0


# BONUS :
- Entretien avec le réalisateur
- Entretien avec Florence Montreynaud, historienne et féministe
- Chapitrage


Prix public conseillé : 19,99 €

-------



LES TRAVAILLEU(R)SES DU SEXE

Réalisateur : Jean Michel Carré
Genre : Documentaire

Origine : France
Année de réalisation: 2009

Durée : 1H25

Avertissement : Interdit aux moins de 12 ans

Synopsis :

En France, depuis la loi Sarkozy de 2003, des femmes et des hommes revendiquent le droit de pouvoir louer librement leur corps alors même que l'économie de marché utilise une pseudo libération sexuelle pour justifier la légalisation de la marchandisation de l'intime. Paroles et pratiques dérangeantes, stigmatisées par des jugements moralisateurs, qui nous questionnent sur les rapports hommes/femmes, la sexualité et son contrôle par le pouvoir.

A propos :

Au travers d'entretiens avec ces travailleu(r)ses du sexe, et même certains de leurs clients, le documentariste Jean-Michel Carré (J'AI TRES MAL AU TRAVAIL, LE SYSTEME POUTINE) s'interroge sur la stigmatisation encore très prégnante de la prostitution dans nos sociétés modernes. Un documentaire qui démonte un à un les clichés les plus fréquents inhérents à une profession finalement très mal connue.


Multizone - DVD 9 - PAL
Edition DVD : 1 DVD

Langue : Version originale en français

Format image : 1.85
Format vidéo : 16/9 compatible 4/3
Format son : Dolby Stéréo 2.0

# BONUS :
- Intervention de Philippe Caubère, comédien
- Intervention de Christophe Dejours, psychanalyste
- Scènes censurées : Judy Minx et Wendy Delorme
- Bande-annonce


Prix public conseillé : 19,99 €

--------



3 FILMS DE JEAN-MICHEL CARRE : LA SEXUALITE DANS TOUS SES ETATS (3 DVD)

Réalisateur : Jean Michel Carre
Casting : Hippolyte Girardot, Agnès Soral, Isabelle Pasco

Genre : Documentaire / Comédie (Drôle de genre)
Origine : France

Année de réalisation: 2009/2010/2002
Durée : 1H25/1H25/1H25

Synopsis et à propos :

LES TRAVAILLEU(R)SES DU SEXE

(Voir ci-dessus)


SEXE, AMOUR ET HANDICAP

Dans ce documentaire, on découvre cette jolie jeune femme, clouée en chaise roulante, qui crie sa solitude et son besoin d'affection, de tendresse et d'échanges sensuels ou encore cet homme qui révèle comment il lui a fallu attendre 42ans de sa vie pour sortir son cerveau d'un "trou noir", et découvrir pour la première fois l'extase sexuelle. Du côté des assistants sexuels, on découvre des êtres de douceur, orientés vers l'écoute et le don de soi. D'un côté comme de l'autre, tous parlent d'expérience "éblouissante".

En douceur, Jean-Michel Carré nous présente ce monde ultra tabou de la sexualité des handicapés au travers de ce témoignages surprenants.


DROLE DE GENRE


Domique Bazin (Agnès Soral) est une femme de 40ans, chef d'entreprise, mariée à Camille (Hippolyte Girardot), professeur d'anglais. Ils ont trois enfants, dont un bébé en bas âge. Dominique, "superwoman" des temps modernes, partage son temps entre son amant Maxime, ses réunions de travail et sa vie de famille. Camille est un parfait homme de maison et un père attentionné, qui souffre sans se l'avouer de son mode de vie routinier...

Et si les femmes étaient le sexe dominant et les hommes les dominés ? A partir de ce postulat, une comédie de moeurs se jouant des clichés.


