Auteur Commentaire
Otis Une très belle critique signée par notre Chaperon Rouge national ! "Atemporel", c'est exactement ça ; c'est aussi une glaçante dystopie comme tu l'as remarquée. "Hymne à la liberté individuelle", voilà qui est bien vu je trouve et qui peut le mieux qualifier ce chef-d'oeuvre. Le film qu'en fera Truffaut s'en éloigne par moment, même si l'esprit du livre est préservé, ce qui n'est pas plus mal. Le sort de la petite fille n'est pas le même dans le livre que dans le roman... Un autre détail intéressant que tu as relevé : "Ici, l’anéantissement des mots a été remplacé par l’omniprésence de l’image. " Très pertinente remarque : le style poétique de Bradbury ajoute aux effets visuels du récit, avec des envolées lyriques de toute beauté. Et le parallèle est bien amené : alors que les personnages du roman se bornent à regarder la télé, le lecteur "boit" les images du livre. Parce que oui : sur ce point, le livre de Bradbury est très cinématographique ; le procédé transforme ainsi le roman en une thérapie finement orchestrée, sorte d'hypnotisme sain pour l'esprit où le lecteur est plus qu'impliqué, c'est un personnage privilégié. J'aime aussi ta phrase : "Nous ne brûlons pas encore les livres, mais la force des mots n’est plus ce qu’elle était." La force des mots n'est plus ce qu'elle était... hm, intéressant, à méditer en tout cas. Il ne reste que ce livre-là sonne comme un véritable pamphlet contre l'obscurantisme et tout ce qu'il y a avec, j'irais même jusqu'à dire que ce bijou est un livre scientifique... Assez curieux quand on sait que l'auteur n'est pas franchement scientiste (rires)... Bref, Fahrenheit 451 ou comment la Science-fiction dépasse la réalité ?
Commentaire : jeu. 25-06-09