[M] [Dossier] La Trilogie Samouraï (Miyamoto Musashi)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Kung-fu / Wu Xia Pian / Chambara
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
sigtuna
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 08 Jan 2010
Messages: 4454

MessagePosté le: Ven Jan 17, 2014 5:10 pm    Sujet du message: [M] [Dossier] La Trilogie Samouraï (Miyamoto Musashi) Répondre en citant



La Trilogie Samouraï (ou Trilogie Miyamoto Musashi) :

La légende de Musashi (Miyamoto Musashi) - Japon, 1954
Duel à Ichijôji (Zoku Miyamoto Musashi: Ichijôji no kettô) - Japon, 1955
La voie de la lumière (Miyamoto Musashi kanketsuhen: kettô Ganryûjima) - Japon, 1956

Réalisation : Hiroshi Inagaki
Avec : Toshiro Mifune, Kaoru Yachigusa, Mariko Okada, Koji Tsuruta, Mitsuko Mito, Rentarō Mikuni...
Genre : Chambara, Historique

La légende de Musashi :
Au Japon en 1600, le jeune et bouillant Takezo Shinmen, brûlant d'ambition, est déterminé à devenir un samouraï alors qu'une guerre civile déchire le pays. Orphelin et sans attaches, il s'engage avec son ami Matahachi, influençable, faible et pourtant fiancé à la belle Otsu, dans l'armée des clans de l'ouest . Mal leur en prend ; relégués à des taches subalternes de terrassement, ils ne peuvent qu'assister à la déroute des leurs face à l'armée de l'est lors de la bataille décisive. Humiliés, blessés et en fuite, ils trouvent refuge dans une maison isolée appartenant à une veuve et à sa fille adolescente...

Duel à Ichijôji :
Takezo, devenu samouraï sous le nom de Miyamoto Musashi, s'est engagé dans la vie d'errance des rônins afin de parfaire sa formation. La belle Otsu, qu'il a repoussé pour se consacrer à l'art du sabre, s'est lancée à sa poursuite. Arrivé à Ichijôji, Musashi (selon son habitude) défie les membres de l'école d'escrime locale, celle du clan Yoshioka ; mais les membres du clan, impressionnés par la force de Musashi et conscients des limites du jeune héritier Yoshioka, préfèrent lui tendre une embuscade. Dans cette même ville arrive un autre rônin, l'efféminé Sasaki Kojiro, en apparence bien moins remarquable. Mais les apparences sont souvent trompeuses ...

La voie de la lumière :
L'ambitieux et élégant Sasaki Kojiro multiplie les exploits martiaux, par gloriole mais aussi pour obtenir un poste élevé dans l'entourage d'un riche Damyo. Pour que sa réputation de bretteur soit insurpassable, il ne lui manque plus que de vaincre le célèbre Miyamoto Musashi. Il saisit donc la première occasion pour le défier. Ce dernier, désormais apaisé et sage, conscient de tomber pour la première fois sur plus fort que lui, décide de repousser la rencontre d'un an afin d'apaiser sa conscience en faisant œuvre utile avant un probable trépas. Il devient donc simple cultivateur dans un village isolé, mais celui-ci est menacé par une bande de brigands...

La légende de Musashi







La trilogie du samouraï, pour utiliser la terminologie américaine, est une adaptation de "La pierre et le sabre" d'Eiji Yoshikawa, roman fleuve du début du 20ème siècle qui inspira un grand nombre de films de sabre japonais, à commencer par le plus célèbre d'entre eux, "Les 7 samouraïs", dont de nombreux éléments scénaristiques sont tirés de ce roman. Ce dernier est une biographie romancée de la vie (ou plutôt de la partie la plus mouvementée de la vie) du plus célèbre samouraï de l'histoire, Miyamoto Musashi. Ce roman véritable somme de plus de 1400 pages dans sa traduction française ne pouvait être adapté en un seul métrage, c'est tout du moins ce qu'a dû se dire Hiroshi Inagaki quand il écrivit une première adaptation scénaristique en 1940 avant de la réaliser en trois parties, entre 1940 et 1942. De ce premier triptyque, il ne subsiste que le premier épisode, le reste ayant été perdu corps et bien lors des vicissitudes de la guerre et de la défaite du Japon. Ce projet lui tenant particulièrement à cœur, il remet le couvert au milieu des années 50 pour une seconde trilogie, pour laquelle il bénéficie de gros moyens et d'une totale latitude de la part des studios Toho. En témoigne la pellicule couleur, rarissime à cette époque dans le cinéma japonais, Inagaki étant considéré dans les années 50 comme le metteur en scène le plus bankable de la firme et, au niveau du prestige, l'égal de son cadet Akira Kurosawa.

