Massacre au camp d'été 2
Titre original: Sleepaway Camp II: Unhappy Campers
Genre: Gore , Comédie , Slasher
Année: 1988
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Michael A. Simpson
Casting:
Pamela Springsteen, Renee Estevez, Tony Higgins, Valerie Hartman, Brian Patrick Clarke, Walter Gotell...
 

Autour d'un feu de camp, à Rolling Hills dans l'Etat de Georgie, un groupe d'adolescents s'amuse à raconter des histoires effrayantes. L'une des filles, Phoebe, relate le fait divers sordide qui s'était déroulé au Camp Arawak quelques années auparavant. L'histoire du jeune Peter Baker, qui avait perdu sa sœur Angela et son père lors d'un tragique accident. Elevé par sa tante comme une fille, Peter était "devenu" Angela, et avait fini par basculer dans la folie meurtrière lorsqu'on l'avait envoyé dans le camp de vacances d'Arawak. Un grand nombre d'adolescents avait été massacré par Peter Baker. Alors que le groupe se demande ce qu'il a bien pu advenir du tueur, l'une des monitrices, Angela Johnson (tiens, tiens...), intervient alors pour interrompre le dialogue et s'en prendre violemment à Phoebe. Un peu plus tard dans la soirée, la même Angela porte un coup fatal à l'adolescente avec une bûche. Se penchant ensuite sur son cadavre, elle lui tranche la langue...

 

 

Là où le premier "Massacre au camp d'été" surprenait par son côté sérieux assumé et surtout son twist final qui avait bluffé la majeure partie des spectateurs, ce deuxième opus prend une direction opposée, et parfaitement assumée, également, par son réalisateur. Soucieux de ne pas tomber dans le remake, Michael A. Simpson (une dizaine de films à son actif, dont la moitié pour la télévision) adopte ouvertement le ton de la comédie à la Porky's dans un véritable slasher dont on sait dès la cinquième minute qui est le coupable !
Du coup, une bonne partie du suspense va résider dans le fait de deviner combien de personnes Angela va pouvoir tuer en l'espace de quatre vingt minutes. Beaucoup ? Encore plus que cela, en vérité, à un point tel que le terme "massacre" pourrait paraître insuffisant. Par contre, au niveau de la tension, on atteint presque le zéro absolu. Avec un casting constitué à grande majorité de teenagers, au milieu duquel le vétéran Walter Gotell ("The African Queen", "Bons baisers de Russie", "L'espion qui m'aimait" et tous les autres James Bond où il incarne le Général Gogol...) semble complètement perdu, le film oscille régulièrement entre la comédie pour ados pré-pubères et le slasher baignant dans l'humour noir.

 

 

Et dans ce registre, le fait d'avoir confié le rôle d'Angela à Pamela Springsteen fut plutôt un choix heureux, si bien qu'elle rempilera d'ailleurs dans le troisième volet ("Sleepaway Camp III : Teenage Wasteland"). Pamela, comme son nom l'indique, est bien la sœur de Bruce, et l'autre premier rôle féminin est également attribué, d'ailleurs, à une autre "soeur de...", à savoir Renée Estevez, la frangine d'Emilio et de Charlie Sheen. Pour le reste, rien de bien notable, la plupart des acteurs étaient débutants, ou presque, à l'époque, et peu d'entre eux poursuivront une carrière durable à travers le cinéma.
De toute évidence, "Massacre au camp d'été 2" est loin d'atteindre en qualité son illustre aîné. C'est plutôt un spectacle divertissant, et effectivement un véritable jeu de massacres dans lequel le spectateur se demande à quelle sauce va être mangée la prochaine victime d'Angela. Baignant dans une atmosphère d'humour potache avec des scènes de meurtres, certes nombreuses, mais pas tellement gore au bout du compte, le film recèle néanmoins quelques bonnes idées, comme le teaser, dans lequel les campeurs résument les faits s'étant déroulés dans le premier opus, faisant d'Angela une légende urbaine à part entière ; et surtout le passage dans lequel deux garçons, voulant faire peur à Angela, se déguisent respectivement en Freddy Krueger et Jason Voorhees. Malheureusement, ils ignorent sur qui ils vont tomber, et histoire de leur donner du répondant, Angela rendra hommage, quant à elle, au sympathique Leatherface dans une scène assez drôle, il faut bien l'avouer. La fin du film est assez conventionnelle, le tueur poursuivant sa victime dans la forêt, avec des situations vues maintes fois dans ce genre de productions, jusqu'au twist final sans la moindre surprise.

 

 

Les amateurs de heavy metal qui "tâche" apprécieront la musique du groupe Anvil, et ne manqueront pas de remarquer (lors de la fameuse scène de la cabane) la pochette de l'album "Doomsday for the Deceiver" du groupe Flotsam and Jetsam, connu essentiellement pour son bassiste, Jason Newsted, qui rejoindra Metallica après le décès tragique de Cliff Burton.

"Sleepaway Camp II" n'atteint donc pas la cheville de son illustre aîné, mais à sa décharge, "Massacre au camp d'été" est considéré à juste titre comme l'un des tous meilleurs slashers jamais réalisés. On reconnaîtra au moins le mérite à Michael A. Simpson d'avoir fait une œuvre sans grande prétention, une série B dans l'esprit des films qui passaient fut une époque dans les drive-in, pas géniale mais divertissante. Un côté fun assumé qui se poursuivra d'ailleurs dans le troisième volet.



Note : 6/10

Flint

 

En rapport avec le film :

 

# La fiche du dvd Oh My Gore ! du film "Sleepaway Camps 2"

 

Vote:
 
6.00/10 ( 11 Votes )
Clics: 7118

1 commentaire(s) pour cette critique


Autres films Au hasard...