[M] [Critique] La Mort a pondu un Oeuf
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Giallo / Thriller / Krimi
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
flint
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 13 Mar 2007
Messages: 8816
Localisation: cusset-plage

MessagePosté le: Mer Avr 25, 2007 4:45 pm    Sujet du message: [M] [Critique] La Mort a pondu un Oeuf Répondre en citant



La Mort a pondu un Oeuf/La morte a fatto l'uovo/A curious way to love/ Death laid an egg/Plucked
année : 1968
genre : thriller/étude de moeurs/expérimental
origine : Italie
réalisateur : Giulio Questi
acteurs : Jean-Louis Trintignant, Gina Lollobrigida, Ewa Aulin, Jean Sobieski, Renato Romano

Marco occupe un poste de cadre supérieur au sein d'une entreprise que possède sa femme (Anna) : une ferme industrielle expérimentale, dotée d'un laboratoire, spécialisée dans l'élevage de poulets en batterie. Marco est un homme désabusé, voire complexé. Anna tient en effet les rênes de la société et les cordons de la bourse. Le couple vit avec Gabrielle, la jeune cousine, orpheline, et de ce fait leur héritière directe, puisque Marco et Anna n'ont pas d'enfant. Ne s'aimant plus, tous deux reportent leur affection sur Gabrielle, un amour plutôt trouble, sinon pervers.
A temps perdu, Marco se rend dans une chambre d'hôtel qu'il loue à temps complet, et où il invite des prostituées pour des jeux érotico-pervers finissant par un rituel macabre et la mise à mort de la "call-girl", le plus souvent au moyen d'une arme blanche (couteau, rasoir).
Un jour, un homme est témoin de l'un de ces meurtres. Il n'intervient pas, et se contente de passer un appel téléphonique, sans prévenir la police. La vie suit donc son cours pour Marco, qui doit préparer une opération publicitaire en rapport avec les dernières évolutions technologiques de la ferme. Au cours d'une séance photo près des machines, un outil tombe juste à côté du visage d'Anna, qui aurait pu être tuée. Acte délibéré ou simple négligence ?
Le lendemain, Marco est convoqué par son supérieur hiérarchique, qui doit lui présenter la personne avec qui il devra collaborer pour la nouvelle campagne publicitaire. Et il se trouve que le directeur de marketing en question, Mondaini, n'est autre que l'homme témoin du meurtre de la prostituée. Qui plus est, Montaini est également l'amant de Gabrielle. Cette dernière semble décidée à récupérer son héritage plus tôt que prévu...



Résumé ainsi, on pourrait croire que "La Mort a pondu un oeuf" est un thriller de facture classique. Il n'en est rien. On peut même conseiller aux amateurs de gialli de passer leur chemin. Si le film a été classé dans cette catégorie, c'est à se demander pourquoi. Dû à la collaboration de deux hommes : Giulio Questi et Franco Arcalli, déjà responsables du remarquable western "Tire encore si tu peux" l'année précédente, "La Mort a pondu un oeuf" est aussi étrange que son titre . Autant "Tire encore si tu peux", même en étant atypique, restait toutefois un western, autant "La Mort a pondu un oeuf" ne ressemble que de très loin à un thriller, et pas du tout à un giallo. C'est un film complètement déroutant, mélangeant différents genres, et aux diverses influences. Non seulement Hitchcock ou Clouzot, mais aussi Godard, et la Nouvelle Vague française de l'époque en général. Le film est aussi une critique sociale particulièrement féroce, dans laquelle Questi fait preuve d'ironie et d'humour noir. Le spectateur est d'autant plus déstabilisé que la musique accompagnant le film est en parfaite opposition avec les images. L'auteur, Bruno Maderna, est aux antipodes d'un Morricone ou d'un Nicolai. Là, nous avons une partition musicale d'avant-garde, faite de sons discordants, mélange de flamenco et de free-jazz, parfois, avec de forts accents de musique contemporaine. Pour ceux qui auraient du mal à imaginer de quoi il retourne, et se demander si ce film constitue vraiment une expérience singulière (ce qui est le cas), pensons à ce que pourrait donner un remake du classique "Les Diaboliques" par David Lynch, et l'on aura une idée un peu plus précise de l'oeuvre de Questi. Le metteur en scène s'en donne à coeur joie, et règle ses comptes avec la société (déjà, à l'époque) corrompue par l'argent, le pouvoir et le sexe. S'il a choisi comme cadre cette ferme expérimentale, c'est pour mieux fustiger et condamner les excès du progrès, les déviances du profit à tout prix.
Giulio Questi, de manière cynique, prend un malin plaisir à faire des parallèles entre le comportement de l'homme et celui des animaux, et en l'occurrence celui des poulets, qui sont en faits les vrais personnages principaux du film. A un moment, le personnel de l'usine, immobile derrière un grillage, fait effectivement penser à ces poules en batteries sacrifiées sur l'autel de la consommation. Autre exemple, lors d'une séance à la bourse, les courtiers font aussi penser à ces mêmes volatiles qui s'agiteraient dans une basse-cour. Et lorsque, suite à un incident dans le laboratoire de recherches, une race hybride de poulets hybrides apparaît, ne possédant ni pattes, ni ailes, ni tête, le metteur en scène semble vouloir nous mettre en garde. Attention, la folie de l'homme n'a pas de limites. Seul Marco va s'opposer à la commercialisation de cette mutation génétique, les autres n'y voyant au contraire que des avantages : coût moindre en production = bénéfices avantageux.