Multizone - DVD 9 - PAL
Edition DVD : 4 DVD

Langue : version originale en français
Format image : 2.35 /1.66

Format vidéo : 16/9 compatible 4/3
Format son : Dolby Stéréo 2.0

# BONUS :
- Intervention de Philippe Caubère, comédien
- Intervention de Christophe Dejours, psychanalyste
- Scènes censurées : Judy Minx et Wendy Delorme
- Bande-annonce

Prix public conseillé : 35 euros

---------

icon_rambo

MUTANTES

Réalisateur : Virginie Despentes
Genre : Documentaire

Origine : France
Année de réalisation: 2009
Durée : 1H31

Avertissement : Interdit aux moins de 16 ans

Synopsis :

Constitué d'une série d'entretiens réalisés aux États-Unis, à Paris ou à Barcelone auprès d'artistes, théoriciennes, activistes queer, et de documents d'archives autour de l'action politique des travailleuses sexuelles et de performances d'un nouveau genre, MUTANTES dessine les contours d'un féminisme, dont on a peu parlé en France, qui revendique une liberté sexuelle totale, à l'instar du mouvement féministe "prosexe" né dans les années 80 aux États-Unis.

A propos :

L'écrivain Virginie Despentes (BAISE-MOI, KING KONG THEORIE), nous plonge dans une quête initiatique troublante et captivante avec les mots ou les images de celles qui ont inspiré son travail et qui investissent aujourd'hui des domaines qui lui sont proches : d'Annie Sprinkle à Catherine Breillat ou Lydia Lunch en passant par Post Op ou Maria Llopis, les propos de MUTANTES tranchent définitivement avec le discours ambiant, "qui voudrait que le sexe ne soit jamais aussi bien pratiqué que dans la chambre, que la dignité des femmes dépende toujours de leur sagesse et passivité, et que les seuls thèmes féministes à débattre soient le port du voile et la violence de genre."


Multizone - DVD 9 - NTSC
Edition DVD : 1DVD

Format image : 1.85
Format vidéo : 16/9 compatible 4/3
Format son : Dolby Stéréo 2.0

Langue : Version originale en français, anglais et espagnol
Sous-titres (film) : français, anglais, espagnol
Sous-titres (bonus) : français, anglais

# BONUS :
- Entretien avec Annie Sprinkle
- Entretien avec Lydia Lunch
- Entretien avec Catherine Breillat
- Bonus cachés : Victor Marzouk, Laslo Pearlman, Piernas Lungas de Maria Llopis et Pelea de Perras
- Livret de 16 pages

Prix public conseillé : 19,99 €


----


Sur le site de l'éditeur :


_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16040
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Ven Sep 03, 2010 7:31 am    Sujet du message: Répondre en citant

Coffret Wakamatsu Volume 3

Un troisième coffret consacré à Koji Wakamatsu sortira chez l'éditeur Blaq Out le 2 novembre prochain. 4 films au programme avec de l'action, du film noir et du Yakuza eiga...



LE COFFRET KOJI WAKAMATSU VOL. 3 (4 DVD):

NAKED BULLET / LA VIERGE VIOLENTE / VIOLENCE SANS RAISON / SHINJUKU MAD

Réalisateur : Koji Wakamatsu
Casting : Yuichi Minato, Ken Yoshizawa, Yuko Ejima, Toshiyuki Tanigawa, Eri Ashikawa, Toshiyuki Tanigawa...

Genre : Yakuza eiga / films noirs / action
Origine : Japon

Année de réalisation: 1969/ 1969 / 1969/ 1970
Durée : 1H12/1H06/1H06/1H12

Avertissement : Interdit aux moins de 16 ans

-----



NAKED BULLET (1969)

Synopsis :

Trois gangsters dérobent le butin d'une affaire conclue entre deux gangs... Ils prennent également avec eux, un otage – une femme appartenant à l'un des deux gangs – et se réfugient dans un appartement ou ils décident de se cacher quelques temps. Mais l'un des trois gansters semble avoir un tout autre plan, désirant garder l'argent et la femme pour lui seul...



LA VIERGE VIOLENTE (1969)

Synopsis :

Un groupe de Yakuzas et leurs compagnes emmenent avec eux un couple jusqu'à un lieu désertique dans le but punir la jeune femme pour son infidélité envers son amant et patron ainsi que son amoureux, petite main des Yakuzas...



