[M] [Critique] Maniac Cop la trilogie

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Western / Polar / Guerre
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
The Omega Man
99 % irradié
99 % irradié


Inscrit le: 25 Juil 2006
Messages: 1165
Localisation: Belgique

MessagePosté le: Lun Juin 03, 2019 2:39 pm    Sujet du message: [M] [Critique] Maniac Cop la trilogie Répondre en citant





Maniac Cop

Origine : USA
Genre : Policier
Année : 1988

Réalisation : William Lustig
Casting : Bruce Campbell , Tom Atkins, Laurene Landon, Richard Roundtree, William Smith, Robert Z'Dar

Titres alternatifs : Poliziotto sadico, Maniac Cop - O Exterminador, Maniac Cop - A Vingança Din iad

Production & scenario : Larry Cohen
Musique : Jay Chattaway
Image : James Lemmo & Vincent J. Rabe
Accroche : Allo police secours ?

Distribution :
Bruce Campbell (Jack W. Forrest, Jr.), Tom Atkins (Lieutenant Frank McCrae), Laurene Landon (Theresa Mallory), Richard Roundtree (Commissaire Pike), William Smith (Capitaine Ripley), Robert Z'Dar (Matthew Cordell), Nina Arvesen (Regina Sheperd), Sheree North (Sally Noland), Victoria Catlin (Ellen Forrest)

Résumé :
Alors qu’un tueur habillé en policier terrorise la ville de New York, l’épouse de l’agent Jack Forrest (Bruce Campbell) est assassinée et Forrest accusé du méfait. Le Lieutenant Frank McCrae (Tom Atkins) et une collègue (Laurene Landon) mènent l’enquête pour trouver le vrai coupable et disculper le policier.

La paternité du fameux « Maniac Cop » revient à deux cadors du cinéma indépendant de la côte Est des États-Unis, les producteurs, réalisateurs et scénaristes Larry Cohen (mort il y a peu, il laisse une filmographie qui fait rêver, avec des titres comme « Le Monstre est vivant » et ses suites, « Épouvante sur New York », « Le Parrain de Harlem »...) et William Lustig (« Vigilante », « Maniac »). Mais d’après les informations recueillies lors d’interviews, Lustig resterait la véritable cheville ouvrière du projet. La genèse du film varie légèrement suivant la version des deux hommes. Selon Lustig, il aurait invité au restaurant Cohen qui venait d’être viré du tournage de « Pacte avec un tueur » alias « Best Seller », et, l'alcool aidant, Cohen aurait demandé pourquoi il n'a jamais donné de suite à son film « Maniac ». Lustig lui aurait répondu que la fin ne lui permettait pas une quelconque suite. C'est alors que les deux hommes auraient trouvé le titre « Maniac Cop », bien qu’à ce stade aucun embryon de scénario n'était encore écrit. Les deux hommes auraient donc flairé le bon coup, ne restait plus qu’à concocter un scénario tangible à partir du titre et à lever les fonds nécessaires. C'est encore dans un restaurant que Lustig aurait réussi à en réunir une partie pour monter son film ; en effet, en dînant avec James Glickenhaus (réalisateur de « The Exterminator » mais aussi spéculateur boursier à ses heures), il aurait appris que ce dernier venait de faire une belle opération boursière, avec quelques millions de dollars à la clé. Lustig ne se démonta pas et demanda carrément un million à Glickenhaus, qui accepta, afin de pouvoir lancer son projet !

Pour Larry Cohen (dont la relation avec Lustig semble plus distante), c’est autour d’une tasse de café, lors d’un festival, qu’il aurait proposé le titre du film à Lustig. Ce n’est que plus tard que ce dernier, ayant réussi à trouver une grande partie des fonds, serait venu le trouver pour imaginer dès lors un scénario. Toutefois, pour Cohen, « Maniac Cop » a toujours été considéré comme une simple commande qu’il n’a jamais hésité à démolir poliment.
La suite du processus converge cependant : alors que son compère Cohen est en train d'écrire le scénario, Lustig s’attèle au casting et emprunte Bruce « Evil dead » Campbell à Sam Raimi (qui fait un caméo dans le film). Il le fait venir à New York tandis que la belle Laurene Landon (« Hundra », « J'aurai ta peau », « Deux Filles au tapis » ...) lui est recommandée par Cohen, avec qui l'actrice a déjà collaboré. Finalement, le personnage principal est choisi ; il sera interprété par Tom Atkins, figure connue, déjà vue dans « Halloween 3 », « New York 1997 », « Fog », « Creepshow ». Afin de bien le seconder, Lustig recrute dans le vivier de la série B quelques noms plus ou moins célèbres et reconnus, à savoir Richard Roundtree (« Shaft »), William Smith (« The Losers ») et la belle Sheree North (« The Shootist »).

