Expériences sexuelles de Flossie, Les
Titre original: Flossie
Genre: Erotique , Drame
Année: 1974
Pays d'origine: Suède
Réalisateur: Mac Ahlberg
Casting:
Marie Forsa, Anita Ericsson, Jack Frank, Kim Frank...
Aka: Swedish Sex Kitten
 

Ah, la Suède et ses filles ! Doit-on s'étonner de ce qu'elles nous réservent ? Jack Archer (Jack Frank), lui, ne s'interrogera même pas, ou tout du moins, n'en aura pas le temps. En effet, c'est en flânant à Stokholm, où il vient tout juste d'être muté, qu'il rencontre l'intrigante Flossie (Marie Forsa) et la plus mature (ou plutôt l'initiatrice toute apprêtée) Eva Leander (Kim Frank). Le diplomate sera dès lors invité dans la demeure des deux femmes ; endroit où, sans avoir trop à jouer du coude et de l'œil, il se retrouvera seul à seul avec la nymphette Flossie. Livrés à eux-mêmes dans un imposant salon orné de tableaux et de tapisseries, le duo va se livrer à une série de jeux érotiques ponctués de flashbacks sur leurs diverses aventures sexuelles...

 

 

Mac Ahlberg (officiant ici sous le pseudo de Bert Torn), certainement l'un des plus habiles artisans en provenance de la Suède, réalise Flossie un an avant "Justine et Juliette", en 1974, pleine période de relâche - mondiale - de la censure. Le film connaîtra alors une sortie française le 16 avril 1975 (agrémentée d'inserts hards dispensables), quelques mois seulement avant que ne frappe la terrible et castratrice loi X. Ne fermons pas les yeux : c'était l'âge d'or, et voir Flossie équivaut à observer un genre naissant, avec tout ce que le besoin d'expression et la prise de conscience du potentiel concède de naïveté et de candeur. Pouvoir découvrir ou redécouvrir Flossie dans de bonnes conditions devient à l'heure actuelle une chance, un luxe.

 

 

Cet opus célèbre la première collaboration Forsa/Ahlberg, et porte un certain regard sur le libertinage et l'initiation d'une jeune fille dans tout ce qu'elle a de plus "brute", mais aussi de touchant. Si Eva Leander est déjà une libertine accomplie, son "élève", Flossie, ne demande qu'à rencontrer le "bon" homme ; et cela s'accomplit, comme l'évoque si bien le titre français du film, par le biais des Expériences sexuelles de Flossie, dès lors partagées avec celles de son amant. La majeure partie de son parcours – comme le veut la tradition - s'est réalisée au pensionnat, où elle fut initiée par une autre collégienne, Ylette (jouée par Anita Ericsonn), aux plaisirs de la masturbation, du saphisme et du pommeau de douche. Involontairement, aussi, elle apprendra beaucoup de ses confessions avec le pasteur, notamment sur la manière de mettre en branle sa sexualité. Flossie l'ingénue est une femme qui s'enrichit principalement de ses rencontres, et Mac Ahlberg puisa en elle, en Marie Forsa, l'inspiration nécessaire pour composer ses quatre fleurons du cinéma érotique suédois.

 

 

Flossie est traité par le biais d'une mise en scène soignée, faisant intervenir un perpétuel jeu entre le champ/contrechamp, un montage vif et une passion pour les plans corporels vertigineux, un style pas si loin de celui de Russ Meyer et qui s'en rapproche dans cette volonté qu'a Mac Ahlberg de faire du soft hard. On voit, mais trop peu pour réellement voir. De fait, le spectateur se retrouve lui aussi peu à peu "initié".
N'oublions pas non plus les acteurs, en harmonie, et insufflant au film sa dose de crédibilité (le "bandomètre" est prêt à fonctionner !). Jack Frank n'a pas eu une longue carrière (quelque sept films) mais a su laisser la caméra d'Ahlberg immortaliser sa classe, tout comme Kim Frank, dont c'était le dernier tournage, et qui a sévi deux fois chez notre homme et deux fois chez Sarno (notamment dans "Chattes Suédoises"). Enfin, c'était là la tout première apparition sur les écrans d'Anita Ericsson (que l'on reverra plus tard chez Ahlberg dans "Molly").
Le porno, décidément, un genre mort-né...

Conteur pour adulte, confectionneur de friandises érotiques dont le naturel de Marie Forsa trône, enrobe et laisse à jamais le souvenir, délicat vis à vis d'un sujet qu'il sait aussi bien faire passer par la parole, l'imagination ou le fantasme, Mac Ahlberg/Bert Torn - encore plus que par son esthétique - est un dramaturge tel que le cinéma coquin en a trop peu connu. Ses multiples inspirations littéraires en sont peut-être la cause. Quoiqu'il en soit, il demeure certain que si le genre avait suivi une évolution non perturbée, on aurait longtemps parlé de Mac Ahlberg comme l'un des principaux fondateurs et penseurs du "scénario" au cinéma dit "pour adultes". Pour l'instant, contentons-nous d'affirmer qu'il nous livre là un flirt parfaitement cadencé entre érotisme et pornographie.

 

 

The Hard

 

En rapport avec le film :

# Le dvd Bach Films de Flossie

Vote:
 
4.50/10 ( 12 Votes )
Clics: 12743
0

Autres films Au hasard...