VIOLENCE SANS RAISON (1969)

Synopsis :

Trois étudiants décident de se rebeller contre la société en brisant les règles et en satisfaisant leur appétit sexuel sans aucune limite. Mais comme la société ne semble pas entendre leur malaise, ils lui montreront leur propre autorité en violant de jeunes femmes...



SHINJUKU MAD (1970)

Synopsis :

Un père poursuit les meurtriers de son fils afin de découvrir les raisons de se meutre mais aussi pour le venger. En parcourant les rues tortueuses de Tokyo, Il découvre que le chef d'un mystérieux gang, Shinjuku Mad, est responsable de la mort de son fils, que le clan affirme comme appartenant à leur rebellion contre la société japonaise et l'ordre ancien. Rien ne les empêchera d'accomplir leur but, pas même le meurtre d'innocents...

Caractéristiques du coffret :

Zone 2 - DVD 9 - PAL
Edition DVD : 4 DVD

Langue : version originale en japonais
Sous-titres : français, anglais

Format image : 2.35
Format vidéo : 16/9 compatible 4/3
Format son : Mono

# BONUS :
- Préfaces
- Chapitrages


Prix public conseillé : 44,99 €


* Sortie le 2 novembre 2010


Sur le site de Blaq Out :



La boutique Dissidenz :



--------

Les films de Koji Wakamatsu chroniqués sur Psychovision :


- Les anges violés

- Quand l'embryon part braconner

- Les secrets derrière le mur

- Va va vierge pour la deuxième fois

- Sex Jack

- United Red Army
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
1kult
40 % irradié
40 % irradié


Inscrit le: 03 Nov 2010
Messages: 431

MessagePosté le: Ven Jan 28, 2011 11:38 am    Sujet du message: Répondre en citant

Le 15 mars, Rubber en DVD et Blu-ray collector avec en bonus Non,film, le premier film de Dupieux :

http://www.1kult.com/2011/01/28/rubber-et-non-film-annonces/

icon_wink
_________________
Le Webzine du cinéma alternatif en continu

Le facebook : http://www.facebook.com/1kult
Le compte viméo : http://www.vimeo.com/webzine1kult
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16040
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Jeu Mar 24, 2011 10:53 am    Sujet du message: Répondre en citant

Rubber : un film un pneu fou

En mars 2009, Quentin Dupieux et Realitism Films décident de relever un défi esthétique et technologique : produire un film en moins d'un an en anglais à Los Angeles en tirant parti des nouvelles technologies de production et de post-production.

Quentin Dupieux se lance immédiatement dans l'écriture du scénario de "Rubber". Canal +, Arte et le vendeur international Elle Driver s'engagent rapidement dans l'aventure. En octobre 2009 l'équipe du film parcourt le désert californien pour fabriquer un des premiers long-métrages intégralement tourné avec un appareil photo. L'équipe revient en décembre 2009 et attaque la postproduction du film. Achevé en mars 2010, le film est sélectionné à Cannes à la Semaine de la Critique.
Quentin Dupieux écrit, réalise, photographie, monte "Rubber" et compose la musique originale.

Le dvd et le Blu-ray sont donc sortis chez l'excellent éditeur Blaq Out le 15 mars dernier.



RUBBER

Un film de Quentin Dupieux

Synopsis :

Dans le désert californien, un pneu serial killer et télépathe, mystérieusement attiré par une jolie jeune fille, sème la terreur. La police se lance à ses trousses...