Avant d'aller plus loin, un mot sur Miyamoto Musashi, le personnage historique. Samouraï aux origines obscures, d'autant plus obscures que les éléments biographiques présents dans ses propres écrits seraient assez fantaisistes (la date de naissance qu'il fournit le ferait venir au monde quatre ans après le décès de son géniteur putatif, ce qui ne l'empêche pas d'affirmer par ailleurs qu'il serait devenu orphelin de père à sept ans), il devînt de son vivant une légende du "bushi" (la voie du sabre) même s'il est impossible de démêler le vrai du faux dans les exploits qu'on lui prête et ceux qu'il s'attribua. Quoi qu'il en soit, au soir de sa vie il écrivit "Le traité des cinq roues", ouvrage "philosophico-escrimesque" qui le fit entrer définitivement dans le panthéon culturel nippon et dans les librairies spécialisées dans l'ésotérisme. Notre samouraï vivait donc (façon de parler) une postérité tranquille et poussiéreuse quand, en 1935, un feuilletoniste s'inspira de sa légende pour écrire un ouvrage au succès fulgurant dont la célébrité éclipsera ladite légende et s'y substituera (comme par exemple le Cyrano d'Edmond Rostand a supplanté dans l'inconscient collectif l'authentique auteur de "L'Histoire comique des États et Empires de la Lune").

Venons-en à la série de films elle-même. Ce qu'il faut bien comprendre au départ, sous peine d'être déçu, c'est qu'il s'agit d'un récit initiatique en trois étapes, bien plus qu'un film de sabre ou qu'une fresque épique à grand spectacle. Parce que niveau grand spectacle, passées l'introduction et une bataille dont, comme les deux protagonistes du premier film, on ne verra pas grand-chose, ça laisse à désirer. Plus gênants, puisque le film est rythmé par les nombreux combats mettant aux prises notre héros à des adversaires très variables en nombres, valeurs et armements, les affrontements à l'arme blanche n'ont rien de particulièrement spectaculaires et sont même la plupart du temps très décevants. Alors relativisons, ces duels courts et apparemment réalistes (n'ayant pas expérimenté personnellement les combats à mort au katana je me garderai d'être trop affirmatif) sont beaucoup plus "sympathiques" que les ridicules ballets aériens, avec câbles effacés en post-traitement par images de synthèse, que l'on subit dans les "Kung Futeries" depuis la fin du 20ème siècle. Il faut bien voir que le film de sabre en était alors à ses balbutiements et les cascadeurs et autres "chorégraphes" de combats peu expérimentés. Néanmoins, le gimmick consistant en un coup mortel porté hors champ, ou caché, avec l'adversaire s'effondrant une dizaine de secondes plus tard après avoir repris une posture de combat, devient très vite lassant.

Duel à Ichijôji







Deux duels sortent quand même du lot : celui mettant un terme à la trilogie, entre Musahi et Kojiro, malgré (ou à cause de) son aspect outrageusement esthétisant, du fait des enjeux et de la tension qui l'accompagne ; et celui ouvrant le second épisode, du fait essentiellement de l'armement particulièrement original de l'adversaire de notre héros (une sorte de grappin et un espèce de piolet). Par contre, les combats opposant Musashi à plusieurs adversaires sont quant à eux pire que les duels, ses rivaux se contentant de l'entourer bien sagement ou en piaillant avant d'aller se faire étriper un par un, en évitant soigneusement toutes attaques multiples qui pourraient mettre notre héros en danger.
Pour autant, cette trilogie est loin d’être une purge car l'essentiel n'est pas là. Ces films forment comme je l'ai écrit précédemment un récit initiatique en trois étapes qui fera passer le protagoniste principal de jeune rustre sauvage en homme civilisé ; puis en samouraï, tel que défini dans le Bushido, ayant compris que la violence n'est pas une solution mais un moyen ; et enfin en un véritable philosophe ayant compris l'inanité des rêves de gloire et du matérialisme. Néanmoins, malgré cette incontestable réussite pédagogique, on ne conseillera pas à nos jeunes lecteurs la "voie du sabre" pour parfaire leur éducation, celle-ci consistant pour l'essentiel à aller étriper ses contemporains en leur laissant une chance égale de faire de même avec soi.

