[M] [Critique] La mort rôde à San Francisco

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Kung-fu / Wu Xia Pian / Chambara
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Throma
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 25 Nov 2004
Messages: 3520
Localisation: Masse à chaussettes

MessagePosté le: Mer Avr 23, 2014 5:46 pm    Sujet du message: [M] [Critique] La mort rôde à San Francisco Répondre en citant




LA MORT RODE A SAN FRANCISCO

Titre Original : Weapons of Death
Titre Vidéo : Les seigneurs de la mort


USA - 1981

Genre : Arts Martiaux

Un film de Paul Kyriazi

Avec Eric Lee, Bob Ramos, Ralph Catellanos, Louis Winfield Bailey, Alan Gin, Nancy Lee, Gerald Okamura, Sid Campbell, Garrick Huey, Paul Kyriazi...



Angela (Nancy Lee), demi-soeur d'Eric (Eric Lee) instructeur de karaté, est kidnappée par un gang vicieux mené par l'horrible Bishop (Ralph Catellanos). L'opération de rapt est commanditée par un ponte de la mafia chinoise.
De son côté, Eric monte une équipe de combattants infaillibles pour délivrer Nancy...



Visiblement, Paul Kyriazi porte un intérêt manifeste pour les arts martiaux puisqu'après avoir mis en boite en 1976 un "Death Machines" très porté sur les combats à mains nues, le gaillard remet le couvert cinq ans plus tard avec cette nouvelle réalisation baptisée "Weapons of Death".
Sur notre territoire, le film connait une timide sortie en salles en 1983 sous le titre de "La mort rôde à San Francisco" avant d'échouer en vhs la même année sous une toute nouvelle identité : "Les seigneurs de la mort".

La k7 étant peu prisée par les amateurs et collectionneurs, on peut donc affirmer que le métrage de Kyriazi n'aura provoqué aucun remous.
Il suffit pourtant de dégoter l'objet (pas une mince affaire en 2014 je vous l'accorde) puis de l'enfourner dans son magnétoscope non sans une relative appréhension pour découvrir une pépite gentiment débile, fortement jouissive.



A l'instar des excentricités dégénérées que constituent "Miami Connection" ou le "Contrat pour un tueur"/"The Executioner" de Duke Mitchell, "La mort rôde à San Francisco" porte la détermination de son auteur jusqu'au point de non-retour, en élaguant au passage toute notion de bon goût, de réalisme ou de cohérence.
Objectivement nul, le film de Kyriazi (tout comme les deux autres exemples pré-cités) n'a pas peur de "proposer" plutôt que de "copier" stupidement. Une démarche qui, bien qu'imprégnée de l'essence du bis, l'amène presque aux confins du cinéma d'auteur.
Oui, le gros mot est lâché.

"La mort rôde à San Francisco" se dote d'un caractère imprévisible propre aux bisseries les plus folles et ce, dès son ouverture ahurissante : un homme noir éméché (Louis Winfield Bailey) pénètre dans un rade dégueulasse, zigzague entre le comptoir et la table de billard avant de se faire chahuter par les clients.
Incapable de se défendre, vient à sa rescousse un biker patibulaire (l'incroyable Ralph Catellanos) qui se met alors à défoncer la totalité des agitateurs avant de se défouler avec un acharnement hallucinant sur le mobilier du bar.
La rixe montée avec une frénésie rare et servie par de piètres chorégraphies de combat prend une allure de valse des pantins, où des poupées désarticulées à la bedaine proéminente frappent dans le vide, titubent entre deux tabourets renversés et s'écrasent dans les étagères en verre de l'établissement.

Plus tard, on retrouve le même L. W. Bailey dans une autre scène anthologique où, cette fois, il renverse contre toute attente la vapeur puisqu'à lui seul il exterminera à la machette une trentaine de motards sanguinaires regroupés dans une clairière.
Ca partait pourtant très mal puisque pour rappel, l'homme n'opposait la moindre résistance dans la séquence détaillée auparavant.
Alors, Paul Kyriazi farouche partisan du "Tout et son contraire ?" Qui s'en plaindra dans le cas présent ?



Ce qui est sûr, c'est que le responsable de ce beau merdier démontre néanmoins la capacité à imaginer des personnages principaux et secondaires inédits dans ce genre de produit.

Ainsi, Eric l'asiatique se voit contraint de pactiser avec un beau-père (porto-ricain) qu'il hait (Bob Ramos), lui-même combattant confirmé qui fera tout pour sauver sa petite fille adorée.
Du côté des "bons", outre Louis le pochtron cachant décidément bien son jeu, peut-on également évoquer un autre élève d'Eric tiraillé entre la peur et l'absence de courage et Paul Kyriazi himself s'octroyant le rôle du fiancé d'Angela carrément pleutre pour le coup. En effet, ce dernier préfère abattre au revolver ses adversaires plutôt que de s'essayer au corps à corps.
Une façon comme une autre de maximiser ses chances de survie, je suppute.

Quant à Ralph "Bishop" Cattelanos, chacune de ses apparitions s'avère précieuse surtout s'il ouvre le bec puisque lui a été adjoint dans la version française un doubleur d'une calamité rare. Ce synchroniseur fou à la voix nasillarde passe le temps à marmonner dans sa barbe, rendant son personnage parfaitement incompréhensible.
L'instant T où il s'essaye à prononcer le mot "Chinatown" demeure un grand moment de désespoir.
Disons que cet élément auditif déglingué termine de tirer la bande vers la stratosphère du plaisir.






A propos du film : un seul visage familier est à relever dans un casting essentiellement composé de parfaits inconnus.
Le maitre d'armes Gerald Okamura à la trogne immédiatement reconnaissable entre mille.
L'homme au crâne lisse a traversé le cinéma d'action américain sur près de quatre décennies, toujours dans de petits rôles réclamant ses compétences martiales, plus précisément son maniement irréprochable des armes blanches.
Dans "La mort rôde à San Francisco", il livre deux affrontements parmi les plus convaincants du film, opposé à chaque fois à Eric Lee.
Okamura y emploie divers accessoires tranchants dont des poignards à la lame recourbée.
_________________
http://www.vhs-survivors.com/myvhs.php?alias=Throma
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
sigtuna
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 08 Jan 2010
Messages: 4454

MessagePosté le: Jeu Avr 24, 2014 6:06 am    Sujet du message: Répondre en citant

frank_PDT_10 enaccord8
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Kung-fu / Wu Xia Pian / Chambara Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com Charcoal2 Theme © Zarron Media