Auteur Commentaire
Chaperon Rouge Bon, bah voilà, je viens de terminer le Royaume des Devins et j' ai vraiment beaucoup aimé. Certes, c'est un sacré pavé de plus de 800 pages qui aurait pu sacrifier une bonne centaine de pages afin d'éviter quelques longueurs et redites. Peut-être... Mais tout de même, c'est un sacré bon bouquin !! big_smile Une fois plongée dedans, j'ai tout de suite accroché à l'intrigue et la fin, par rapport à mon précédent message, ne m' a pas du tout déçue, bien au contraire. Mais chut... En ce qui concerne le fait que les cheminements des perso soient scindés la plupart du temps, je trouve cela assez intéressant au niveau de la structure ( ce qui n'est pas sans rappeler la structure de base du Seigneur des anneaux. Rien à voir, certes, mais cela me fait penser à cela, le fait de suivre alternativement la quête de plusieurs héros..) et cela évite à mon humble avis la répétition et ménage ainsi le suspens sur un ouvrage de cette taille. J' ai bien accroché les persos, je ne les ai pas trouvé trop archétypaux. C'est vrai que Suzanna est peut-être la moins bien réussie mais certains, comme Shadwell, sont savoureux! Pour le message, je pense comme toi, par rapport à ce que tu as dit dans ta chronique sur la critique de la société de consommation à outrance. Mais je rajouterai à cela une démarche de réflexion sur la force et les puissances créatrices de l'imagination. Le poids des mots et de l'oubli de l'enfance primordiale, le retour aux forêts secrètes de notre imaginaire que l'on doit retrouver pour ne pas se perdre soi-même ( cf, peut-être l'histoire sans fin et la disparition de Fantasia si l'on oublie le pouvoir de l'imagination). Pour moi, l'une des phrases clés de compréhension de l'ouvrage est donc l'exergue du livre de conte donné à Suzanna par Mimi: " Ce qui est imaginé n'est jamais nécessairement perdu". Aussi, je noterai une allusion constante à la chasse aux sorcières et la peur qu'insufle depuis toujours la différence, qu'elle soit ici engendrée par la magie ou par la comportement et même l' apparence physique des Devins. Le rejet et la peur de la différence me paraissent donc des thèmes assez forts dans cet ouvrages et ne peuvent que trouver malheureusement un écho assez fort dans notre monde actuel. Donc, en ce qui concerne le message du livre, je trouve que c'est déjà pas mal... wink Donc voilà, deux avis sur un même ouvrage, c'est déjà cela, et que l'on aime ou pas, c'est au moins le signe que le Royaume des Devins ne laisse pas indifférent. Et d'ailleurs, je trouve très pertinente ta phrase de conclusion sur le fait que l'on ne devrait jamais se priver de lire un livre, que les critiques dessus soient bonnes ou pas.
Commentaire : sam. 23-05-09
Mahosssss Le Royaume des Devins est un très bon roman qui nous fait sortir, à la manière de Clifford D. Simak, de notre monde par le rêve et l'aventure.
Commentaire : jeu. 30-04-09
Dudu C'est un superbe roman qui vous transporte vers un autre monde. Barker nous invite à rentrer dans un monde féerique où il est bon de s'abandonner. Pour moi il n'y a point de dérision de notre société de consommation, mais juste un ticket pour un fabuleux voyage. Encore faut il avoir gardé une âme d'enfant et se laisser porter par ce merveilleux conte.
Commentaire : jeu. 30-04-09