CARACTERISTIQUES DE L'EDITION DVD :

DVD : Le film (1h24) - Bande-annonce - Chapitrage

LANGUES : Version originale anglaise et version française en Dolby Stéréo 2.0 et Dolby Digital 5.1 -
SOUS-TITRES : français

ZONE 2 - DVD 9 - PAL - DUREE FILM 1H24 - COULEUR - FORMAT IMAGE 1.85 - ECRAN 16/9
COMPATIBLE 4/3

CARACTERISTIQUES DE L'EDITION BLU-RAY + 2 DVD + LIVRET 20 PAGES :

BLU-RAY : Rubber (1h24) - Interviews de Quentin Dupieux, Jack Plotnick, Stephen Spinella et Roxane
Mesquida - Essais préparatoires du pneu - Bande-annonce - Teaser - Chapitrage

LANGUES : Version originale anglaise et version française en DTS-HD MA 2.0 et DTS-HD MA 5.1 -
SOUS-TITRES : français

ZONE B - BR25 - 1080p - DUREE FILM 1H24 - COULEUR - FORMAT IMAGE 1.85 - ECRAN 16/9
COMPATIBLE 4/3

DVD 1 : Le film (1h24) - Bande-annonce - Chapitrage
LANGUES : Version originale anglaise et version française en Dolby Stéréo 2.0 et Dolby Digital 5.1 -
SOUS-TITRES : français
ZONE 2 - DVD 9 - PAL - DUREE FILM 1H24 - COULEUR - FORMAT IMAGE 1.85 - ECRAN 16/9
COMPATIBLE 4/3

DVD 2 : Non-Film (40 min) - Version longue (60 min) - Making-of - Scènes coupées - Chapitrage
LANGUES : Version originale française en Stéréo - SOUS-TITRES : anglais
ZONE 2 - DVD 9 - PAL - DUREE FILM 40 MIN / 60 MIN - COULEUR - FORMAT IMAGE 1.85 -
ECRAN 16/9 COMPATIBLE 4/3


Le tout dans un digipack et un étui prestigieux !
Attention, édition collector en tirage limité !

----


- Sur le site de l'éditeur :



- Sur Dissidenz :


_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16040
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Lun Avr 18, 2011 8:00 am    Sujet du message: Répondre en citant

Le soldat dieu chez Blaq Out

Caterpilla, tourné par le cinéaste guerillero Koji Wakamatsu, dénonce ici l'impérialisme et le militarisme nippon de la première moitié du XXème siècle... le film sortira le 3 mai chez l'éditeur.

On y assiste ainsi à des violences faites aux femmes dans la société japonaise d'alors -où le foyer peut également être le théâtre d'une guerre psychologique et physique beaucoup plus violente qu'au front.

Interprété par une Shinobu Terajima bouleversante, qui a remporté à cette occasion l'Ours d'Argent de la Meilleure Actrice au Festival de Berlin l'année dernière, LE SOLDAT DIEU est une "fable baroque, fielleuse et contestataire, débordante d'un mauvais esprit salvateur dans sa manière rageuse et politique de défier l'histoire officielle", à mi-chemin entre "Johnny Got is Gun" et "L'empire des sens".


* La critique du film sur Psychovision

A noter que cette édition s'annonce splendide, avec, entre autres, en bonus exceptionnels : un documentaire inédit de 31 mn : "Itinéraire d'un cinéaste révolté : Berlin 2010" ainsi qu'un livret de 20 pages.

(**) Vous trouverez en bas de page, des notes de la productrice ainsi qu'une interview du réalisateur.



LE SOLDAT DIEU

UN FILM DE KOJI WAKAMATSU

Ours d'Argent de la Meilleure Actrice pour Shinobu

SYNOPSIS :

Durant la Seconde Guerre Sino-japonaise, en 1940, le lieutenant Kurokawa est renvoyé chez lui, en héros de guerre, couvert de médailles...mais privé de ses bras et de ses jambes, perdus au combat en Chine continentale. Tous les espoirs de la famille et du village se portent alors sur Shigeko, l'épouse du lieutenant : à elle désormais de faire honneur à l'Empereur et au pays et de montrer l'exemple en prenant à coeur de s'occuper comme il se doit du soldat dieu...

Après la jeunesse révoltée des années 60 et 70 de UNITED RED ARMY, Koji Wakamatsu s'interroge sur la génération précédente et dénonce avec férocité les dérives de la société japonaise patriarcale et militariste du milieu du siècle dernier. Tourné en douze jours et librement adapté d'une nouvelle d'Edogawa Rampo, LE SOLDAT DIEU est autant porté par l'énergie et la colère de son réalisateur que par l'époustouflante performance de Shinobu Terajima, qui lui valut d'ailleurs l'Ours d'Argent de la Meilleure Actrice au Festival de Berlin en 2010. Un film radical et sans concession.



