Tigre Blanc
Titre original: Yong zhe wu ju
Genre: Action , Arts Martiaux
Année: 1981
Pays d'origine: Hong Kong
Réalisateur: Yuen Woo-ping
Casting:
Kwan Tak-Hing, Yuen Shun-Yee, Lueng Ka-Yan, Yuen Biao...
Aka: Dreadnaught
 

Il n'y a que dans les films où nos héros nationaux ne vieillissent pas d'un poil. Pourtant, il semblerait que Wong Fei-Hung n'ait plus sa gueule de beau gosse. Par contre, son kung-fu est toujours aussi impressionnant, voire plus si on prend en compte l'âge de l'acteur. Kwan Tak-Hing, l'acteur qui interprète le célèbre médecin, est alors âgé de 76 ans. Il n'aura pratiquement tenu que ce rôle dans sa carrière. Yuen Woo-ping réalise cet opus dans une ambiance de relève des générations. Wong Fei-Hung n'est pas le héros de son film, mais juste un faire valoir et un adieu de maître Kwan au personnage qu'il a plus que dans la peau. Les personnages secondaires, comme l'élève du docteur, son nouveau disciple, et Tigre Blanc sont tous développés assez généreusement, ce qui amène une dimension plus psychologique de l'histoire.

 

 

On verra alors naître un méchant perdu dans ce monde qui a tué sa femme. Une amitié à toute épreuve entre les deux disciples, des commissaires plus drôles qu'efficaces et un Wong Fei-Hung prenant une retraite anticipée pour avoir le loisir d'observer ses élèves. Il ne combattra même pas Tigre Blanc, se contentant d'échanger quelques coups avec son rival. On verra même naître un début d'histoire d'amour entre le nouveau disciple et une jeune fille.

 

Pour le scénario, il n'y a rien de nouveau : un homme qui pratique les arts martiaux sème le trouble et Wong Fei-Hung doit le châtier à la place de la police qui est, comme d'habitude, incompétente. Par contre, au contraire des "Il était une fois en Chine", le disciple devient de plus en plus fort, enfin, prend conscience de sa force (un peu involontairement) qu'il avait dès le début du film.
Un petit jeu se développe aussi autour des grelots que porte la femme de Tigre Blanc et du nouveau disciple. Celui-ci "touchoillotte" un collier avec des grelots lorsqu'il devient stressé ou qu'il réfléchit. Ce tic va attirer Tigre Blanc comme un a(i)mant .

 

 

La musique est aussi intéressante car très différente de celle de "Il était une fois en Chine". Dès le début du film, nous arrivons dans une espèce de western, avec une musique chinoise style Ennio Morricone, mais sans le côté épique que pouvaient avoir les Américains et les Italiens. Niveau image, ça suit aussi, avec de gros plans des bouches ou des yeux. Chose très curieuse, non pas dans le film d'arts martiaux car Bruce Lee sera vite utilisé en héros westernien, mais parce que dans la suite du film cet aspect disparaît.


Dans la forme, il n'y a pas grand chose de nouveau, à part le maquillage de Tigre Blanc qui est à la fois somptueux et effrayant. Malheureusement, l'acteur en fait un peu trop et en devient vite ridicule. Le masque permettra aussi quelques situations sympathiques, comme un combat truqué pour draguer la fille. Sauf que la deuxième fois que Tigre Blanc revient, ce n'est plus un homme masqué mais un homme maquillé et ayant soif de vengeance.

 

 

Il y a aussi une scène intéressante où l'on bascule dans l'horreur, avec des corps apparaissant d'un coup, et où l'atmosphère s'avère inquiétante (par exemple : un personnage femme/homme qui "interchange" sa personnalité au fur et à mesure du combat ; il/elle disparaîtra comme par enchantement pour mieux tuer son adversaire.
Mais c'est au niveau des chorégraphies que Yuen Woo-Ping va sortir tout son savoir faire. Non pas dans les chorégraphies des combats – quelques coups sont intéressants, comme le final où le nouveau disciple décide de laver le pauvre corps de Tigre Blanc (lui enlevant pratiquement la peau) ou un soin prodigué de force – mais dans la danse des lions. Et plus particulièrement pour l'artiste martial qui boit de l'alcool et fait la danse du lion ivre. Même si, selon le scénario, le rival de Wong Fei-Hung doit être moins fort et meurt, au niveau de la danse du lion il n'y a pas photo... le vieux peut prendre sa retraite ! Deux scènes de pur bonheur qui nous font oublier tout les défauts, ou plutôt pardonner les défauts et les niaiseries du film.


Yuen Woo-Ping réalise donc un film intéressant, où l'on tombe trop souvent dans la kung-fu comédie, mais où l'on va aussi vers d'autres genres comme le western (au début), ou encore le film d'horreur (la scène dans le théâtre). Malheureusement, on voit les influences du réalisateur, les aptitudes des différents acteurs sont présentées à la façon Shaw Brothers, de manière à peine cachée. On verra alors Wong Fei-Hung planter des clous à l'aide d'un bâton, son rival s'entraîner à la danse du lion, Tigre Blanc se battre contre des policiers, et son nouveau disciple essorer le linge (ce dont il se sert comme base de kung-fu). Pas étonnant que son nouveau film, "True Legend", soit aussi mauvais ; sauf qu'aujourd'hui ce n'est plus Wong Fei-Hung qui a pris un coup de vieux, mais bien Yuen Woo-Ping, surtout en ce qui concerne les chorégraphies.

 

 

Kuro

Vote:
 
4.00/10 ( 4 Votes )
Clics: 3770
0

Autres films Au hasard...