Dans l'ensemble, la mise en scène d'Hiroshi Inagaki m'a laissé une impression mitigée. Il nous livre de bien belles images mais, vous l'aurez compris, sa direction des scènes d'action est un peu stéréotypée et défaillante. Si l'histoire est des plus intéressantes, il faut reconnaître que là, ou plutôt les, love-story (totalement chastes) de notre héros sont assez datées, pour utiliser un euphémisme ; mais cela est compensé par le charme naturel des deux interprètes féminines principales. L'interprétation est d'ailleurs, tout compte fait, le point fort de la trilogie, même si les "petits rôles" et autre quasi-figurants surjouent grossièrement, comme souvent dans les films asiatiques.
Toshiro Mifune, que l'on ne présente plus, est l'interprète idéal pour le rôle de Musashi. Il n'en est pas moins quasi éclipsé dans le troisième volet par Koji Tsuruta, dans le rôle il est vrai beaucoup plus ambigu et intéressant de Sasaki Kojiro. Les plus physionomistes d'entre vous auront reconnu, dans le rôle du chef de clan Yoshioka, la vedette des Kaiju Eiga de la Toho, non pas Godzilla mais Akihiko Hirata (le scientifique borgne et suicidaire qui vaincra Godzilla premier du nom). Notons que le rôle de Matahachi, l'ami d'enfance du héros, est tenu par deux acteurs différents selon les films sans qu'il y n'y ait d'autre explication qu'un problème financier ou de planning (Matahashi tient un rôle important dans le premier volet mais très secondaire dans le deuxième film, et n'apparaît pas dans le troisième). Côté féminin, le charme et la fraîcheur un peu naïve et surannée de Kaoru Yachigusa et Mariko Okada devraient ravir les spectateurs... tout comme cette trilogie, en fait.

La voie de la lumière






_________________


Dernière édition par sigtuna le Ven Jan 17, 2014 10:48 pm; édité 3 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sigtuna
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 08 Jan 2010
Messages: 4454

MessagePosté le: Ven Jan 17, 2014 6:04 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J’espère qu'inspiré par cet effort surhumain (ça m'a couté de chroniquer un film asiatique ico_mrgreen), bigbonn fera une critique de film tchèque ou roumain. new_diable
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Bigbonn
Psycho-cop
Psycho-cop


Inscrit le: 13 Déc 2004
Messages: 4597

MessagePosté le: Ven Jan 17, 2014 6:20 pm    Sujet du message: Répondre en citant

sigtuna a écrit:
J’espère qu'inspiré par cet effort surhumain (ça m'a couté de chroniquer un film asiatique ico_mrgreen)
et même trois, si j'ai bien compris !!!
Citation:
bigbonn fera une critique de film tchèque ou roumain. new_diable
ah ! si seulement il en existait de bons... hélas... new_diable

bel effort, en tout cas, et pour le coup, tu m'as bien surpris, ne t'étant jamais aventuré si loin du continent européen, je n'aurais jamais pensé à toi pour l'écriture de cette critique !
Personnellement, je n'ai pas vu cette trilogie mais je crois que je ne m'en porte pas plus mal, ses qualités ne faisant visiblement pas pencher la balance du bon côté à cause de ses défauts (et puis, ça manque de cables ! ico_mrgreen )
Bravo en tout cas, pour la précision, et même si tu n'as jamais vraiment testé le katana, on sent que tu es prêt pour emprunter la voie du sabre.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16074
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Ven Jan 17, 2014 6:26 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Venons en a la série de films elle-même. Ce qu'il faut bien comprendre au départ, sous peine d'être déçu, c'est qu'il s'agit d'un récit initiatique en trois étapes, bien plus qu'un film de sabre ou qu'une fresque épique à grand spectacle.


Oui, je les ai vus il y a 20 ans, sur le câble, j'étais resté frustré. C'est somptueux, assez souvent, coloré, avec un beau scope et de beaux cadres, avec aussi de chouettes musiques, sauf que les types se tournent autour de longs moment durant avant de se mettre un coup (ou pas d'ailleurs. ico_mrgreen )

Mais comme tu le dis, faut pas se tromper de marchandise. On est plus dans le récit initiatique en 3 actes que dans le chanbara où prime l'action.


p.s. : j'ai mis [Dossier]. icon_wink

p.s. 2 : Et à regarder les captures, je dois me tromper. Je repasserai pour le scope ! frank_PDT_10
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sigtuna
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 08 Jan 2010
Messages: 4454

MessagePosté le: Ven Jan 17, 2014 10:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bigbonn a écrit:
je n'aurais jamais pensé à toi pour l'écriture de cette critique !
Bah une fresque historique qui dure plus de 4 plombes je suis toujours client. new_diable

mallox a écrit:

Oui, je les ai vus il y a 20 ans, sur le câble, j'étais resté frustré. C'est somptueux, assez souvent, coloré, avec un beau scope et de beaux cadres, avec aussi de chouettes musiques, sauf que les types se tournent autour de longs moment durant avant de se mettre un coup (ou pas d'ailleurs. ico_mrgreen )
Bizarrement j'ai un peu pensé à La Cible humaine, les films de sabre japonais ont un aspect "western" indéniable (pour ce que j'en connais) à commencer par ses combats qui ressemble plus à des gunfight qu'à des duels d'escrimes européens
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
flint
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 13 Mar 2007
Messages: 8815
Localisation: cusset-plage

MessagePosté le: Sam Jan 25, 2014 4:21 pm    Sujet du message: Re: [C] [Dossier] La Trilogie Samouraï (Miyamoto Musashi) Répondre en citant

sigtuna a écrit:
... les affrontements à l'arme blanche n'ont rien de particulièrement spectaculaires et sont même la plupart du temps très décevants. Alors relativisons, ces duels courts et apparemment réalistes...


