[M] [Critique] Voyeur pervers - 1977
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Giallo / Thriller / Krimi
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16074
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Lun Mai 19, 2014 3:56 pm    Sujet du message: [M] [Critique] Voyeur pervers - 1977 Répondre en citant



Voyeur pervers - 1977
(L'occhio dietro la parete)

Origine : Italie
Genres : Thriller / Giallo / Drame / Erotique

Réalisé par Giuliano Petrelli
Avec Fernando Rey, John Phillip Law, Olga Bisera, José Quaglio...

Autres titres : Eyes Behind the Wall / The Crystal Man






Nous retrouvons le jeune et séduisant Arturo (John Phillip Law) dans le compartiment d'un train, assis en face d'une jeune femme ravissante. Arturo nous dévoile rapidement l'un des aspects de sa nature : l'homme viole puis étrangle sa victime.
D'apparence tout ce qu'il y a de plus normal, il est plus tard accueilli comme locataire chez Ivano (Fernando Rey) et son épouse, Olga (Olga Bisera). Ivano, écrivain rendu impuissant à la suite d'un accident de voiture, évolue sur son fauteuil roulant et est frustré de sensations en même temps que son inspiration se tarit. Pour tenter de remédier à cela, il a installé son petit système de caméras et de micros cachés dans le studio loué au jeune homme. Malgré l'homosexualité bientôt révélée d'Arturo, Ivano va tenter de pousser sa femme dans ses bras ; une occasion pour lui de lui faire l'amour par procuration. Seulement à ce petit jeu, les révélations scabreuses et dangereuses, aidées d'un quatrième homme, ne vont pas tarder à tomber...






Dans la vie réelle, on dit souvent que personne n'est vraiment "normal", que chacun a ses névroses et déviances, en remettant même en cause le terme "normalité". De fait, il est un procès que certains feront à "L'occhio dietro la parete" qui paraîtra caduque : lui reprocher d'être explicite là où l'une de ses sources (Luis Bunuel, par exemple) jouait la carte de symbolisme et de l'onirisme. Ailleurs, Hitchcock est également convoqué : Giuliano Petrelli emprunte à "Fenêtre sur cour" avec ce vis-à-vis (technologique ici) et ce personnage qui, malgré lui, assistait à un meurtre. Dans "Voyeur pervers", le personnage campé par Fernando Rey (qui garde donc un fauteuil roulant), à l'inverse de James Stewart, est lui-même désireux de son voyeurisme et de qu'il génère. Mais en lieu et place de perversités, "Voyeur pervers" pénètre avant tout dans les méandres névrotiques de chacun des protagonistes, créant ainsi une atmosphère oppressante de dépravation. Un peu comme dans une ronde des déviances dans laquelle serait vu qui croyait voir. Quant au traitement, le réalisateur opte pour une peinture crue et frontale, se mettant, et nous avec, dans la position même du voyeur.




Nous avons donc un jeune homme qui assouvit ses pulsions sexuelles en tuant ses victimes ensuite, un homme vieillissant qui, tout en faisant croire qu'il œuvre pour ses romans, se laisse aller au penchant grandissant pour le voyeurisme. Ajouté à cela, Olga, réduite au rôle d'aide-soignante et frustrée physiquement tombera de haut lorsqu'elle verra le bel Arturo se faire sodomiser violemment par un grand black soulevé en discothèque. Mais comme si cela ne suffisait pas, un autre œil vraiment pervers celui-ci, en la personne d'Ottavio le majordome, épie dans l'ombre. On apprend bientôt qu'il est secrètement amoureux fou de sa patronne et aime, par exemple, collectionner ses poils pubiens qu'il ramasse dans sa baignoire. Pire encore, frustré de ne pouvoir la posséder physiquement, il se rabat sur de jeunes filles de passage qu'il séquestre dans sa cabane pour les violer. Là-dessus, un secret assassin refera surface, rendant l'issue tragique pour tout le monde, ou presque...

Epousant une structure narrative théâtrale et un montage serré, "L'œil derrière le mur" (titre littéral français) a l'intelligence d'impliquer le spectateur en convoquant son propre voyeurisme pour, petit à petit, l'étouffer. Plus que de perversité donc, comme le titre français vidéo le laisse imaginer, il s'agit de déviances additionnées de méfaits et de secrets enfouis. Bien entendu, Arturo tout comme Ottavio sont vite rangés au rayon des êtres dangereux et assassins, mais à aucun moment le réalisateur ne pose un regard moral sur ce qu'il étale au grand jour à l'écran. C'est ce qui fait le prix de ce "Voyeurs pervers" qui s'intéresse avant tout à explorer le voyeurisme par le petit bout de la lorgnette en laissant le spectateur seul avec des personnages se croyant libres et dont chaque recoin est mis à nu. On s'aperçoit alors que la singularité, la déviance ou encore la perversité (celle du domestique) est tapie bien plus près de nous qu'on ne pourrait le croire. Idem pour les meurtrissures de chacun qui n'ont ici pas droit à la pudeur.




