Gothic & Lolita Psycho
Titre original: Gosurori shokeinin
Genre: Gore , Horreur , Action
Année: 2010
Pays d'origine: Japon
Casting:
Rina Akiyama, Ruito Aoyagi, Yukihide Benny, Asami, Satoshi Hakuzen, Chris Mark, Misaki Momose, Minami Tsukui, Yûrei Yanagi...
 

Dans un tripot où la mort se joue parfois aux dés et où la violence est reine débarque Yuki, une Gothic Lolita, c'est-à-dire une jeune femme habillée de noir dans des vêtements froufroutants rappelant les poupées victoriennes (une mode qui a, apparemment, ses adeptes au Japon). Irradiant d'une sorte de nitescence langoureuse (merci Vladimir), elle vient défier Sakie, la patronne de ces lieux. A la surprise générale de ses hommes de main et pour sa propre stupéfaction, la fragile demoiselle à l'ombrelle se révèle une adversaire redoutable et mortelle. Sakie, première adversaire déclarée de Yuki, vient de périr sous ses coups. Qui sera le suivant ?

 

 

Car c'est d'une vengeance égrenée sur la durée du film dont il s'agit ici. Une vendetta sanglante destinée à laver dans le sang la mort affreuse de la mère de Yuki, crucifiée par 5 barbares aux motivations floues : sadiques fanatiques d'une secte démoniaque ? Yakuzas venus régler des comptes trop longtemps oubliés ? Délinquants devenus meute le temps d'un massacre familial ? Peu à peu, on en apprendra un peu plus sur leurs buts et les raisons de cet horrible rituel. Petit à petit, tandis que Yuki combattra une sorte de psychokinésiste capable de léviter, 6 kamikazes auto-proclamés mais peu désireux de mourir, un père de famille implorant, une jeune borgne au téléphone intégré à son révolver et, enfin, une sorte de dandy décadent à bras long (littéralement long, très long même, lorgnant du côté de L'homme élastique des 4 fantastiques), elle découvrira sa vraie nature, aussi monstrueuse que sa vengeance...

 

 

Et hop ! Voici encore un film labellisé Sushi Typhoon qui arrive, c'est-à-dire un film d'horreur à petit budget produit par la Nikkatsu et mixant les genres sans retenue, dans un esprit d'indépendance et pour un public local autant qu'international. Précurseurs du genre : "Machine Girl" ou Tokyo Gore Police. Ratages complets : Robogeisha et "Yakuza Weapon". Réussite (mais pas sans défauts) : Helldriver. D'autres ne sont pas encore sortis dans nos riantes contrées mais peut-être le feront-ils un jour puisque l'on a eu droit à ce Gothic & Lolita Psycho. A classer malheureusement dans la partie basse du panier, même s'il ne touche pas totalement le fond et surnage même avec brio lors de quelques séquences.

 

 

Si le début, par exemple, avec son vigile de bouge infâme fumant en mangeant des spaghettis comme un porc ne convainc guère, ni même le passage à l'intérieur du tripot, les exploits psychokinétiques d'un certain Gerao Yuro sur trois lycéennes en jupette à qui il fait une démonstration de ses pouvoirs modifient le registre du film pour le mener sur le terrain de l'humour où il s'en sort plutôt mieux que dans celui des combats sérieux. L'affrontement entre ce tordeur de cuillère rappelant fortement Uri Geller (qui eût son heure de gloire à la télévision à la fin des années 70) et l'ombrageuse jeune fille en pleurs, avec lévitation et grands coups de balais, constituera d'ailleurs l'un des meilleurs moments du film. Tout comme ce passage avec 6 ridicules kamikazes aux tendances acrobatiques se prenant une rouste monumentale, ou l'aspect cartoon de l'ultime round...

 

 

Des bons moments, donc, malheureusement plombés par la partie "sérieuse" de l'intrigue, trop dramatique et mélodramatique même, avec choeurs lancinants et flous auréolant des flash-backs où le blanc virginal de cette famille unie se retrouve constellé du rouge de son propre sang. Laborieuses aussi, les relations entre Yuki et son père, devenus hémiplégique suite à ses blessures. Et trop longues les scènes consacrées à Lady Elle (plus que gros clin d'oeil à la salope incarnée par Daryl Hannah dans "Kill Bill"), allant même jusqu'à nous rejouer l'effet bullet time matrixien (on n'en veut plus !!!), à peine sauvées par l'idée du téléphone intégrée dans la crosse du flingue et dont la jeune tueuse a du mal à se passer même en plein coeur de l'action.
En fait, Gothic & Lolita Psycho n'est qu'une suite de combats agencés plus ou moins bien et, à l'image des films à sketches auxquels il pourrait faire penser, il est très inégal, réussi parfois, raté le plus souvent. Son inspiration provient probablement aussi beaucoup des jeux vidéo où un adversaire battu ouvre la porte à un nouveau combat contre un nouvel adversaire. En tant que joueur, pourquoi pas, mais, en tant que spectateur, on se lasse assez vite de cette trame transparente et d'une intrigue aussi pauvre. Peut mieux faire donc, beaucoup mieux même, enfin j'espère ! Sinon, le label Sushi Typhoon de chez Nikkatsu deviendra Sushi Petite Brise, ce qui a déjà moins de gueule...

 

 

Bigbonn


En rapport avec le film :

La fiche dvd Elephant films de Gothic & Lolita Psycho

Vote:
 
3.00/10 ( 1 Vote )
Clics: 2992
0

Autres films Au hasard...