Au milieu de tous ces personnages intéressés par l'argent, le progrès scientifique ou la renommée, seul Marco semble sortir du lot. Et pourtant, c'est le seul à tuer des gens, un exutoire qui semble parfois irréel, mais qu'il doit accomplir pour oublier la réalité. Comme lorsqu'il retrouve Anna dans la chambre à coucher, Questi montre le couple uniquement de dos, tandis qu'ils discutent, afin de démontrer le vide de la communication. Idem quand Marco et Gabrielle se retrouvent dans un champ, une partie de leur conversation est couverte par la musique, et l'on ne peut distinguer que le mouvement de leurs lèvres.
Bref, Questi démonte le comportement humain dans la société moderne, un comportement qui le pousse à privilégier le futile et mépriser ce qui est important. La fin du film est un sommet de cynisme. On peut toutefois reprocher au film son aspect déroutant et dispersé, aux confins de plusieurs genres. A cause de cela, il perd en homogénéïté, et il demande une attention particulière au spectateur (surtout s'il pense voir un thriller). "La Mort a pondu un oeuf" n'est donc pas le chef-d'oeuvre escompté, et au final laisse une impression plus mitigée que "Tire encore si tu peux". Dommage que la troisième collaboration du duo Questi/Arcali : "Arcana" (réalisé en 1972) soit invisible en France. Il eût été intéressant de voir l'évolution d'un cinéaste en marge du cinéma traditionnel, et tout autant démarqué du cinéma de genre.



note : 6/10
accroche : Questi a pondu un film très étrange
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16074
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Mer Avr 25, 2007 5:10 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Giulio Questi est un homme bien trop peu connu et diffusé. j'aime bien également son "tire encore si tu peux".
Quant à celui-ci, je ne l'ai pas vu, en revanche "Arcana" est passé sur le câble il y a quelques années de ça. Je me souviens d'un film d'horreur alambiqué au possible en même temps qu'assez envoûtant, avec le fils d'une voyante possédant des dons surnaturels (contrairement à la maman) et la transformant en sorcière...
Ce réalisateur me semble avec ce que tu as écris sur "La Mort a pondu un Oeuf" un réalisateur à découvrir et à priori très personnel dans chaque genre qu'il aborde...
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
flint
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 13 Mar 2007
Messages: 8816
Localisation: cusset-plage

MessagePosté le: Mer Avr 25, 2007 5:38 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Oui, Giulio Questi fait partie assurément de la caste des réalisateurs "hors-normes". Il a été labellisé "réalisateur marxiste" par le journal "Le Monde". Un curieux parcours pour un homme, agé de 83 ans maintenant, qui n'a fait que trois films, mais tous marquants (même si je n'ai pas vu Arcana). Après avoir arrêté le cinéma en 1972, il s'y est remis par le biais du court-métrage 30 ans plus tard !
Ci-joint deux liens trouvés sur la toile à propos du bonhomme :

cinematheque.fr

http://www.babelmed.net/index.php?menu=381&lingua=fr

A présent, si tu as eu l'occasion de voir "Arcana" sur le cable, peut-être que quelqu'un sur le forum l'a enregistré, ou est à-même d'en dire deux mots. Cela serait intéressant.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16074
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Mer Avr 25, 2007 6:08 pm    Sujet du message: Répondre en citant

ça fait une dizaine d'années déjà. mais pourquoi pas...

réalisateur Marxiste? Génial ! j'adore cet homme Questi ... icon_cool
De toute façon, à tous niveaux, le cinéma Italien fut le plus engagé du monde, à gauche toute, ce durant une bonne quinzaine d'années... les meilleures !
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
gregore
Site Admin
Site Admin


Inscrit le: 25 Nov 2004
Messages: 2001

MessagePosté le: Sam Mai 26, 2007 3:24 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bon je réagis assez tard mais en fait je n'ai la chance de lire vos chroniques que juste avant les mises à jour !

