[Fast ratage] La Nuit du lendemain - 1968

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Giallo / Thriller / Krimi
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16016
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Jeu Mai 10, 2018 5:11 am    Sujet du message: [Fast ratage] La Nuit du lendemain - 1968 Répondre en citant




La Nuit du lendemain - 1968
(The Night of the Following Day)

Origine : Royaume-uni / États-unis
Genre : Thriller

Réalisé par Hubert Cornfield & Richard Boone
Avec Marlon Brando, Richard Boone, Rita Moreno, Jess Hahn, Pamela Franklin, Jacques Marin, Albert Michel...





À son arrivée à l'aéroport d'Orly, la fille du richissime M. Dupont est enlevée par le bandit Leer et son homme de main Bud. La jeune femme est ensuite séquestrée dans une maison isolée d'une plage de la Côte d'Opale. Elle est confiée à la garde de deux autres complices : Vi, la maîtresse de Bud, une femme sous l'emprise de la drogue, et son frère Wally...




Drôle de schmill adapté d'un roman de Lionel White (The Snatchers, 1953) et réalisé par Hubert Cornfield, cinéaste bien né si je puis dire puisque d'origine turque (comme son nom l'indique) et surtout fils d'Albert Cornfield, lui-même cadre de la Twentieth Century Fox. Un réal rare mais qui se fend d'un caprice de temps en temps. Ayant fait ses études en Pennsylvanie, Cornfield s'intéresse au cinéma avec la nouvelle vague française, Godard, Truffaut... mais voue aussi une grande admiration pour Jean-Pierre Melville.
Ce qui explique probablement pourquoi le film est en grande partie tourné en France, au Touquet et sur la Côte d'Opale.




S'il y est question de drogue, notamment de l'addiction à l'héroïne de l'excellente (et très jolie) Rita Moreno, le pire était tapi dans l'ombre, derrière la caméra : Marlon Brando se prend pour un Kaijū, déboule dans la salle de bain de la séduisante Rita Moreno, censée être chargée à donf les bananes et s'endormant de fait dans sa baignoire, et lui lourde un sermon. Scène en partie coupée pour la simple raison que Brando était tellement bourrée qu'une partie de ce qu'il disait était inaudible ("ladogue é fé pas du bien hic!"). Un Brando qui, soit dit en passant, fit beaucoup de dégâts. Son allure déjà défie le bon goût et on se retrouve face à face avec une sorte de Nazi SM BCBG. Difficile d'adhérer à l'apparence de l'acteur tout autant qu'à son jeu cabotin. Son attitude semble avoir été encore plus démente hors champs puisque trouvant Cornfield incapable, il fit en sorte que celui-ci quitte le tournage, le vétéran Richard Boone tournant du coup les quelques scènes restantes. C'est dire comme le réalisateur a dû regretter de lui confier le premier rôle qui était prévu pour Richard Boone à la base, avant qu'Elliott Kastner, coproducteur du bidule ne lui fasse savoir que le grand Brando était non seulement libre mais qui plus est partant pour endosser le premier rôle. Quant aux allusions à la drogue, elle furent un temps retirées pour être remplacées par un simple alcoolisme féminin... cool quoi.




C'est Kubrick qui le premier fut intéressé pour porter à l'écran le roman de Lionel White, "The Snatchers" avant d'opter pour un autre du même auteur, "Clean Break" qui donnera "L'ultime razzia".

En tout cas, The Night of the Following Day est loin de se montrer palpitant. On sent poindre une atmosphère, étouffante, toute faite de déviances, la musique de Stanley Myers est inspirée tout comme la photographie de Willy Kurant est très belle (bientôt sur "Le Monstre qui vient de l'espace", "Mama Dracula" et "Sous le soleil de Satan" - cherchez l'erreur !) mais l'ensemble souffre d'une anémie flagrante, tant et si bien qu'on a tout le temps, outre d'anticiper l'action, de recenser les situations absurdes et les caractères grossiers de certains personnages. Brando, ou la vengeance d'une blonde, flegmatique et pseudo-magnétique tandis que le reste du casting se montre heureusement plus sobre (Rita Moreno et Pamela Franklin - Les innocents/Confession à un cadavre/La maison des damnés/Soudain les monstres - remportent la partie). Ce vieux briscard de Richard Boone fait contrairement à Brando, une compo convaincante en ravisseur violent et imprévisible.

A l'arrivée, on nous sert un thriller à base de kidnapping qui reste le cul entre deux chaises : le rapt sert de révélateur aux personnages logiquement pris dans la tourmente, et c'est là que La Nuit du lendemain devrait se montrer palpitant, violent et surtout troublant, mais l'ensemble est si linéaire qu'on n'y voit au final que de bonnes intentions initiales non transformées à l'écran. Inutile de préciser qu'il finit par générer une frustration assez conséquente.





* En 1976, Hubert Cornfield tournera "Les grands moyens", comédie-criminelle sur la vendetta Corse, mettant en scène le sympathique Villemomblois mais récemment décédé, Roger Carel, ainsi que Robert Castel, Fernand Sardou, Jackie Sardou, Catherine Rouvel, pour un film singulier, complètement décalé, mais méconnu et devenu rare à ce jour alors qu'il passait jadis sur FR3 à 20h35 (bon, faut dire que si la curiosité l'emportait lors de sa première diffusion, dès la seconde, la panique prenait le dessus !). Un film encore plus décalé que celui-ci au point même de laisser coi. (encore que je serais curieux d'y rejeter un oeil 30/35 ans après).
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sigtuna
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 08 Jan 2010
Messages: 4396

MessagePosté le: Ven Mai 11, 2018 7:09 pm    Sujet du message: Re: [Fast ratage] La Nuit du lendemain - 1968 Répondre en citant

mallox a écrit:

* En 1976, Hubert Cornfield tournera "Les grands moyens", comédie-criminelle sur la vendetta Corse, mettant en scène le sympathique Villemomblois mais récemment décédé, Roger Carel, ainsi que Robert Castel, Fernand Sardou, Jackie Sardou, Catherine Rouvel, pour un film singulier, complètement décalé, mais méconnu et devenu rare à ce jour alors qu'il passait jadis sur FR3 à 20h35 (bon, faut dire que si la curiosité l'emportait lors de sa première diffusion, dès la seconde, la panique prenait le dessus !). Un film encore plus décalé que celui-ci au point même de laisser coi. (encore que je serais curieux d'y rejeter un oeil 30/35 ans après).


Et bien c'est possible : https://www.youtube.com/watch?v=rwx-3ofrcyE frank_PDT_16
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16016
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Sam Mai 12, 2018 5:10 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ah oui, tiens ! icon_eek

Du coup je vais m'en faire un petit bout. Merci Andréï !



_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Giallo / Thriller / Krimi Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com Charcoal2 Theme © Zarron Media