N'en déplaise à cette bonne conscience tant convoitée par les moralisateurs chroniques, s'exemptant eux-mêmes de tels spectacles décadents, les mêmes qui, en leur temps, firent scandale pour des "Dernier tango à Paris", "La grande bouffe" ou "Salo ou les 120 journées de Sodome" ou bien encore a contrario, ceux qui n'en font pas tant à ce jour pour ces mêmes films, alibi culturel aidant, on pourrait bien, en tirant sur la corde pasolinienne, rapprocher "L'occhio dietro la parete" d'un autre film dans lequel la venue d'un jeune bellâtre dans une famille, tout à fait respectable en apparence, servait de révélateur à chacun, faisant dans un même temps voler en éclat le vernis de l'institution familiale ("Théorème"). Ici, dans ce drame lorgnant vers le thriller psychotique et érotique, la venue d'un nouveau locataire va elle aussi servir de révélateur, faisant du spectateur "l'œil du témoin", et ne lui épargnant aucun détail salace ou saugrenu, le confrontant donc, comme suggéré ci-avant, avec son propre voyeurisme (que dire de John Phillip Law nous narguant de face en faisant des pompes avec les couilles bien ballantes ?)






Quant à son appartenance au genre giallo ou non, c'est une question accessoire qu'on réglera vite fait en précisant que, quand il y a manipulation (ici multiple), il y a machination, et que dès lors qu'un suspense propre au thriller est instillé, c'est qu'il a un bon pied (bon œil) dedans. Mais laissons ces considérations de côté et remercions plutôt le sieur Petrelli pour cette véritable plongée libidonesque tordue menant à l'apnée...
Si le symbolisme, le surréalisme ou la suggestion sont des formes d'expression et de mises en images, nobles, le fait d'être délibérément explicite peut tout aussi bien se voir comme une adéquation avec son sujet. Ce qui est le cas de cette pellicule très culottée dont Cinekult a récemment sorti une belle copie. Reste que la durée du film atteint 75 minutes pour une bobine qu'on pourra juger déjà copieuse, mais il manquerait une dizaine de minutes qu'on aimerait découvrir si elles existent. Vous avec dit plaisir coupable ? Pas vraiment, plaisir voyeur...
Si l'étude des caractères ne paraît pas tout à fait approfondie - en raison des minutes manquantes ? - , les acteurs, en revanche, sont à l'unanimité excellents. Il en va de même de la très jolie musique un brin vénéneuse signée Giuseppe Caruso ("Violez les otages!").





En rapport avec le film :

# Le passage dans la discothèque sera repris par Franco Prosperi dans "La settima donna" lors d'une scène où les personnages regardent la télévision.
_________________


Dernière édition par mallox le Dim Mai 06, 2018 8:58 am; édité 3 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
flint
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 13 Mar 2007
Messages: 8815
Localisation: cusset-plage

MessagePosté le: Lun Mai 19, 2014 4:38 pm    Sujet du message: Re: [Critique] Voyeur Pervers - 1977 Répondre en citant

mallox a écrit:
(que dire de John Phillip Law nous narguant de face en faisant des pompes avec les couilles bien ballantes ?)


Une scène marquante, indubitablement ! frank_PDT_10

J'avoue ne pas avoir trop accroché au film, mais ça remonte à loin. Je le reverrai à l'occasion.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Throma
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 25 Nov 2004
Messages: 3520
Localisation: Masse à chaussettes

MessagePosté le: Lun Mai 19, 2014 4:38 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'aimerais bien voir la version intégrale de ce film.
La vhs American Video est hélas raccourcie, à l'image d'un viol au bout de bois (semblerait-il) qu'on nous montre pourtant au verso de la jaquette.
En l'état, le résultat est déjà bien déglingué.
Mention spéciale au majordome qui s'en va cueillir les poils pubiens de sa "maitresse" au fond d'une baignoire pour se les injecter sous les narines.
_________________
http://www.vhs-survivors.com/myvhs.php?alias=Throma
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16074
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Lun Mai 19, 2014 4:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
un viol au bout de bois (semblerait-il) qu'on nous montre pourtant au verso de la jaquette.