C'est Spiro Razatto, jeune cascadeur débutant qui est chargé des scènes d'action ; un débutant qui deviendra plus tard l’un des cadors du film d'action, avec notamment des titres tels que « Fast and Furious 7 », « Captain America Civil War » et « Kong : Skull Island ». En attendant, il sert également de doublure à Bruce Campbell pour la scène finale qui demeure une référence du genre. Notre cascadeur sera par ailleurs de la partie sur les trois épisodes ! La légende raconte qu'il fut engagé par Lustig après que ce dernier ait visionné une vidéo démo tournée à l’arrache par Razatto sur le toit de son propre immeuble.

Le projet commence en tout cas à prendre forme mais il reste encore à trouver le fameux "Maniac Cop" alias Matt Cordell ! Après de nombreuses recherches, Lustig semble résigné, mais c'est à ce moment que le hasard l’amène à visionner une petite série B, « The Night Stalker », dans laquelle il repère un certain Robert Z'dar. De son vrai nom Robert J. Zdarsky (1950-2015), ce dernier doit son physique atypique à une maladie génétique, le Chérubisme, qui a pour particularité de déformer uniquement les mâchoires ; c’est cette caractéristique qui lui ouvre alors les portes de Hollywood.
Robert Z'dar débute par de petits rôles comme gardien de prison dans « Hellhole », au côté de Dyanne Thorne et Ray Sharkey, mais c'est surtout son interprétation d'un serial killer amateur de prostituée dans « The Night Stalker » qui sert de tremplin à sa carrière. Quoi qu’il en soit, sa prestance impressionne le réalisateur William Lustig ; quant à la suite, elle fait partie de la légende du cinéma. Même s’il n'apparaît pas souvent à visage découvert (hormis dans les flash-backs) à cause d'un maquillage déficient, la silhouette caractéristique de l'acteur fait merveille. La suite de sa carrière sera un sacerdoce dédié à la série B, voire Z, avec près d'une centaine de titres comme « Samurai Cop », « Guns of El Chupacabra II: The Unseen », « American Chinatown », « Evil Altar », etc.


Avec un petit million de dollars, pas moyen de faire des miracles ! Cependant, Lustig sait plus que quiconque qu'une bonne scène d'action et quelques effets bien répartis peuvent rassasier le chaland. Il cale donc astucieusement la fameuse cascade du film en fin de métrage et shoote quelques exactions bien senties du fameux « Maniac Cop » : victime étouffée dans du béton, attaque du commissariat, défenestration et quelques autres réjouissances, le tout étant rythmé par la musique du compositeur Jay Chataway, déjà auteur de la partition de « Maniac » mais aussi de « Portés disparus » et » Invasion USA ».
Deux photos assurent alors le succès du film : le final avec le camion en mode vol plané et Lauren Landon habillée en prostituée tenant un flingue à la main. Il n'en faut alors pas plus pour vendre « Maniac Cop » un peu partout dans le monde, ce qui assurera du reste le succès de la franchise. En effet, la notoriété de la série sera toujours supérieure à l'étranger que sur le territoire américain !







Maniac Cop 2

Origine : USA
Genre : Policier
Année : 1990


Réalisation : William Lustig
Casting : Robert Davi, Claudia Christian, Bruce Campbell, Laurene Landon

Titres alternatifs : Le Flic de l'enfer 2, Polícia Maníaco 2, Maniac cop - Il poliziotto maniaco, Pánico en Nueva York

Production & Scénario : Larry Cohen
Musique : Jay Chattaway
Photographie : James Lemmo
Accroche : Police puissance 2

Distribution :
Robert Davi (Det. Sean McKinney), Claudia Christian (Susan Riley), Michael Lerner (Edward Doyle), Bruce Campbell (Jack Forrest), Laurene Landon (Teresa Mallory), Robert Z'dar (Matt Cordell), Leo Rossi ( Turkell), Sam Raimi (Le journaliste), Robert Earl Jones, Charles Napier, Danny Trejo

Résumé :
L'officier Matt Cordell n'est pas mort. Cette fois, il veut se venger des criminels qui l'ont assassiné en prison. Pour ce faire, il s'associe à un tueur en série qui l’aide à s'introduire en prison !

