[Critique] Infernal Runner (Comodore 64 - Cpc)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: L'entrepote
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
gregore
Site Admin
Site Admin


Inscrit le: 25 Nov 2004
Messages: 2001

MessagePosté le: Mar Mai 03, 2005 5:09 pm    Sujet du message: [Critique] Infernal Runner (Comodore 64 - Cpc) Répondre en citant



Infernal Runner
D’Eric Chahi, musique de Michel Winogradoff, (1985).
Genre : Plates-formes.
Comodore 64 - CPC - Loriciels

Histoire :

Vous êtes aux commandes d'un personnage au look de privé, costard et chapeau mou de rigueur.
Votre but : vous emparer de cinq clés qui ouvrent dix coffres afin de débloquer une pièce qui vous permettra de vous échapper.

Du sang et des pixels.

"Infernal Runner" est probablement l'un des premiers jeux vidéos gores à avoir vu le jour, on le doit au français Eric Chahi, programmeur de légende, plus connu comme créateur des mythiques "Voyageurs du temps" et "Another World".

Variation des classiques "Lode Runner" et "Montezuma's Revenge", ce qui différencie ce jeu de Loriciels, c'est sa propension à l'hémoglobine.
En effet, durant votre périple vous allez assister à une flopée de façons de mourir : empalé, grillé, dissous dans un bain d'acide, écrasé par une presse à raisins, électrocuté dans une passe de smurf à rendre jaloux Sidney, la tête explosée sous l'action d'un laser etc..
Un régal pour le joueur / amateur d'horreur qui n'avait alors jamais vu ça sur l'écran d'un micro.

Car si on meurt beaucoup dans le jeu vidéo, jusqu'ici ce n'était pas très graphique.
On prend donc un plaisir certain à découvrir les trépas de son triste héros, du moins au début... Car bientôt il s'agit d'arriver à ses fins, et plus vous mourrez, plus vous avez envie de découvrir cette fameuse pièce...

Run "infernal"

Le titre n'est pas usurpé, muni d'un bouton de saut et des touches de directions il faudra de l'acharnement pour atteindre ces fameux coffres.
Pour éviter les pièges, vous devrez jouer au pixel près, ou presque, et si on ajoute à ça un timing diabolique (votre personnage a une jauge de "faim", le décompte arrivant à zéro, vous mourrez) vous aurez un aperçu du niveau de difficulté de ce casse-tête.
Cinq vies ne seront pas de trop, (comment ça pas assez ! A l'époque les jeux se rentabilisaient, non mais !) car si le jeu ne comporte pas beaucoup de tableaux (neuf apparemment) un ordre précis paraît nécessaire pour en venir à bout, sans compter la localisation de l'ultime salle.
La musique de Michel Winogradoff, responsable des musiques de hits tels que "944 Turbo Cup" ou "Mach 3" mais également comédien et chanteur, illustre à merveille l'atmosphère litanique et obsédante du jeu, ingrédient essentiel de cette alchimie.

Bizarrement, si "Infernal Runner" est considéré comme un des jeux cultes du Comodore 64, (d'ailleurs la version Amstrad est beaucoup plus jolie) il n'est pour ainsi dire jamais évoqué dans les trop rares "gameographies" consacrées à Eric Chahi.
Voilà, il est peut-être plus difficile de faire partager cet enthousiasme à présent, mais en souvenir de toutes ces heures passées à s'arracher les cheveux devant mon CPC, pour le plus grand plaisir évidemment...
C'est fou la dimension que pouvaient atteindre ces quelques ko !



Critique d'Ultraghoul
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: L'entrepote Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com Charcoal2 Theme © Zarron Media