Ah oui, en effet, j'ai vu ça sur ton blog. elle n'est pas non plus sur le dvd Cinekult d'une durée de 75min aussi.
Par contre sur nocturno j'ai vu que le réal avait eu de gros soucis avec le producteur, se plaignant qu'il ait dénaturé et censuré son film. Je me demande si elles sont trouvables ces 10 minutes. icon_confused
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Valor
Psycho-cop
Psycho-cop


Inscrit le: 22 Fév 2007
Messages: 5408
Localisation: Vanves

MessagePosté le: Lun Mai 19, 2014 10:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

mallox a écrit:
Je me demande si elles sont trouvables ces 10 minutes. icon_confused

Il faudrait déjà être sûr qu'elles existent !



Tout est semble-t-il parti de cette fameuse image au verso de la jaquette VHS American mais a priori, personne n'a jamais vu cette scène... C'est à se demander si elle a réellement figuré dans le film un jour !
En plus la jaquette Cinekult indique "version intégrale non censurée"... Hein quoi ? sur la VHS aussi ? frank_PDT_16

Belle critique en tout cas... et beau DVD malgré l'absence de sous-titres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16074
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Mar Mai 20, 2014 4:22 am    Sujet du message: Répondre en citant

Valor a écrit:


En tout cas cette image m'interpelle forcément... c'est la même scène :


_________________


Dernière édition par mallox le Dim Mai 06, 2018 9:00 am; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
crevardo
20 % irradié
20 % irradié


Inscrit le: 05 Avr 2012
Messages: 144

MessagePosté le: Mar Mai 20, 2014 9:02 am    Sujet du message: Répondre en citant

Bien vu Mallox!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Throma
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 25 Nov 2004
Messages: 3520
Localisation: Masse à chaussettes

MessagePosté le: Mar Mai 20, 2014 10:11 am    Sujet du message: Répondre en citant

S'agirait-il simplement d'un plan promotionnel ?
Parce que le "violeur" ne porte pas les mêmes vêtements sur les 2 captures.
_________________
http://www.vhs-survivors.com/myvhs.php?alias=Throma
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Valor
Psycho-cop
Psycho-cop


Inscrit le: 22 Fév 2007
Messages: 5408
Localisation: Vanves

MessagePosté le: Mar Mai 20, 2014 10:40 am    Sujet du message: Répondre en citant

Throma a écrit:
le "violeur" ne porte pas les mêmes vêtements sur les 2 captures.

Bien vu Throma ! ico_mrgreen

Effectivement, peut-être un plan promotionnel ou une scène coupée au montage ?

Au fait, le "bout de bois", ce serait pas le manche de la truelle ?



icon_confused
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16074
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Mar Mai 20, 2014 11:45 am    Sujet du message: Répondre en citant

Du coup, je viens de réenfourner le dvd et me suis repassé la scène.

On voit tout d'abord que le violeur porte la même chemise, sauf qu'elle est surexposée sur l'image de la vhs, du coup, le rayures qu'on ne voit pas sur la cinekult y sont bien, mais en plus discrètes.




Ensuite la scène se termine ici :



Pour enchainer avec John Phillip Law feuilletant un magazine de cul.



Bref, je penche personnellement pour une coupure. Et je crois assez fermement que la scène se poursuit avec notre violeur se servant du manche de la truelle, truc encore plus taré.
_________________


Dernière édition par mallox le Dim Mai 06, 2018 9:01 am; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16074
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Mer Mai 21, 2014 7:18 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ah... j'avais prise cette capture au cas où il y aurait un doute sur la manche à rayures horizontales de la veste du monsieur...



On trouve donc de drôles d'infos (ou interrogations proches des nôtres) sur le forum de Nocturno

Le master aurait été détruit par le réalisateur lui-même.
Une personne intervient pour dire qu'il y a selon lui des coupes, notamment pour la scène de sodomie et la scène ci-dessus.
Il semblerait y avoir une multitudes de petites coupes...

Reverso trad :

Citation:
Un exemple: à 11m04s24f, et je me suis arrêté ici avec une comparaison frame by frame car les microtagli sont nombreux vraiment, du dvd cinekult manquent 8s5f d'Arturo qu'il se lève la chaussette gauche et les slip.....





Ici, on trouve ceci (j'ai passé le texte dans reverso...) :

Citation:
Le film de Petrelli avait tout d'abord été rejeté par la censure, puis approuvé sans coupes. La version sortie dans les salles, en restant aux données ministérielles, il durait 85 minutes environ. Les vhs qui cites sont incomplets, mais je n'ai pas eu encore manière de visionner sources alternatives vidéo.