Si le premier épisode est sorti de manière confidentielle en salles aux États-Unis, il s'est aussi taillé au fil du temps une vraie réputation, surtout grâce à la vidéo où il a trouvé son public. À l'exportation, « Maniac Cop » vient de réaliser de très bons scores en salles, notamment en Allemagne et au Japon. La demande semble alors pressante et une suite paraît inévitable. William Lustig a parfaitement conscience que celle-ci se ferait de toute manière avec ou sans lui ; il décide donc de rempiler avec, cette fois, un budget plus conséquent. Lustig fait de nouveau appel à Cohen comme scénariste et, pour pimenter un peu le script, les deux hommes optent pour un changement radical de casting. Le duo Campbell/Hutton sera remplacé par Claudia Christian (stripteaseuse dans « Hidden ») et Robert Davi. Ce dernier, gueule bien connue du public, vient de camper le méchant de service dans le James Bond « Permis de Tuer ». Lustig profite de ces mutations aussi pour caser Leo Rossi, l’un de ses acteurs fétiches. Un acteur dont le premier rôle marquant fut l’ambulancier libidineux dans « Halloween II (1981) ». Durant les années 80, il apparaît dans plusieurs séries policières (Hooker, Hunter, Mike Hammer ...) et a même déjà fait une apparition dans « Maniac Cop », sans être toutefois crédité. Après ce second opus, il tournera dans deux autres films de Lustig, « Hit List » et « Relentless ». « Relentless » narre une autre histoire de tueur traumatisé par la police et sera rebaptisé chez nous « Psychokiller », avant de donner lieu à plusieurs suites, toujours avec Rossi. En parallèle, il continue ses apparitions dans diverses séries télévisées, alternant rôles de mafiosi et de détectives !
Le réalisateur peut aussi compter sur une brochette de solides acteurs de second plan comme Michael Lerner (« Barton Fink »), Clarence Williams III (« The Mod Squad »), Charles Napier (« Rambo II » et » Supervixens ») , Robert Earl Jones (« Sleepaway Camp »)… On a même droit à une brève apparition de Danny Trejo (« Machette », « Heat », « Desperado ») !

Cette fois, plus de problème pour réunir un budget digne de ce nom ! Après le succès du premier opus, les investisseurs se bousculent et la production réunit près de 4 millions de dollars, ce qui permet alors au casse-cou Spiro Razzato de livrer une série de cascades spectaculaires (poursuites en voitures, torches humaines...). Complètement en roue libre, le cascadeur accumule les séquences particulièrement impressionnantes : une voiture de police poursuit un taxi roulant sur ses jantes en expulsant une pluie d'étincelles, Claudia Christian menottée au volant d'une voiture livrée à elle-même et obligée de fait de s’éjecter à l'extérieur, pendant que le véhicule fonce dans la circulation venant en sens inverse. Cette dernière cascade est d’ailleurs réalisée en grande partie sans doublure, tant et si bien que l'actrice ne garde pas un très bon souvenir du tournage (luxation d’une épaule), malgré qu’elle apprécie la scène. Mais le morceau de bravoure de « Maniac Cop » demeure le final dans la prison, où un cascadeur est complètement englouti par les flammes avant d'en entraîner un second avec lui, puis de faire une chute de sept étages pour s'écraser dans un bus.
N’oublions pas la crépitante fusillade dans un commissariat de police, morceau de bravoure qui n’est pas sans évoquer une scène similaire dans "The Terminator" (1984) : la séquence s'ouvre dans un stand de tir où des policiers s’entraînent sur des cibles en carton quand soudainement les cibles semblent riposter pour laisser apparaître Cordell qui émerge au fond de la pièce !

Si le budget du film est plus conséquent, le maquillage du personnage-titre est cependant loin de faire l'unanimité et, comme précédemment, le réalisateur laisse le visage de son anti-héros dans la pénombre tout en privilégiant cette fois-ci les gros plans !