J'ai pas vu le film mais ta critique donne très envie de le découvrir même avec la petite réserve que tu fais à la fin... et à propos de Giulio Questi, je suis allé voir un peu tes liens et on pourrait peut être tenter d'organiser une interview ?
_________________
"La guerre c'est la paix", "La liberté c'est l'esclavage", "L'ignorance c’est la force"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16074
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Sam Mai 26, 2007 4:18 pm    Sujet du message: Répondre en citant

ça va être dur de lui faire croire qu'on a vu ses films... du coup, je trouve qu'on a peu de matière sur laquelle se reposer pour les questions icon_confused
à moins de voir ses pubs pour les pâtes !

avis perso bien sur. icon_cool
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
flint
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 13 Mar 2007
Messages: 8816
Localisation: cusset-plage

MessagePosté le: Sam Mai 26, 2007 6:00 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Comme dit mallox, c'est pas gagné. Questi n'a fait que trois films. Même s'il est joignable, en quelle langue lui parler ? Et ne risque t'on pas de tourner en rond niveau questions ?

Et une interview Jean-Louis Trintignant ? Si douces, si perverses + Le Grand Silence + La Mort a pondu un Oeuf = du tout bon

(sinon, Philippe Leroy a un site perso, j'étais tombé dessus il y plusieurs mois, peut-être qu'il est dispo...)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16074
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Sam Juin 09, 2007 5:38 am    Sujet du message: Répondre en citant

superbe ! Dire que Trintignant est hospitalisé pour accident de moto. J'aime bien ce type. Je lui ai toujours trouvé la classe. Un beau mec, hein princesse? icon_wink
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16074
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Mer Aoû 22, 2007 7:27 am    Sujet du message: Répondre en citant

Et bien, c'est un drôle de film que celui-ci. Je ne pense pas que Quiesti ai usurpé son étiquette Marxiste vu la haute teneur politique du film. Quiesti met en garde ici sur l'abus, voir l'automatisation des procédés mécaniques des productions, et il fait du couple, le symbole d'une société en pleine mutation, désincarnée, représentée par ce couple qui a perdu son enjeu initial, celui qui consiste à regarder, faire attention respecter l'autre. En même temps que l'entreprise a prospéré, l'amour s'est étiolé, et en victime de cela, trintignant , il expie son manque dans des meurtres expiatoires où la femme est devenue simple marchandise, à l'instar de ses poules en batterie.
On peut également y voir une mise en alerte sur les grands groupes industriels et le début du tout profit par l'actionnariat. C'est assez omniprésent comme idée avec ce personnage qui se dénature en même temps que l'entreprise grandit, et le témoin du meurtre se taira pour ça, tandis que la mauvaise conscience du personnage principal s'élargissant, il doit tuer. C'est d'ailleurs ce qu'il fait chaque jour en série.
Sinon, le postulat me semble bien giallesque, mais là où Quiesti déroute pas mal, c'est que le trauma est socio-laborio-culturel.
c'est un peu là, où le film pêche à mon sens, surtout d'un point de vue formel. Le film est très élaboré, beaucoup de plans sont très beaux, mais d'une part l'influence Godard (un autre Marxiste/puis Maoiste) se fait un peu trop ressentir à mon goût dans des plans bien trop poseurs pour ne pas tomber dans la prétention. D'ailleurs à ce sujet, la partition, aux accents "Jazzy-flamenco" (?!) ne tombe pas toujours à des moments opportuns, et à l'instar du meurtre initial de trintignant, ses gestes d'abaissement de couteau semblent bien ampoulés, statiques, poseurs, à l'instar de ce film dans lequel je ne m'y suis pas ennuyé (même si j'ai dû le voir presque deux fois pour tenter de bien comprendre).
A noter pour finir la comparaison avec Godard, que tout comme ce dernier, Quiesti est avant tout documentariste à la base, aspect que l'on retrouve également dans le film.
Très intéressant donc mais aussi un peu trop prétentieux et "m'as-tu vu?" à mon goût. Peut-être que cet esprit expérimental propre à une certaine nouvelle vague, ne vieillit-elle pas très bien non plus. Allez savoir... pas facile en tout cas de se faire un jugement fixe sur ce film, à demi-convaincant pour faire suisse.