CARACTERISTIQUES DE L'ÉDITION DVD :

ZONE 2 - DVD 9 - PAL

DUREE FILM 1H27

FORMAT IMAGE 1.85 (comp 4/3 16/9)

LANGUES : version originale en japonais en Dolby Stéréo 2.0
SOUS-TITRES : français, anglais

# BONUS :
- “Itinéraire d'un cinéaste révolté : Berlin 2010“ (31 mn)
- Bande-annonce
- Chapitrage
- Livret 20 pages

----



(**) ENTRETIEN AVEC KOJI WAKAMATSU :



- D'où vous est venue l'idée de ce film ?


J'ai eu l'idée de ce film lors du tournage de United Red Army. Je sentais que pour mieux comprendre les jeunes des années 60-70, il me fallait d'abord décrire l'époque de leurs parents lors de la guerre dans le Pacifique.
Décrire une guerre ne signifie pas uniquement décrire des affrontements, des batailles. Les personnes qui sont les plus affectées par la guerre sont les femmes et les enfants, qui ne se battent pas.
Les hommes au pouvoir ont trompé leurs citoyens en leur faisant croire que cette guerre était dans l'intérêt de leur pays. Ils les ont manipulés en les jetant au coeur de cette guerre, alors qu'eux-mêmes sont restés à distance, ce qui leur a permis d'être toujours en vie après la guerre.
J'ai pensé que si les jeunes de United Red Army étaient nés de cette façon, c'était précisément parce que leurs parents avaient vécu une telle époque.
Ainsi j'ai déjà décidé, au moment du tournage, de décrire l'époque des parents, la guerre du Pacifique et les individus de cette époque.


- En quoi ce film est-il différent du roman "Caterpillar" de Edogawa Rampo, dans lequel un vétéran de la deuxième guerre mondiale rentre chez lui tétraplégique ?


J'ai été inspiré par cette image, dans le roman, d'un vétéran de guerre infirme, qui perd à la fois ses membres et la relation qu'il entretenait avec sa femme. En dehors de cela, l'époque est différente ainsi que presque tout le reste.
Ce que j'ai voulu faire surgir de cette image initiale est l'idée que pour les êtres humains, la vie est synonyme de sexe, nourriture et violence. Mais je voulais surtout montrer à quel point la nature humaine peut être détruite par la guerre.
Charlie Chaplin a réussi à nous montrer au travers du cinéma que l'on pouvait être pendu pour avoir tué trois personnes, mais que vous pouviez être un héros si vous en tuiez dix mille. C'est ça la guerre !


- Dans "Johnny Got His Gun" (1971), l'auteur et réalisateur américain Dalton Trumbo raconte l'histoire d'un soldat de la première guerre mondiale, qui perd ses bras, ses jambes, son visage après avoir été atteint par le souffle de l'explosion d'un obus. Avez-vous vu ce film ?


Oui je l'ai vu. J'ai vu un homme que la guerre a totalement privé de liberté et à quel point il était cruel qu'il ne puisse même pas avoir le choix de mourir. Mais je ne pense pas qu'il m'ait influencé. Au moins, Kyuzo, lui, a eu le choix de sa propre mort.


- Ou avez-vous obtenu toutes ces images d'archives ?


Je les ai empruntées à une personne qui les a obtenues des Archives Nationales des Etats-Unis et dans des archives de l'administration. Après la guerre, de petits criminels de guerre Japonais furent jugés et punis un peu partout au Japon. Ils furent également exécutés pour "le bien de la nation". Mais parmi eux, il y avait aussi de nombreux Coréens originaires de la péninsule de Corée, qui était une colonie japonaise à cette époque. Ils furent également jugés comme des criminels de guerre japonais.
Certains Sud et Nord Coréens, qui furent à l'origine accusés de crimes de guerre puis finalement acquittés, furent libérés. A l'heure actuelle, ils sont toujours ignorés du gouvernement japonais et n'ont droit à aucune aide en préjudice de la guerre car ceux-ci ne sont pas japonais. Si l'on s'en tient à ce point de vue, la guerre n'est donc toujours pas terminée. Rien n'a été résolu.