L'attente de cette suite à l'étranger était telle que le film, contrairement au États-Unis, sortit en salles dans plusieurs pays (France, Belgique, Allemagne, Japon...).
Suite directe du précédent opus, « Maniac Cop 2 » démarre logiquement par la fin du premier, ce qui aurait pu être un mauvais présage et laisser présumer un manque d’inspiration. Mais Lustig se déchaîne et libère son talent pour la déviance et la violence. Toujours tourné à l'économie malgré un budget décent, le réalisateur décide de nous en mettre plein la vue et réussit son pari. Il est aidé pour cela par un scénario sans temps morts qui accumule les rebondissements et les intrigues parallèles (le tueur de danseuses), avec à la clé un final explosif !
Curieusement, James Glickenhaus se retirera du projet. Des rumeurs prétendent que le réalisateur/producteur n'aurait pas apprécié que le film devienne à ce point populaire et face autant d’ombre à ses propres productions.

Dans la liste des franchises ou les seconds opus ne déméritent pas, ce « Maniac Cop 2 » arrive largement en tête aux côtés de titres comme « Aliens », « Mad Max », « Indiana Jones et le temple maudit » ou « The Dark Knight » et offre un spectacle efficace, brutal et totalement imprévisible.
En dédoublant ses têtes d'affiches, le réalisateur surprend d’ailleurs puisqu’il n'hésite pas à occire des personnages principaux. On s’attend même à ce que la pauvre Claudia Christian y passe ! (tout comme elle durant la cascade évoquée plus haut).






Maniac Cop 3

Origine : USA
Genre : Policier
Année : 1993

Réalisation : William Lustig et Joel Soisson
Casting : Robert Davi, Robert Z'dar, Caitlin Dulany

Titres alternatifs : Maniac Cop 3: Badge of Silence / Le flic de l'enfer 3, Maniac cop 3 - Il distintivo del silenzio, Justicia brutal, Maniac Cop 3 - O Distintivo do Silêncio

Scénario : Larry Cohen
Production : Larry Cohen et Michael Leahy
Musique : Joel Goldsmith
Photographie : Jacques Haitkin
Accroche : C'est fini pour toi !

Distribution :
Robert Davi (Det. Sean McKinney), Robert Z'dar (Matt Cordell), Caitlin Dulany (Dr. Susan Fowler), Gretchen Becker (Katie Sullivan), Paul Gleason (Hank Cooney), Jackie Earle Haley (Frank Jessup), Julius Harris (Houngan)

Résumé :
Matt Cordell, alias Maniac Cop, est ressuscité par un homme mystérieux. Pendant ce temps, une officière de police surnommée "Maniac Kate" à cause de ses méthodes expéditives, est gravement blessée lors d'un hold-up.

Les droits de la saga changent de poches (Overseas Filmgroup) et les nouveaux producteurs contactent le duo Lustig/Cohen. Pour ce troisième opus, ces derniers décident de s'inspirer de « The Bride of Frankenstein ». Larry Cohen travaille, met le projet en chantier et, assez vite, une ébauche de scénario permet de commencer le tournage. Cependant, certaines idées du script heurtent la sensibilité des investisseurs étrangers. Ainsi, le héros supposé est un black, ce qui ne plaît pas aux producteurs japonais… exit donc le flic de couleur ! Et puis qu'importe, il suffit de faire appel à Robert Davi, survivant du précédent opus ! Seulement voilà, personne ne lui a dit que la vedette ne serait pas lui mais bien le "Maniac Cop" et, par conséquent, Robert Z'dar.
Le tournage tourne au calvaire et se passe de plus en plus mal. Par-dessus le marché, les producteurs charcutent outrageusement le script de Cohen qui, du coup, traîne la patte pour ne jamais fournir de script remanié, laissant ainsi son le copain Lustig dans la mouise. Le réalisateur livre alors une version de 51 minutes, comme le stipule la loi, tandis que le projet est de plus en plus plombé, et les idées proposées par Lustig pour rallonger le métrage sont systématiquement écartées. C’est le producteur Joel Soisson qui finit donc le film, réutilisant même des scènes du numéro deux !