Note: 6/10
_________________


Dernière édition par mallox le Mer Aoû 22, 2007 2:18 pm; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
flint
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 13 Mar 2007
Messages: 8816
Localisation: cusset-plage

MessagePosté le: Mer Aoû 22, 2007 9:14 am    Sujet du message: Répondre en citant

Oui, un film à la fois troublant et dérangeant, et qui a aussi un peu "le cul entre deux chaises" en le revoyant quarante ans plus tard, tant il est à la fois novateur par bien des aspects (pour son époque) et vieillot par d'autres.
Un film hors-normes, c'est certain, qu'il vaut mieux voir dans de bonnes dispositions, sous peine de migraine assurée. ico_mrgreen
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Camif
99 % irradié
99 % irradié


Inscrit le: 16 Mai 2008
Messages: 1563
Localisation: Délocalisation

MessagePosté le: Mar Juin 30, 2009 5:09 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Etrange film. Entre le film politique, le drame, un peu de gialli-giallo ( enfin à part les gants de trintignant...
N'empêche c'est un film lancinant et dans lequel on plonge facilement si l'on accepte de ne pas voir un thriller jaune classique.
Très intéressant dans son symbolisme rentre dedans.
Et puis personne n'a cité Ewa Aulin frank_PDT_16 . Une bien belle personne
_________________
"Du 2 au 22 mai, y avait pas loin" Mallox
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
flint
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 13 Mar 2007
Messages: 8816
Localisation: cusset-plage

MessagePosté le: Mar Juin 30, 2009 5:24 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'est vrai que je n'avais pas parlé d'Ewa Aulin. Je ne connaissais pas trop la belle Suédoise, mais depuis j'ai vu "Candy" (merci Omega Man), ainsi que "Fiorina" (tout petit rôle). Pas mal de ses films sont durs à trouver, en fait, si l'on se penche sur sa carrière.
Enfin, j'attends sous peu "Ceremonia sangrienta" de Jorge Grau. Apparemment son dernier rôle...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
The Hard
99 % irradié
99 % irradié


Inscrit le: 17 Fév 2005
Messages: 1169

MessagePosté le: Mar Juin 30, 2009 5:37 pm    Sujet du message: Répondre en citant

flint a écrit:
C'est vrai que je n'avais pas parlé d'Ewa Aulin.


Tout simplement impardonnable pour un Flint! ico_mrgreen

flint a écrit:
Je ne connaissais pas trop la belle Suédoise, [...]


Entre Ewa Aulin et Christina Lindberg, autant dire que les Vikings ont pris soin de nous laisser de beaux trésors! frank_PDT_16


Dernière édition par The Hard le Mar Juin 30, 2009 9:07 pm; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Camif
99 % irradié
99 % irradié


Inscrit le: 16 Mai 2008
Messages: 1563
Localisation: Délocalisation

MessagePosté le: Mar Juin 30, 2009 6:13 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Il parait qu'elle a fait une apparition dans un des " Monty Python's flying circus " : " Full Frontal Nudity " ( en plus ! ico_mrgreen ).
Faudra que je le revisionne celui-ci.
_________________
"Du 2 au 22 mai, y avait pas loin" Mallox
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
1kult
40 % irradié
40 % irradié


Inscrit le: 03 Nov 2010
Messages: 431

MessagePosté le: Ven Déc 10, 2010 1:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

ma petite critique publiée ce matin sur 1Kult, avec le sympathique et plus facilement trouvable ben & Charlie de Michele Lupo !

http://www.1kult.com/2010/12/10/mort-pondu-oeuf-giulio-questi/

Un film à voir, qui s'évertue à prendre son spectateur à rebrousse poil, passionnant et bourré d'idées plus ou moins bonnes...

frank_PDT_10
_________________
Le Webzine du cinéma alternatif en continu

Le facebook : http://www.facebook.com/1kult
Le compte viméo : http://www.vimeo.com/webzine1kult
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Giallo / Thriller / Krimi Toutes les heures sont au format GMT
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com Charcoal2 Theme © Zarron Media