C'est effectivement une caractéristique du chambara, les duels sont très courts, deux ou trois coups portés en général avant la mort d'un des protagonistes. Tout le contraire du wu xia pan où les duels sont volontairement étirés.


sigtuna a écrit:

Par contre, les combats opposant Musashi à plusieurs adversaires sont quant à eux pire que les duels, ses rivaux se contentant de l'entourer bien sagement ou en piaillant avant d'aller se faire étriper un par un, en évitant soigneusement toutes attaques multiples qui pourraient mettre notre héros en danger.


C'est aussi une constante dans le film de sabre asiatique où dans le film de kung fu, quoiqu'on ait vu également dans le cinéma de cape et d'épée européen ou américain semblables situations. Les adversaires ne cherchent pas à frapper de concert le héros, soit pour une question d'éthique, soit (tout simplement) parce qu'un combat de mêlée serait plus difficile à gérer au niveau de la caméra et moins cinégénique au résultat.
Dans le wu xia pan, les cinéastes s'évertuaient à filmer les combats comme des ballets. L'esthétique était primordiale, d'où la volonté de ne pas faire des bastons ressemblant à des mêlées plus ou moins confuses.

Et à part cela, félicitations à Sigtuna pour cette entrée magistrale dans le chambara. enaccord8

A propos de cette trilogie, on pourrait s'étonner que Toshiro Mifune ait été choisi pour incarner Musashi, sachant que l'acteur avait environ 35 ans au moment du tournage, et que Musashi, lui, en avait 17 lorsque commence l'histoire.
Mais qui donc que Mifune pouvait jouer ce rôle, cela dit ?! icon_wink
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sigtuna
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 08 Jan 2010
Messages: 4454

MessagePosté le: Dim Jan 26, 2014 1:06 pm    Sujet du message: Re: [C] [Dossier] La Trilogie Samouraï (Miyamoto Musashi) Répondre en citant

flint a écrit:

A propos de cette trilogie, on pourrait s'étonner que Toshiro Mifune ait été choisi pour incarner Musashi, sachant que l'acteur avait environ 35 ans au moment du tournage, et que Musashi, lui, en avait 17 lorsque commence l'histoire.
Mais qui donc que Mifune pouvait jouer ce rôle, cela dit ?! icon_wink

Un problème récurent pour les biopics s’étirant sur plus d'une décennie.
il a l'age du personnage dans le 3eme film, enfin si on tient compte du époque plus rude ou l'on vieillissait plus vite, mais pas dans le premier. ceci dit le rapport au temps dans le(s) scenario(s) est très "particulier".

Concernant les combats à plusieurs, ce n'est clairement pas une raison d’éthique (puisqu'il s'agit de guet apens, etc), enfin disons qu'il n'y a pas de raisons scenaristique.
cinegetique? sans doute, mais surtout s'ils l'attaquait réellement à plusieurs le héros aurait beaucoup de mal à s'en sortir de façon crédible.
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Bigbonn
Psycho-cop
Psycho-cop


Inscrit le: 13 Déc 2004
Messages: 4597

MessagePosté le: Ven Sep 21, 2018 10:16 pm    Sujet du message: Re: [M] [Dossier] La Trilogie Samouraï (Miyamoto Musashi) Répondre en citant

sigtuna a écrit:
La trilogie du samouraï, pour utiliser la terminologie américaine, est une adaptation de "La pierre et le sabre" d'Eiji Yoshikawa, roman fleuve du début du 20ème siècle qui inspira un grand nombre de films de sabre japonais

Tiens, je reviens un peu là-dessus.
J'ai lu La pierre et le sabre mais aussi le tome 2, une parfaite lumière et, c'est vrai, ça représente un sacré paquet de pages à lire au point que je craignais un peu de m'y engager. J'avais bien tort, j'ai été vite aspiré dans ce récit et j'y ai parcouru des paysages que je connaissais un peu grâce aux films asiatiques vus sur cette période.
En revanche, pour l'adaptation cinématographique narrée par le grand Sig dans ce dossier, que j'ai forcément eu envie de découvrir après lecture, je n'ai pas réussi à finir le premier film et n'ai donc pas tenté les suivants...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sigtuna
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 08 Jan 2010
Messages: 4454

MessagePosté le: Dim Sep 23, 2018 9:35 am    Sujet du message: Répondre en citant

frank_PDT_08
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Kung-fu / Wu Xia Pian / Chambara Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com Charcoal2 Theme © Zarron Media