[M] [Critique] Battlefield Baseball

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Autres genres
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Bigbonn
Psycho-cop
Psycho-cop


Inscrit le: 13 Déc 2004
Messages: 4538

MessagePosté le: Sam Nov 26, 2011 7:18 pm    Sujet du message: [M] [Critique] Battlefield Baseball Répondre en citant



Battlefield Baseball – Jigoku Kôshien
Japon - 2003
Genre : parodie, comédie, manga, action.
Réalisation : Yudai Yamaguchi
Avec : Tak Sakaguchi, Yukihito Tanikado, Atsushi Ito, Hideo Sakaki.

Tuer le match, envoyer un missile dans le camp adverse, foutre une raclée à son adversaire, l’éliminer, l’écraser, l’écrabouiller, voilà autant d’expressions imagées qu’aiment à employer les commentateurs sportifs pour faire vivre l’intensité d’un match, d’un set, d’un tournoi ou d’une compétition. Avec Man Gataro pour le manga et Yudai Yamaguchi pour son adaptation filmée, ces expressions prennent tout leur sens en transformant le terrain de baseball en champ de bataille et les joueurs en guerriers.



"Baseball Battlefield", que ça s’appelle, et, si ça marche un peu sur les traces de "Shaolin Soccer", ça s’en éloigne aussi pas mal. Il est question de sport, donc, et de Yakyû plus précisément, c’est-à-dire de baseball nippon. Mais, là où Stephen Chow faisait rentrer ses équipes dans les règles générales du football, notamment en impliquant de marquer pour gagner, les équipes à l’œuvre dans ce film-ci n’ont aucun besoin de règles, ce serait même plutôt l’inverse. Et si battes il y a, et balles, elles ne sont là que pour frapper l’adversaire et pour le réduire en miettes.

L’histoire est assez simple : le lycée Seido est engagé dans une compétition et se retrouve face à l’équipe du lycée Gedo, composée de balafrés, de momifiés, de frankensteinisés, de zombifiés, en tout cas de toutes sortes de sales gueules bleutées, dont la seule et unique ambition est de détruire physiquement leurs adversaires et de faire planer sur les stades un vent de terreur et une ambiance de mort.
Mais justement, voilà-t-y pas qu’un nouveau est arrivé à Seido, qu’il traine une réputation des plus sulfureuses et qu’il possède une technique de baseball aussi puissante que fulgurante ? Pour le proviseur du lycée et entraineur de l’équipe, Jubeh est l’homme à recruter, le seul à même de mener Seido à la victoire et de mettre en déroute Gedo. Pour cela il faut néanmoins persuader le brave Jubeh de reprendre le baseball tandis qu’un serment de jeunesse l’a fait renoncer définitivement à ce sport... L’aide du jeune Bigleux (en tout cas, c’est toujours comme ça qu’il se fait appeler dans les sous-titres français) ne sera pas de trop pour convaincre le beau gosse aux cheveux longs de reprendre les chemins du stade et d’aller s’y battre à mort contre les plus farouches adversaires qu’il ait jamais imaginés.



Les 5 premières minutes font très très peur, avec le jeu outré de ses acteurs, Bigleux en tête, caricatures filmiques et un peu catastrophiques de personnages de manga ou d’anime ; puis arrive Jubeh et un premier combat, et le film trouve son rythme : ce sera donc une parodie ponctuée de séquences brutales mais finalement assez souvent hors-champ. Les limites du terrain sont très souvent franchies et les règles du baseball aussi. Les personnages apparaissent tous comme des caricatures dont le surjeu est la norme. On s’y fait assez vite (ou alors on se sauve) et la galerie de tronches prend vie dans des scènes assez souvent réussies et parfois très amusantes : du Gorilla grimaçant à la mère castagneuse de Bigleux (qu’on dirait cousine de la propriétaire de "Crazy Kung-Fu"), en passant par le professeur principal, ils affichent tous des mimiques excessives et des poses ridicules. Le spectateur de cette compétition (car il n’y en aura jamais qu’un) est lui aussi affreux : c’est un ivrogne aux dents pourries, toujours accompagné de son chien fidèle et de sa bouteille qui ne l’est pas moins.



La Gedo team est brinquebalante et ricanante ; mortelle, aussi. Dirigée par un chef à chapeau au physique rappelant The Mask, il est à l’initiative de cette spirale infernale des joutes vers toujours plus de violence et ne recherche qu’une chose : un adversaire à sa hauteur, qu’il prendra plaisir à détruire. Ça tombe bien, Jubeh est là, et leur combat deviendra forcément inévitable...

