Couvent, Le
Titre original: The Covent
Genre: Gore , Horreur
Année: 2000
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Mike Mendez
Casting:
Joanna Canton, Richard Trapp, Dax Miller, Adrienne Barbeau, Coolio, Oakley Stevenson, Megahn Perry, Kelly Mantle, Allison Dunbar, Richard Trapp...
 

Par une chaude nuit noire, quelques jeunes gens partent passer du bon temps dans un couvent supposément hanté depuis le meurtre de quelques nonnes véhémentes. En compagnie de quelques autres étourdis ayant investi imprudemment les lieux, ils feront ressurgir la diabolique malédiction à l'origine de la funeste réputation de l'endroit. Plus concrètement, une jeune fille va se transformer en démon, contaminant petit à petit tous ceux qu'elle agressera...

 

 

Le Couvent ne brille donc pas par son originalité, tout repompé qu'il est sur le Evil dead de Sam Raimi. Sauf que, médiocrité aidant, le film de Mike Mendez se rapprochera davantage des Démons de Lamberto Bava, le jeunisme inhérent aux oeuvres de la fin des années 90 et du début des années 2000 en plus. Ainsi, avant toute chose, Le Couvent prend des aspects de comédie adolescente. La galerie de personnages qui nous est présentée s'enorgueillit ainsi quasi intégralement de toutes les tendances des films pour jeunes : l'héroïne, le fumeur de joints, la bimbo, le souffre-douleur, la gothique, les faux satanistes... Eléments que l'on retrouve à peu près régulièrement (si ce n'est systématiquement, pour certains) depuis les années 80, mais qui prennent ici toute leur "profondeur" dans l'époque de réalisation du film.

 

 

L'humour y est gras, très gras, trop gras. Humour à base de joints (séquence hallucinatoire à l'appui, présence du rappeur Coolio dans le rôle d'un flic gangsta débile), et humour à base de vannes grivoises (homosexuelles) ou de gags d'obsédés ("Je dis pas à la police que t'es là si tu me donnes ta petite culotte !"). Le spectateur sature au bout de dix minutes, et ce ne sont pas les séquences horrifiques qui vont changer la donne.
Si le gore est bel et bien présent à petites doses, en revanche les effets spéciaux, dans leur ensemble, sont plutôt ratés et sentent le caoutchouc mou qui aurait flambé. Et surtout, ils sont souvent censés illustrer le choix de photographie qui a été fait par le réalisateur. A savoir un éclairage très "boîte de nuit", aux couleurs vives contrastant avec la noirceur de ce couvent déserté. Du coup, le sang, les yeux des démons, leurs dents, tout cela prendra également des tons fluos du plus moche effet, à mettre en parallèle avec la musique techno servie en guise de bande-son ainsi qu'avec une mise en scène spécifique (il faut voir les démons avancer de façon saccadée...), preuve d'une volonté de se mesurer au Sam Raimi des deux premiers Evil Dead. Triste.

 

 

Les quelques rebondissements scénaristiques tels que l'arrivée tardive d'une Adrienne Barbeau dans un rôle de femme musclée, ou encore l'encore plus tardif projet maléfique ourdi par les démons (habillés en nonnes au bout de quelques temps, pour justifier le titre) ne seront pas assez pour satisfaire le spectateur, qui continue obstinément à ne pas prendre plaisir à un film pourtant fort énervé, mais qui de par ses nombreux défauts empêche l'enthousiasme de se communiquer au-delà de l'écran.
Ajoutons enfin une totale absence d'érotisme, malgré les moult blagues de cul, et au final la série B moderne que ce Couvent désirait être n'est qu'un film de plus à ajouter à la longue liste des productions horrifiques apparues aux alentours des années 2000, période où l'horreur s'accompagnait de tares on ne peut plus plombantes (certainement la pire période de l'histoire du cinéma horrifique). Peut-être qu'un film tel que celui-ci sera perçu dans quelques décennies comme le reflet de ce qu'était l'adolescence à la toute fin du vingtième siècle (un peu comme le sont devenus les films fantastique des 50's ou des 80's)... Mais il n'y en aura toujours pas de quoi être fier.

 

 

Note : 2/10

 

Walter Paisley
A propos du film :

# Mike Mendez a bénéficié d'un budget d'environ 850 000 Dollars pour Le Couvent.

Vote:
 
3.70/10 ( 23 Votes )
Clics: 4529

2 commentaire(s) pour cette critique


Autres films Au hasard...