Carnage, Le
Titre original: The Forest
Genre: Horreur , Slasher
Année: 1983
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Donald M. Jones
Casting:
Dean Russell, Michael Brody, Elaine Warner, John Batis...
 

Aaaah, la fabuleuse mode du slasher, genre qui permet à n'importe qui de faire un film sans scénario, d'autant plus quand comme dans ce Carnage le réalisateur choisit de ne pas faire de whodunit et de livrer directement l'identité de son tueur. Ici un pauvre bougre, qui dessouda naguère sa femme qui d'une part l'avait fait cocu et d'autre part passait son temps à maltraiter ses gosses. Ce pauvre homme a depuis trouvé refuge dans les collines verdoyantes, où il s'adonne au cannibalisme sur des campeurs aussi sots que ceux qui vont débarquer dans le film. Deux couples, les hommes et les femmes séparés pour que mesdames puissent montrer qu'elles peuvent camper toutes seules. Et c'est parti pour le carnage ? Non. Parce que bon, c'est bien beau de pomper Vendredi 13 et ses visions subjectives, mais la pauvreté numérique du casting fait que y'a pas beaucoup de chair fraîche à bouffer.

 


Alors que faire ? Loucher sur le "Délivrance" de John Boorman ? Chiche ! C'est ainsi que ceux qui ne meurent pas seront assez bêtes pour se mettre aux-mêmes dans le pétrin et crapahuter dans les bois, se perdre, se casser une jambe etc... L'un de nos protagonistes ira même de sa grosse crise de larmes vers la fin du film. Mais, puisque les idées continuent à manquer, il faut encore trouver autre chose. Pas si facile, finalement, d'être scénariste pour slasher. Alors y'a qu'à dire que les fantômes de la famille du tueur reviennent aussi. La mère recherche ses gosses, qui eux-mêmes, trépanés pour une raison futile depuis leur migration paternelle dans les bois, cherchent à aider nos pauvres survivants. Oh, certes, ce n'est pas bien intéressant, mais enfin, ça meuble et ça amène du fantastique pour pas un rond. Mince consolation pour les spectateurs qui n'auront pas une goutte de sang à se mettre sous les yeux.

 

 

Ne négligeons cependant pas l'aspect profondément auditif de la chose, avec un doublage français incroyable de je-m'en-foutisme, qui ne colle pas au mouvement des lèvres, et qui se met au diapason du manque de talent des acteurs (mention spéciale aux gamins, dont le statut de fantômes justifie censément les voix désincarnées aux résonances d'outre-tombe). Et puis les dialogues, eux-mêmes médiocres au-delà du raisonnable. "Tu l'as dit, bouffi !" réplique ainsi l'une des deux héroïnes, fine rhétoricienne, à son copain chambreur au moment de préparer l'excursion. Ou encore, dans une scène où nos deux héros mâles commencent à s'engueuler : "D'accord ! D'accord !", concède l'un. "D'accord toi-même !", s'emporte l'autre. Mais la palme revient sans doute à ce "Comment appelles-tu ça ?" demandé par l'un de nos deux lascars ramassant quelque chose sur le sol, et qui se verra humilié par la réponse de son ami : "De la terre, ou de la boue."


Laissons la conclusion de cette critique au commercial de la boîte d'édition Initial, probablement honteux, ayant pondu l'accroche de la vhs française de ce Carnage : "Par pitié, sauvez-vous". Alors ne faites pas comme tous ces personnages stupides de slasher qui n'écoutent pas les vieux fous les mettant en garde contre la menace qui pèse sur eux (un poncif d'ailleurs vaguement présent dans le film avec un garde forestier à l'accent provençal). Obéissez, et sauvez-vous devant ce Carnage foireux.

 


Note : 3/10

 

Walter Paisley

Vote:
 
2.17/10 ( 6 Votes )
Clics: 4804
0

Autres films Au hasard...