En fait, c’est beaucoup moins violent que ça n’en a l’air ; les maquillages sont peu réalistes et les effets visent plutôt à faire rire que frémir, dans un esprit souvent cartoonesque, comme lorsque Bansho se retrouve avec le corps et la tête transpercés de battes de baseball. Yudai Yamaguchi s’amuse aussi à parodier les grands sentiments qu’on trouve dans de nombreux films, du trauma initial de son personnage principal, illustré par un flash-back avec filtres et chanson parfaitement ridicule, aux grandes résolutions posant ses personnages comme autant de héros dont les déclarations, les gestes, déclenchent parfois des salves d’applaudissements de la part de leur entourage.
Le but est évidemment de faire rire et, si l’on aime un tant soi peu le nonsense et le gag crétin, on peut facilement trouver beaucoup de charme au film. Un peu décousu parfois, il ne manque malgré tout jamais de rythme et va jusqu’au bout de son sujet, frôlant l’indigestion de belles intentions sur la fin, presque trop gentille et qu’on aurait aimé plus noire et plus saignante.



Produit par Ryuhei Kitamura, réalisateur de "Versus" (coécrit par Yamaguchi), "Baseball Battlefield" a comme acteur principal Tak Sakaguchi, déjà vu dans... "Versus", justement. Mais aussi dans "Azumi" et "Aragami", du même Kitamura, ou dans Tokyo Gore Police, pour lequel Yamaguchi avait réalisé des fausses pubs. Une certaine fidélité semble d’ailleurs lier ces deux là puisque cette année encore ils se sont retrouvés pour tourner "Mens’Egg Drummers" et qu'ils avaient également coréalisé "Yakuza Weapon" en 2010. Porté sur le délire et l’outrance d’un cinéma qui n’a jamais peur d’en faire trop avec peu de moyens, Yamaguchi réalisait en tout cas avec "Battlefield Baseball" un premier film avec de vrais bons morceaux de délire dedans, pas bien fins, c’est sûr, mais assez souvent réjouissants.




Une bande-annonce de Battlefield Baseball: http://www.youtube.com/watch?v=ocyUzoaoVfQ


Dernière édition par Bigbonn le Dim Nov 27, 2011 7:28 am; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Bigbonn
Psycho-cop
Psycho-cop


Inscrit le: 13 Déc 2004
Messages: 4538

MessagePosté le: Sam Nov 26, 2011 8:26 pm    Sujet du message: Répondre en citant



Battlefield Baseball
Région : Zone 2
Editeur : WE Productions
Nombre de disques : 1
Origine : Japon - 2003
Sortie DVD : février 2007
Durée : 87 mn
Format vidéo : 1.77 – 16/9 compatible 4/3
Langues : français ; japonais
Sous-titres : français.
Son : Dolby Digital 2.0



Dans ce film de Yudai Yamaguchi (Meatball Machine, "Le bahut des tordus", ...), les terrains de baseball deviennent des champs de bataille et les troupes disparates et ridicules du lycée Seido se retrouvent aux prises avec l’équipe Gedo, dont le seul but est d’éliminer physiquement ses adversaires. Heureusement pour les Seido, Jubeh vient à la rescousse. Quelques scènes de baston et surtout beaucoup d’humour lourdingue et souvent absurde sont au programme.



Bonus : quelques bandes-annonces (on regrettera que leurs titres ne soient pas affichés pour pouvoir choisir plus facilement celles que l’on veut voir) ; des scènes coupées et alternatives (rien de bien transcendant là-dedans, d’où d’ailleurs leur coupe ou leur absence au montage final) ; un petit documentaire sur le baseball et notamment le baseball au Japon (réservé aux aficionados) ; une introduction par Man Gataro, l’auteur du manga, qui semble être un petit comique puisqu’il débute l’interview en jeune dandy fumant le cigare et buvant un cognac et la finit en vieil homme !) ; "battlefield animé" ou l’arnaque des bonus : en fait d’anime, 6 secondes juste suffisante pour que le personnage nous montre son cul et lance une balle !



Commentaire : joli boitier métal pour ce film dans cette "édition spéciale Mad Asia Collection" (mais existait-il une édition non "spéciale" du film ?)
Le son et l’image sont à la hauteur et permettent de saisir les petits bruitages glissés ici ou là et qui viennent renforcer certaines scènes. Les bonus, de leur côté, sont, comme c’est malheureusement souvent le cas, loin d’être indispensables. Malgré leur nombre, ils ne manqueront pas si on ne les regarde pas. L’essentiel est évidemment ailleurs : dans le fait d’avoir permis au film de quitter son île et de permettre au spectateur européen de découvrir un peu de l’univers du réalisateur Yudai Yamaguchi.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Autres genres Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com Charcoal2 Theme © Zarron Media