- Ou avez-vous tourné le film ?


Le film a été tourné à Nagaoka et dans les alentours de la préfecture de Niigata, dans la région de Chubu (au nord-ouest de Tokyo), où il existe des paysages typiquement japonais, préservés depuis une cinquantaine d'années, avec des maisons traditionnelles en bois, aux toits de pailles, et entourées de rizières en cascade.
C'était dans cette partie rurale du pays, particulièrement connue pour la haute qualité de son riz, que les fermiers cultivaient le riz afin de nourrir les soldats pendant la guerre. Les villageois y étaient totalement dévoués à l'empereur.
Si j'ai voulu tourner dans cette région, c'est tout aussi bien pour des raisons esthétiques, scéniques, que pour des raisons historiques – et peut être aussi parce que j'ai grandi dans un village similaire !


- Pouvez-vous nous en dire en plus concernant le personnage joué par Katsuyuki Shinohara, ce personnage qui mange des fleurs et ne fait jamais rien comme les autres ?


C'est de moi qu'il s'agit. Il représente la part du "moi" qui a été fortement critiqué comme un "idiot", une "disgrâce nationale", un "égout". Mais du côté des égouts a éclos une fleur. C'est pourquoi j'ai fait manger une fleur à Katsuyuki. Dans ce film, son personnage prétend être un idiot et va à contre-courant de la pensée générale qui se réjouit d'aller en guerre. Il s'accroche à ses croyances en refusant de faire ce qu'il déteste. Je pense qu'il est probablement un des personnages les plus courageux.


- Un mot à propos du casting de Shinobu Terajima et Shima Ohnishi ?


Pour Shima Ohnishi, j'avais déjà décidé de le prendre pour mon prochain film lors du tournage de United Red Army. Pour jouer un soldat infirme, vous avez besoin d'être très expressif et Shima Ohnishi a un regard très expressif.
Pour Shinobu Terajima, elle épouse parfaitement le costume "monpe" de ces fermières japonaises.
Elle est de plus mon actrice préférée car elle à le courage de jouer sans artifices alors même qu'elle est une immense star. Je n'étais pas sûr qu'une si grande actrice accepterait d'apparaître dans un film dont le réalisateur a fait l'objet de tant de critiques. Mais quand j'ai finalement trouvé le courage de lui demander, elle a accepté.


- Il y a deux histoires dans "Le Soldat Dieu" : l'histoire d'un héros handicapé de guerre et celle d'un mari et de sa femme. Quel est le lien entre ces deux histoires ?


La société japonaise est à la base une société masculine. Les hommes ont usé sans honte de violence sur leurs femmes. Ils ont considéré celles-ci comme de simples usines à satisfaire leur appétit sexuel et comme machines à faire des enfants. Dans la société japonaise, ce genre de relation entre les hommes et les femmes est considéré comme normal. Même de nos jours, un membre du parlement peut faire entendre un jugement personnel de type "les femmes sont des machines à produire les enfants". Je voulais décrire comment les relations entre un mari et sa femme peuvent être bouleversées par la société à cause de la guerre. Mais plus simplement, je voulais décrire la manière dont les êtres humains vivent en se regroupant dans des états, des nations et tout le reste.


- Est-ce que la façon dont les femmes sont décrites dans vos films (d'abord abusées et ensuite reprenant le dessus) peut, quelque part, être une métaphore ?


