Constantine
Genre: Thriller , Fantastique
Année: 2005
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Francis Lawrence
Casting:
Keanu Reeves, Rachel Weisz, Tilda Swinton, Shia LaBeouf, Max Baker, Gavin Rossdale, Pruitt Taylor Vince...
 

John Constantine est un homme qui a de curieux passe-temps : il renvoie des démons en Enfer à coup de pétoire, de lumière divine ou d'exorcisme virulent. Il est appelé à l'aide par Angela Dodson, jeune femme croyant dur comme fer que sa soeur ne s'est pas suicidée. Après l'avoir envoyée se faire foutre, il se dit que finalement, il y a peut-être Poltergeist sous pentacle. Vu les évènements qui suivront, force est de constater qu'il n'avait pas forcément tort...

 

 

Attendu par beaucoup de fans, Constantine est l'adaptation light du comic Hellblazer. Changement de cadre et lissage du personnage principal, au préalable anti-héros anticonformiste, nous montrant un Keanu Reeves - pas plus mauvais que dans Matrix... - déambulant dans les rues de Los Angeles dont la plus grosse tare est d'enchaîner les clopes. Pas bien ! comme disaient les Inconnus.
Ceci étant dit, la bande-annonce laissait croire à une énième surenchère d'effets numériques et le résultat surprend agréablement. Moins tape-à-l'oeil qu'un Van Helsing, les effets sont de toute beauté et servent réellement le film, donnant corps à un bestiaire sympatoche (à l'exception d'un monstre-insecte pas bien folichon) et à un Enfer démoniaque qui visuellement parlant donne bien envie de retourner sa croix.
Le film en lui-même est assez plaisant, on retrouve un peu de l'Exorciste (en moins chiant) ou du Maître des Illusions (en moins génial) pour le côté film noir et détective de l'occulte. Constantine est finalement moins le film bourrin qu'on nous a vendu qu'un vrai film fantastique, avec ses thèmes, ses partis-pris intéressants et son léger aspect psychologique. Les scènes musclées ne sont ni nombreuses ni envahissantes, tout en restant efficaces, et la part d'intrigue et de profondeur des personnages a son importance. N'allez pas le voir en attendant Blade 4 (ou 3, c'est selon). Enfin, le ton est globalement sérieux, malgré un sidekick à casquette qui heureusement ne nous fait pas trop de blagues pas drôles.

 

 

Constantine a ses défauts. Deux voire trois personnages sont mal traités, dont deux manquent de justesse de tomber dans le ridicule à la fin du film. Sans dévoiler qui, car c'est une surprise, un personnage mythique et essentiel se trouve être interprété par un gros type en costard qui cabotine à n'en plus finir. Comprenne qui voudra ! Quant à John Constantine, j'aurai aimé voir plus déviant qu'un type qui fume en faisant la gueule. Paradoxalement, toutes les qualités et les défauts du film sont concentrés sur le final, qui passe par intermittence du sublime au grotesque, tout en assénant une belle morale hors de propos. Un peu moins de manichéisme aurait été bienvenu, écueil qu'évitera tant bien que mal Constantine jusque là, notamment par sa vision originale du camp du Bien et du Mal.
Pas un chef d'oeuvre, pas un navet, un bon petit film qui se regarde tranquillement. A chacun de voir ce qu'il en attendait.

 

 

Note : 7/10

Le Cénobite Cinglé !
Vote:
 
4.25/10 ( 16 Votes )
Clics: 3255

2 commentaire(s) pour cette critique


Autres films Au hasard...