Ainsi que ça :

Citation:
Il sort pour Cinekult au novembre 2012 Le cut original de Petrelli, ce la première édition cinématographique est allée avant malheureusement perdue.
Nous sommes en train de tâcher de comprendre avec du Petrelli s'il est possible de le reconstruire. Attention ne parle pas de copie recalée et cetera dont Alexis De Rocco en le vu en censure, mais de celle qui préexistait, le director's cut qu'à tout ce qu'il semble elle était très différente.


Et encore ça...

Citation:
Pellicule que je me suis 'étudié' pour mon livre sans réussir à trouver beaucoup de renseignements 'extras.' La durée officielle de vu de censure il est 86' environ m. 2338, pendant que la version sur vidéocassette du GVR, et puis AÏEUL, dure environ dix minutes de moins. Petrelli à l'époque déclara que le producteur s'était pesamment mêlé, en dénaturant le film beaucoup qui menaça d'enlever la signature vraiment. Le vhs canadien devrait être le plus complet et dans le format widescreen dit il devrait parce que je n'ai jamais réussi à la visionner et je reporte renseignements de quatrième main
'L'oeil derrière le mur' était inclus dans les listes du Mya qui, voit les précédents, il aurait sûrement reversé le vhs italien. Ils sont donc heureux que je sois dans les programmes du Cinekult: certainement que l'attente jusqu'à le novembre


Voilà quoi, juste pour tenter de faire avancer le schmill, pas évident...
_________________


Dernière édition par mallox le Dim Mai 06, 2018 9:02 am; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Valor
Psycho-cop
Psycho-cop


Inscrit le: 22 Fév 2007
Messages: 5408
Localisation: Vanves

MessagePosté le: Mer Mai 21, 2014 8:52 am    Sujet du message: Répondre en citant

enaccord8
Bravo Mallox, j'ai bien cherché des infos sur les sites italiens mais sans succès... icon_confused

Citation:
Le vhs canadien devrait être le plus complet

J'ai la possibilité d'avoir une copie VHS en italien sous-titrée en anglais... c'est peut-être celle-là... Je vais vérifier ! icon_cool
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Valor
Psycho-cop
Psycho-cop


Inscrit le: 22 Fév 2007
Messages: 5408
Localisation: Vanves

MessagePosté le: Mer Mai 21, 2014 12:14 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Valor a écrit:
Citation:
Le vhs canadien devrait être le plus complet

J'ai la possibilité d'avoir une copie VHS en italien sous-titrée en anglais... c'est peut-être celle-là... Je vais vérifier ! icon_cool

Vérifiée ! Malheureusement, c'est l'édition US "Luminous"... elle dure 75'38 mais elle est moins complète que le DVD italien, ce plan avec JP Law et le Black est absent, par exemple :



Rien de plus au niveau de la scène de la truelle... icon_confused
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Valor
Psycho-cop
Psycho-cop


Inscrit le: 22 Fév 2007
Messages: 5408
Localisation: Vanves

MessagePosté le: Ven Juin 06, 2014 7:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Grosse polémique avec Otto Rivers sur FB ! ico_mrgreen

D'après lui, la scène du train est absente de la VHS française... Or sur ma copie, elle y est, identique au DVD italien !
Le problème c'est que je ne sais pas d'où vient cette copie : je pense que c'est celle que Throma a postée sur VPM... elle commence par la fin du générique de "La maison qui tue", c'est bien ça ?

Et tiens, ça me rappelle une autre anecdote personnelle : j'avais acheté cette cassette à Flint sur Price Minister alors que je venais à peine de m'inscrire sur Psychovision et j'ai annulé la vente à cause d'une raie sur la bande ! Résultat, je crois que je ne l'ai jamais retrouvée et elle se vend 50 euros aujourd'hui ! endesaccord14
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
flint
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 13 Mar 2007
Messages: 8815
Localisation: cusset-plage

MessagePosté le: Ven Juin 06, 2014 9:05 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je m'en souviens très bien !

Eh bien, si je n'ai plus la VHS, j'ai un rip de celle-ci sur dvd. Donc, demain, je comparerai la version K7 et la version Cinekult pour la scène en question. De mémoire, je me rappelle de la scène du viol dans le train, bien présente dans la VHS.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Giallo / Thriller / Krimi Toutes les heures sont au format GMT
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com Charcoal2 Theme © Zarron Media