Chasse du comte Zaroff, La
Titre original: The Most dangerous game
Genre: Survival
Année: 1932
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Irving Pichel &t Ernest B. Schoedsack
Casting:
Joel McCrea, Fay Wray, Leslie Banks, Robert Armstrong, Noble Johnson...
 

"On dit sauvage la bête qui ne tue que pour survivre et on appelle civilisé l'homme qui chasse pour son plaisir..." En prononçant cette phrase, le capitaine du navire qui allait faire naufrage quelques minutes plus tard, ne pensait pas si bien dire. Il n'aura pourtant pas l'occasion de méditer sur ses propres paroles puisque lui-même finira boulotté par un requin, laissant à l'un de ses passagers et chasseur de fauves émérite, Bob Rainsford, le soin d'être le seul survivant de cette catastrophe maritime.
Réfugié sur l'île de Brank (qui porte bien son nom, on le verra), un point énigmatique et peu précis sur les cartes marines du Pacifique, le chasseur de tigres trouvera refuge dans une ancienne forteresse portugaise devenue la propriété d'un aristocrate russe en exil, le comte Zaroff.

 

 

Hôte courtois et prévenant en apparence, le comte, entouré de sbires cosaques aux mines effrayantes, lui présente deux autres naufragés, Martin Trowbridge et sa très jolie soeur, Eve. Si le premier est un imbécile congénital plus porté sur la vodka que sur la réflexion, elle, semble beaucoup plus lucide. Donc inquiète. On fait naufrage trop facilement dans les parages de cette île bien mal indiquée par des balises... Et les deux marins survivants qui les accompagnaient ont disparu depuis quelques jours, après que Zaroff leur ait fait découvrir sa salle des trophées... Car le comte nourrit une passion exacerbée pour la chasse. Il connaît d'ailleurs très bien Rainsford, dont il a dévoré les livres. Et il compte bien partager cette passion avec son nouvel invité et traquer de concert une nouvelle proie, un nouveau gibier, dans the most dangerous game du titre original...

 

 

Un an avant de se retrouver face à un gros être poilu terrifiant et bouleversant à la fois (mais non, pas Demis Roussos ! King Kong bien sûr !), la belle Fay Wray se retrouve aux prises avec une créature encore plus terrifiante parce qu'humaine celle-là, le comte Zaroff.
Sa chance sera de se lancer dans une course éperdue pour sa survie en compagnie d'un autre gibier de type homo sapiens mais qui partage avec Zaroff une haute connaissance de l'art cynégétique et de ses ruses, et bien décidé à sauver sa peau dans ce safari dont il est la proie désignée.
Du loquet de la forteresse, un buste de minotaure transpercé d'une flèche et tenant dans ses bras une jeune femme, à la grande tapisserie du séjour de la forteresse reprenant ce motif, de la jungle touffue de l'île de Brank à ses chutes d'eau infranchissables, des marais embrumés aux crocodiles qui les hantent, tout semble jouer en faveur de Zaroff, chasseur à l'arc ou au fusil, n'hésitant pas à utiliser une meute de chiens pour débusquer son gibier.
Et c'est ce qui rend l'aventure palpitante, allant crescendo vers un dénouement forcément sanglant et incertain jusqu'à la dernière minute, plongeant ses interprètes dans l'angoisse ou la jubilation du plaisir de la chasse, portée par des interprètes très expressionnistes, de Leslie Banks au regard de sadique à Fay Wray qui roule de grands yeux effrayés comme pas deux, en passant par la mâle et protectrice attitude du héros, chasseur chassé mais pas sans défense.

 

 

Avec Robert Rainsford, Zaroff a effectivement trouvé un gibier à sa mesure et, avec le comte, Cooper et Schoedsack, les deux producteurs et futurs papas de King Kong, auront, eux, déniché un premier anti-héros susceptible de marquer les esprits et de se faire un nom parmi les méchants les plus illustres du septième art.

 

Note : 7/10

 

Bigbonn
Vote:
 
8.73/10 ( 11 Votes )
Clics: 5697
0

Autres films Au hasard...