Ragazzi del Juke-Box
Genre: Comédie , Musicarello
Année: 1959
Pays d'origine: Italie
Réalisateur: Lucio Fulci
Casting:
Elke Sommer, Mario Carotenuto, Adriano Celentano, Fred Buscaglione, Antonio De Teffè, Umberto D'Orsi...
 

Entre le Commendatore Cesari, grand ponte d'une maison d'édition musicale, et sa fille Giulia, il y a un désaccord qui semble irréconciliable : tandis que le père soutient farouchement la supériorité de la chanson mélodique, Giulia n'en a que pour sa musique moderne et ses "hurleurs"... Dès lors que le Commendatore sera empêché, Giulia en profitera pour faire passer des auditions à tous ces jeunes talents en herbe...

 

 

Il s'agit là du premier Musicarello tourné par un Lucio Fulci qui oppose de façon presque documentaire les garants d'une production musicale à l'ancienne et les progressistes, en général des jeunes plein de vie, à la recherche de rythmes et de sensations plus frénétiques que leurs aînés. Suite de Scopitones reliés tant bien que mal par un scénario prétexte, Ragazzi del Juke-Box possède la fraîcheur de sa propre naïveté : celle qui consiste à opposer de façon trop manichéenne les vieux cons (forcément conservateurs) aux jeunes (forcément un peu fous et révolutionnaires, tout du moins musicalement). Ainsi assiste-t-on à un défilé de talents en herbe, lesquels sont censés bousculer les conventions, ce que l'Italie appelait les "hurleurs" (voir Urlatori alla sbarra à ce propos). Crooners endiablés, rockeurs crâneurs et 'twisteurs' déchaînés viennent ainsi tour à tour faire leur numéro de façon, il faut bien le dire, communicative. C'est la grande qualité d'une bobine légèrement en avance sur son temps (anticipant à sa manière nombre d'émissions télévisées réalisées en direct) mais également assez classique dans son approche cinématographique. Foncièrement théâtral, Ragazzi del Juke-Box emporte finalement le morceau grâce à l'énergie déployée par nos rebelles, et marque par la présence de plusieurs personnalités qui feront date.

 

 

A ce titre, cette seconde livraison d'un Fulci yé-yé tout en génuflexion sur ressorts fait office de tremplin pour cette même génération parmi laquelle on retrouve, entre autres, Adriano Celentano (avant une fructueuse collaboration), Betty Curtis ou bien encore Fred Hammond, qui décédera l'année suivante à seulement 38 ans, d'un accident de voiture. En cela encore, Ragazzi del Juke-Box est un document précieux dans lequel on aperçoit même Anthony Steffen à l'aube d'une énorme carrière, notamment, dans un premier temps, dans le western.
A titre anecdotique encore, signalons que le réalisateur apparaît lui aussi, le temps d'une scène très courte, en organisateur de festival (en gros l'équivalent scénaristique de son statut de metteur en scène faisant ici promotion de talents).

 

 

Plus direct et plus enfantin que Urlatori alla sbarra, on n'y trouve pas encore l'embryon de scepticisme ou de désillusion présent dans son film suivant, dans lequel les jeunes "hurleurs" révolutionnaires d'aujourd'hui pouvaient vite devenir à leur tour les statues ennuyeuses de demain, calmés par un mercantilisme systémique ou un confort acquis. En cela, le titre ne ment pas et Ragazzi del Juke-Box est un petit spectacle rafraîchissant qui se regarde comme on ferait défiler les chansons d'un vieux juke-box avec ce que cela suppose de bonnes découvertes et de déceptions n'ayant pas su passer le temps. Sympa.

 

 

Mallox

Vote:
 
7.00/10 ( 1 Vote )
Clics: 2453
0

Autres films Au hasard...