Il n'y a pas clairement de métaphore. C'est l'image que j'ai dans ma tête. Mes films naissent dans ma tête, où toutes sortes de choses sont entassées. Il y a moi-même, mes amis, mon pays, ma mère et mon père, ceux que j'ai observés alors que je grandissais...
Mon père était violent envers ma mère quand il avait bu. Toutes ces choses sont mélangées dans ma tête. Je ne peux pas l'expliquer logiquement, bien sûr. Si je le pouvais, j'écrirais des romans. Je n'aurais pas besoin d'argent ou de quoi que ce soit et ce serait beaucoup plus facile. Mais comme je ne peux pas exprimer tout cela par des mots, j'utilise des images, des sons, musique inclue. C'est tout.


- En tant que réalisateur, on parle souvent d'un cinéma de guérilla au niveau de votre style (prises uniques, pas de répétitions, vous tournez et montez dans un laps de temps très court etc)...


Quand vous faites tout un tas de répétitions, les acteurs sont plus tendus.
Si vous tuez quelqu'un, vous n'avez pas besoin de beaucoup d'entraînement, non ? Vous n'avez besoin que de vous concentrer. Ici c'est la même chose. Quand vous ne vous laissez qu'une seule chance, vous n'avez pas besoin de répétition.


- Quelle influence un budget limité peut- il avoir ? Est ce qu'un budget plus important aurait changé quelque chose au "Soldat Dieu" ?


Travailler avec un budget limité est le mode de fonctionnement de Wakamatsu Production. Avoir beaucoup d'argent ne vous garantit pas que ce que vous allez tourner sera bon. Mais malgré tout, chaque jour, lors du tournage, j'aurais souhaité avoir un budget plus important.
J'aurais pu, par exemple, avoir plus de figurants dans les dialogues et ainsi de suite. Mais parce que vous ne pouvez pas avoir cela vous devez faire confiance aux expressions des acteurs. Mais cela ne produira pas forcément un bon travail. Nous avons bouclé le tournage en 12 jours alors que nous avions planifié 2 semaines. Cela nous à pris a peu près 13h pour monter le film parce que nous avons dû le modifier trois fois. Le scénario nous a pris au moins trois mois, afin d'échafauder nos idées et poser le concept.


- Votre position en tant que réalisateur à évolué depuis le temps où vous défendiez les guérillas armées, dans les années 1970, à la critique que vous en faites dans "United Red Army" ; jusqu'à devenir totalement anti-guerre dans "Le Soldat Dieu". Comment l'expliquez-vous et quels sont vos projets à venir ?


Dans les années 1970, je croyais que je pouvais changer le monde au travers de ces guérillas. Mais après cela, certaines idées ont commencé à germer dans mon esprit. Le Japon et bien d'autres pays asiatiques ne résoudront pas leurs problèmes au travers de ce genre de combat. Les derniers à avoir abouti on eu lieu du temps de Che Guevara et de Fidel Castro.
Après avoir réfléchi et fait quelques recherches à propos de diverses choses alors que j'étais en train de tourner United Red Army, j'ai finalement réalisé qu'il était impossible que ces guérillas changent quoi que ce soit. J'en suis venu à penser que certaines choses ne peuvent être résolues que par le pouvoir de l'esprit humain et non pas par la force militaire. Je ne supporte pas ces militants qui appelaient à la guerre, à une révolution mondiale, et qui ne savent plus maintenant qu'utiliser leur notoriété pour défendre leurs positions. Tout ce qu'ils savent faire c'est proférer des théories sans même accepter le fait que les temps ont changé. Quant à ce que je vais aborder dans les temps à venir, il s'agira simplement d'histoires d'hommes et de femmes. Je réfléchis à une description du dégout de l'être humain, la partie sordide de ses relations avec autrui.
Mais je suis également intéressé par l'histoire de Otoya Yamaguchi, un jeune de 17 ans, qui a poignardé à mort le président du parti socialiste japonais, avant de se donner lui-même la mort.
Ce n'était qu'un simple garçon qui pensait agir pour un monde meilleur. Quand j'aurai fais tout cela, je pense que je n'aurai plus qu'à dépeindre les êtres humains, tout simplement.


- Pourquoi et pour qui faites-vous des films ?


