Dead, The
Genre: Zombie , Horreur
Année: 2010
Pays d'origine: Royaume-Uni
Réalisateur: Howard J. Ford & Jonathan Ford
Casting:
Rob Freeman, Prince David Oseia, David Dontoh, Elizabeth Akingbade, Mark Chapman, Ben Crowe, Anne Davaud...
 

Si les films de zombies ont toujours été des événements, tant le genre bénéficie d'une base de fans solides depuis le début des années 80, grâce évidemment aux prouesses de Lucio Fulci et George Romero, la production de ce type de films semble s'être accélérée ces dernières années pour devenir un genre aux règles bien codées, à l'instar des films de vampires ou ceux de la créature de Frankenstein.

 

 

Il est vrai aussi que le film de zombies est un genre cinématographiquement peu coûteux à produire, et qu'il demeure en quelque sorte un exercice idéal pour les cinéastes en herbe qui en sont à leurs débuts. Les exceptions les plus notoires, c'est-à-dire les films venus des grands studios comme 28 jours plus tard et sa suite ou encore L'armée des morts ont contribué à redynamiser le genre, voire à créer une variante : le film de contaminés.

Ainsi, beaucoup de petites productions, originaires de plusieurs coins du globe, sont apparues et il faut bien se rendre à l'évidence : quasiment aucune n'est parvenue à se démarquer des modèles, tant elles semblaient répéter le même schéma. Toutefois, au milieu de cet océan de productions, il est agréable de remarquer que, finalement, une petite production nommée The Dead est agréablement parvenue à tirer son épingle du jeu.

 

 

The Dead débute au commencement de la mythologie des films de morts vivants, c'est-à-dire quand l'épidémie se propage à une vitesse foudroyante et, surtout, incontrôlable.
Nous sommes en Afrique du Sud, et des survivants (civils et militaires) ont embarqué sur l'ultime avion à pouvoir fuir l'apocalypse sanguinaire. Mais cet avion n'est pas réellement en état de voler et ce périple se conclut par un crash en pleine mer. Seuls trois survivants parviennent à rejoindre la plage.

Il s'agit de notre héros, le lieutenant Brian Murphy, qui est ingénieur, un militaire blessé à la jambe ainsi qu'un autre soldat qui prend ses jambes à son cou et s'enfuit tout de suite. Il faut reconnaître qu'il a raison, puisque les morts-vivants, déjà présents, se dirigent tels des automates sur les naufragés. Brian parvient in extremis à s'enfuir, avec très peu d'armes, tandis que le militaire, à terre, est attaqué par les zombies.
Brian parvient donc à fuir, à trouver un véhicule hors d'usage qu'il parvient à remettre en état, mais une vague de zombies s'en prend à lui. Il réussit une fois de plus à fuir, à bord du véhicule qui est sa meilleure chance de salut, mais la route est littéralement infestée de morts-vivants. Alors qu'il est obligé de remettre de l'essence, il est sauvé par un militaire local, le Sergent Daniel Dembele, qui a vu son pays se désagréger en l'espace de quelques jours.

 

 

Malgré un premier contact plein de défiance entre les deux hommes, qui ne se seraient sans doute pas croisés sans de tels événements, le duo va devoir coopérer efficacement pour ne pas succomber sous la menace des morts-vivants, qui semblent être partout et devoir ne leur laisser quasiment aucun répit. Brian veut trouver une radio en état de marche afin qu'il soit rapatrié en Angleterre, tandis que Daniel veut absolument retrouver son fils. Y parviendront-ils ?

La trame de The Dead est, il est vrai, assez mince. L'intérêt réside surtout par son rythme, toujours très efficace, et son suspense. Les zombies sont presque constamment sur les talons de nos personnages, tant l'épidémie est étendue. Il n'y a quasiment plus d'autorité, plus d'ilots de survivants, et les rares plages de calme ne tarderont pas à être envahies par une menace inexorable.

L'autre grande qualité du film demeure certainement la cinéphilie de ses réalisateurs, les frères Howard et John Ford, qui connaissent manifestement les films de morts-vivants, en l'occurrence ceux de Lucio Fulci, et l'assez informel Virus Cannibale dont il parait emprunter l'ambiance putride, le maquillage et l'aspect général des morts-vivants, mais aussi la dangerosité de la menace.

 

 

C'est donc avec plaisir que les vieux cinéphiles, ceux qui connaissent ces oeuvres italiennes qui, il faut bien le reconnaître, n'ont été que très rarement (voire jamais) supplantées par d'autres productions (même américaines), peuvent voir un film de morts-vivants qui renoue enfin avec cette étrange sensation "bis" qui se dégageait de L'enfer des zombies et Virus Cannibale. Si beaucoup de réalisateurs ont avoué leur admiration pour les oeuvres de Lucio Fulci, bien peu ont réussi à lui rendre un hommage aussi intéressant. En outre, si la photographie de The Dead, baignée dans le soleil, offre de magnifiques plans, les caractères cruel et gore des productions précédemment citées est également présente.

En définitif, si The Dead ne reste pas dans les annales du film de zombies, pas plus qu'il renouvelle le genre, il permet néanmoins à l'amateur de cinéma bis de renouer avec cette "délicieuse" période (tant et si bien que l'on puisse employer ce terme) du début des années 80, qui voyait débarquer sur les grands écrans des oeuvres aussi improbables que Virus Cannibale ou Le manoir de la terreur. Que les frères Ford en soient donc remerciés.

 

 

Bastien

 

En rapport avec le film :


# La fiche dvd Aventi du film The Dead

 

* La bande-annonce originale :

 

Vote:
 
6.50/10 ( 6 Votes )
Clics: 2953
0

Autres films Au hasard...