A vrai dire, au regard du résultat, il est surprenant que « Maniac Cop 3 » ne soit pas plus indigent, a fortiori quand on voit le résultat sur certaines productions ayant connu les même déboires (Halloween 5). Certes, on peut regretter que la victime principale de ce montage transversal soit le "Maniac Cop" lui-même, mais c’est peut-être aussi ce qui rend ses apparitions plus délectables. Quant au personnage de « Maniac Kate », il est des plus réjouissants et le traitement dont il fait l’objet n'est pas sans rappeler celui de notre anti-héros (lâché par sa hiérarchie et les autorités de la ville) ; bref, on s'intéresse de près à son cas ! On sent du reste poindre quelques scories du scénario original, notamment lors d’une scène ou le "Maniac Cop" emporte le corps de la pauvre Kate ; il en va de même avec toutes les séquences ayant rapport au vaudou ! Il est dès lors dommage que certains points ne soient pas approfondis, notamment les motivations, trop obscures, du prêtre vaudou qui ressuscite le fameux "Maniac Cop", ou encore le comportement des fameux "journalistes" qui ne veulent pas montrer toutes les vidéos innocentant Kate.

Le cascadeur Spiro Razatto nous livre la scène d'action qui réussit à enterrer celle déjà dantesque de l'épisode précédent (voir plus haut) et cette fois c'est un Maniac Cop en feu qui conduit une voiture ! Une incroyable séquence, réalisée à l'ancienne, c'est à dire sans effets digitaux et avec des cascadeurs en feu, prenant des risques. On peut le dire comme c’est, aujourd'hui encore le travail de Razatto sur la série défie le bon sens.
En revanche, le compositeur Jay Chattaway (« Invasion USA », « Portés disparus »), un autre pilier de la série, ne rempile pas cette fois-ci et est remplacé par Joel Goldsmith (« Kull Le Conquérant ») qui livre une pale imitation de son prédécesseur.

Réalisateur, scénariste et producteur, Joel Soisson a travaillé sur plusieurs franchises dont les « Dracula » ou « The Prophecy » de Dimension Film et réalisera aussi « Pulse 2&3 », « Children of the Corn: Genesis ». Il reprend donc les rênes du film après le départ de Lustig, en essayant coûte que coûte de finir le film mais en sacrifiant l'efficacité et la cohérence pour allonger la sauce. L'exemple le plus flagrant, assez déplorable même, est la séquence d'ouverture de six minutes qui reprend le final de l'épisode précédent. Du coup aussi, ce qui s'avérait être une bonne idée dans l'opus 2 devient ici un procédé grossier pour gagner quelques minutes de pellicule. Soisson greffe aussi des sous-intrigues inutiles (la romance entre Caitlin Delany et Robert Davi) et finit même par enfermer ses protagonistes dans un hôpital, le Maniac Cop se transformant alors en un tueur en série lambda venu récupérer sa dulcinée !
« Maniac Cop 3 » est donc un dernier opus mi-figue mi-raisin, un agréable mais poussif divertissement évoluant bien en deçà des possibilités de la franchise qui s'arrêtera là.


En rapport :
En 2008, Chris R. Notarile réalise un fan-film de trois minutes, disponible sur youtube.
Depuis 2012, on parle d'un remake qui serait produit par Nicolas Winding Refn (« Drive ») et réalisé par John Hyams ("Universal Soldier") ; mais, à part une affiche teaser, on en sait guère plus pour le moment.


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16074
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Lun Juin 03, 2019 3:10 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Houla ! Depuis le temps que Maniac Cop couvait ! Bravo en tout cas.

Si ça te va, l'Omega, je mettrai cette trilogie en dossier. (moins de boulot) C'est ok ?
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
The Omega Man
99 % irradié
99 % irradié


Inscrit le: 25 Juil 2006
Messages: 1165
Localisation: Belgique

MessagePosté le: Lun Juin 03, 2019 3:37 pm    Sujet du message: Répondre en citant

mallox a écrit:
Houla ! Depuis le temps que Maniac Cop couvait ! Bravo en tout cas.


frank_PDT_16 Douze ans !

http://www.psychovision.net/forum/viewtopic.php?t=1626&highlight=maniac+cop

mallox a écrit:
Si ça te va, l'Omega, je mettrai cette trilogie en dossier. (moins de boulot) C'est ok ?


enaccord8 Tu fais au mieux et au plus facile pour toi
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sigtuna
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 08 Jan 2010
Messages: 4452

MessagePosté le: Mer Juin 05, 2019 9:31 am    Sujet du message: Répondre en citant

enaccord8
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Western / Polar / Guerre Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com Charcoal2 Theme © Zarron Media