Pourquoi ? Je les fais parce que je veux les faire –pour moi, autant que pour tout ceux qui regardent mes films et ressentent une haine envers la guerre.
Le point de départ vient de la colère. Il y a bien des choses qui me mettent en colère, j'exprime tout simplement ce que je ressens en utilisant cet outil qu'est le cinéma.


----


(**) NOTE DE LA DISTRIBUTRICE :


Il est des choses, dans un film, qui vont bien au-delà du "simple" enjeu artistique, de l'esthétique éthique, de la bienséance voire de la bienpensance cinématographique.

La chanson du générique de fin du SOLDAT DIEU, ajoutée a postériori par le réalisateur –après même sa projection en Compétition Officielle du Festival de Berlin où le film a reçu l'Ours d'Argent–, est de ces choses-là.

Difficilement décryptable pour qui n'est pas japonais ou ne connaît pas l'histoire du réalisateur –soit la majorité du public–, la chanson du générique de fin représente pour Koji Wakamatsu, cinéaste radical et révolté de la première (à la dernière) heure, un enjeu politique de première importance, ce pourquoi il a pris la peine de faire apparaître les paroles (en japonais) directement sur l'écran.
La chanson s'appelle en japonais "Shinda Onna No Ko" (littéralement : Petite fille morte). Les paroles à l'origine ont été écrites par un poète turc engagé du siècle dernier du nom de Nazim Hikmet, longtemps exilé à l'étranger pour avoir été membre du Parti communiste turc, et même déchu de sa nationalité durant un temps.
Le poème dit le désarroi d'une petite fille morte lors du bombardement d'Hiroshima, du point de vue de la petite fille-même...
Traduites en japonais, mais également dans d'autres langues, la chanson a été reprise par la très populaire chanteuse japonaise Chitose Hajime, sur une composition produite et arrangée par Ryuichi Sakamoto (compositeur de la bande originale du film Furyo ou encore celle du Dernier Empereur), à l'occasion des commémorations des 60 ans de l'explosion de la bombe atomique, le 5 août 2005 à Hiroshima.
Pour l'anecdote, The Byrds et Bruce Springsteen ont également repris cette chanson, sous le titre I COME AND STAND AT EVERY DOOR (dont les paroles se trouvent facilement sur internet).

Le générique de fin du SOLDAT DIEU défile donc sur cette chanson, tandis que l'on voit, en fond, un tableau abstrait représentant la bombe atomique. Ce tableau –accroché chez Koji Wakamatsu– a été peint par le grand frère de Masao Adachi, longtemps scénariste de Koji Wakamatsu (sur des films tels que QUAND L'EMBRYON PART BRACONNER ou VA VA VIERGE POUR LA DEUXIEME FOIS par exemple), le grand frère d'Adachi ayant été irradié par la bombe d'Hiroshima.
Koji Wakamatsu dit voir aussi, dans ce tableau, la fameuse petite fille de la chanson...

Vous comprenez ainsi l'importance de cette chanson pour un Japonais, et surtout pour un Japonais ayant connu la guerre, la bombe d'Hiroshima et le sort des victimes de la bombe d'Hiroshima, sachant que le Japon est le seul pays au monde à avoir reçu des bombes atomiques... Ce Japonais, c'est entre autres Koji Wakamatsu, le réalisateur du film.
Pour que les Japonais (et les autres) n'oublient jamais.

Bich-Quân TRAN


----


- Sur le site de l'éditeur :


_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
The Hard
99 % irradié
99 % irradié


Inscrit le: 17 Fév 2005
Messages: 1169

MessagePosté le: Lun Avr 18, 2011 9:08 am    Sujet du message: Répondre en citant

Si ça ne dérange personne, je veux bien me charger de la fiche dvd, la critique étant déjà faite et en ligne !

icon_wink
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16040
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Mer Mai 11, 2011 9:12 am    Sujet du message: Répondre en citant


(je mets ça ici vu qu'il y a un dvd qui suit...)
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Dvd Toutes les heures sont au format GMT
Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante
Page 1 sur 4

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com Charcoal2 Theme © Zarron Media