Terreur sur le monde
Titre original: Tôkyô-wan enjô
Genre: Catastrophe
Année: 1975
Pays d'origine: Japon
Réalisateur: Katsumune Ishida
Casting:
Tetsurô Tanba, Hiroshi Fujioka, Jô Shishido,Kei Satô, Kenji Sahara, Peter Graves...
Aka: Terreur sur le monde, La Grande explosion / High Seas Hijack / Conflagration / Tokyo Gulf Burns / The Explosion
 

L'Arabian Light est un superpétrolier géant de 200 000 tonnes. Il navigue tranquillement vers la baie de Tokyo. Son commandant donne ses dernières instructions à son second, lorsqu'apparaît dans le ciel un signal de détresse. Le commandant localise une petite embarcation de sauvetage occupée par six hommes. Le commandant fait stopper les machines et demande à quelques-uns des membres de son équipage d'aider les naufragés à monter à bord. Une fois à bord, les six naufragés sortent de leur sac des mitraillettes et tiennent en respect les membres de l'équipage. Le chef du commando fait connaître ses exigences au commandant. Il n'admettra aucun acte de résistance et l'informe que les cuves du pétrolier vont être minées.

 

 

Dans la continuité de leurs précédentes productions dédiées au genre catastrophe que sont La Submersion du Japon et Nostradamus : fin du monde - an 2000, la Toho met en route un projet ambitieux qui délaisse un temps les fléaux naturels. En effet, le récit de Terreur sur le monde s'articule autour d'un petit groupe de terroristes, lesquels menacent d'anéantir la métropole de Tokyo à l'aide d'une réaction en chaîne de catastrophes technologiques.


Si le budget investi est sensiblement comparable, pas question ici de faire disparaître le Japon sous les eaux ou de dévaster le monde entier. L'ampleur des dégâts est réduite à la seule ville de Tokyo, tout comme dans Cataclysme Force 7.9 qui sortira quelques années plus tard. Le résultat à l'image s'avère donc nettement moins spectaculaire que ce à quoi la Toho nous avait habitués jusque-là, bien que les effets visuels soient toujours aussi convaincants.

 

 

Dans Terreur sur le monde, afin d'établir une meilleure répartition des richesses entre les différents pays du globe, les terroristes décident de s'en prendre aux réserves de pétrole de Tokyo. Un élément indispensable au développement de la société japonaise, dont le contrôle ou l'éradication permettraient de ralentir puis d'immobiliser l'économie tout entière, entraînant des conséquences désastreuses. La situation est dramatique, et une course contre la montre s'engage entre le gouvernement qui refuse toute négociation, les terroristes qui donnent le coup d'envoi à leur plan diabolique, et quelques membres de l'équipage qui essaient de mettre fin aux agissements du commando armé.
Si les dirigeants se refusent à détruire les réserves de la ville, le supertanker présent dans la baie de Tokyo explosera. Le déversement du pétrole brut contenu dans ses cuves provoquera une catastrophe sans précédent. Celui-ci se répandrait sur toute la surface de l'eau, mais également dans les airs suite à son évaporation… il suffirait alors d'une étincelle pour que tout s'enflamme. Inexorablement, l'incendie se propagerait à grande vitesse par l'intermédiaire d'une mer de flammes, faisant exploser toute matière combustible rencontrée sur son chemin, et répandrait des fumées extrêmement toxiques qui se chargeraient d'anéantir tous les survivants.

 

 

Concoctés par Teruyoshi Nakano et Koichi Kawakita, les trucages sont particulièrement réussis, malgré quelques maquettes un peu perfectibles. L'avancée des flammes est en tout cas bluffante de réalisme. Certains plans de Terreur sur le monde seront d'ailleurs réutilisés par la suite dans d'autres films de la Toho comme "Godzilla: Final Wars", "Godzilla vs. King Ghidora" ou "Godzilla Against Mechagodzilla". S'il n'offre pas vraiment de surprises, le scénario se montre efficace, et le réalisateur Katsumune Ishida, qui avait par ailleurs épaulé Ishirô Honda sur Le Choc des planètes, parvient à maintenir une tension palpable jusqu'au dénouement, ne serait-ce que par la manière dont les autorités tentent de berner le commando de terroristes. Les acteurs, parmi lesquels Hiroshi Fujioka ("Le Guerrier fantôme", La Submersion du Japon), Jô Shishido ("La Barrière de chair", "La Marque du tueur") ou Tetsurô Tanba ("On ne vit que deux fois", "Super Express 109"), offrent des prestations convaincantes, dont l'impact est cependant atténué par un doublage parfois décevant. Cela dit, rien à voir non plus avec celui de "La Dernière guerre de l'apocalypse", qui décrédibilise à lui seul le film.

 

 

Loin d'être aussi impressionnant que d'autres films similaires, Terreur sur le monde demeure tout de même une oeuvre divertissante. Malgré quelques séquences visuellement spectaculaires, la réussite du film tient avant tout à son habile gestion du suspens ainsi qu'à son intrigue bien ficelée.

A l'instar de nombreuses productions de la Toho, la version du film distribuée à l'international comporte quelques différences avec le film auquel ont eu droit les Japonais. Des 100 minutes originales (1975), il en reste 95 dans l'édition américaine (1978), dans lesquelles ont été insérées de nouvelles séquences tournées pour l'occasion avec Peter Graves ("Mission impossible", "Y a-t-il un pilote dans l'avion ?", etc.). En France, point d'insertion sauvage, mais la durée du film est ramenée à 88 minutes. N'ayant en ma possession que cette dernière, difficile d'être plus précis à ce sujet, bien que les coupes ne concernent à priori que quelques dialogues.

 

 

Nicolas

Vote:
 
6.50/10 ( 2 Votes )
Clics: 2668
0

Autres films Au hasard...