Deadly Encounter (La Belle et l'hélico)
Titre original: Deadly Encounter
Genre: Thriller , Action
Année: 1982
Pays d'origine: États-Unis
Réalisateur: William A. Graham
Casting:
Larry Hagman, Susan Anspach, James Gammon, Michael C. Gwynne, José Chávez, Jack Dunlap, Arnold Jeffers...
Aka: La Belle et l'hélico (titre télé) / American Eagle
 

Un pilote d'hélicoptère, ex-combattant au Vietnam (Larry Hagman), aide son ex-femme devenue veuve (Susan Anspach), après l'assassinat de son mari, à trouver le livre noir que ce dernier a planqué. Il contiendrait des preuves et des noms pouvant mettre en péril une dangereuse organisation criminelle...

 

 

Deadly Encounter est typiquement le divertissement dont on n'attend pas grand chose sinon rien et qui, au final, s'avère bien meilleur qu'on ne l'eut cru.
Les scènes aériennes et les poursuites en hélico sont bien fichues et n'ont par exemple rien à envier au Badham "Tonnerre de feu". Le scénario réserve surprises et rebondissements, le suspens est maintenu à bon rythme. Les situations sont variées sur des bases qu'on peut qualifier bêtement d'Hitchcockiennes avec un Larry Hagman (très bien) embringué dans une histoire dont il ne sait rien et qui le dépasse. On a même une poursuite entre un hélico et un vélo un pneu comme dans "La Mort aux trousses".

 

 

Des trafiquants qui peuvent eux aussi arriver par les airs sur la terrasse-plate-forme d'un restaurant, ce pour kidnapper Chris (Susan Anspach), ici en ex de Sam (Hagman) venue l'embaucher en début de bobine pour qu'il l'amène au Mexique et plus encore (le "plus encore" restant énigmatique longtemps).
Du coup, on a beaucoup d'action (dont même une sorte de duel face to face en hélicoptère !) tout en découvrant, comme le héros malgré lui du film, les tenants et les aboutissants. Faut dire que la Susan n'est pas gonflée, elle demande l'aide, refuse d'en donner les raisons et les distille ensuite au compte-gouttes. En ligne de mire, un cartel de drogue avec un type liquidé car s'apprêtant à témoigner, un document mystérieux et mystérieusement volé dans un musée sur lequel le cartel aimerait bien mettre la main dessus.

 

 

Des acteurs dont le succès est plus derrière que devant (sans allusion sexuelle). Susan Anspach ( hélas décédée en cette année 2008), ex-pianiste bourgeoise dans le très beau "Five Easy Pieces" de Rafelson transformée en blatte de second plan dans le "Insect!" de William Fruet (1987) au sein d'une carrière forcément décevante au regard de ses premiers rôles.
Larry Hagman, excellent acteur, trop souvent confiné au seul J.R. Ewing de la série "Dallas" (et de loin la meilleure raison de regarder ce feuilleton). Excellent et même très drôle dans "L'Aigle s'est envolé" de John Sturges (si si !), idem dans le formidable "SOB" de Blake Edwards, en somme toujours bon et plus ("Ambulances tous risques"), même si l'acteur semble dénué d'égo et se cantonne lui-même aux seconds rôles. On rappellera pour la forme son unique réalisation : "Attention au Blob !" (1972). Connerie allumée, à demi-réussie seulement, mais qui n'en demeure pas moins sympathique : un film qui s'amuse sur les bases de Danger planétaire et annone aussi L'Attaque des tomates tueuses.

On est également content d'apercevoir les bonnes gueules de James Gammon (on le retrouvera en 2006 dans le Altered d'Eduardo Sánchez). Déjà embauché par William A. Graham dans "Le Pénitencier de l'enfer" (Women of San Quentin, 1983 - on y reviendra peut-être, c'est en cours de vision...), le plus rare Michael C. Gwynne (le formidable Terreur dans la montagne, "Cherry 2000"...). Sans oublier bien entendu José Chávez, dont on ne citera qu'un poignée de films d'une incroyable carrière : The Beast of Hollow Mountain, Les Doigts du diable et, bien entendu, incontournable Mexicain de westerns du nouvel Hollywood : "La Horde sauvage", "Sierra Torride", "Les Professionnels"...

 

 

Et puis, des petits adages sympas embusqués dans les dialogues : "J'aime pas faire deux fois la même erreur, je préfère faire deux erreurs différentes une seule fois". Des relations post-conjugales genre buddy-movie mixte et jeu de chat et de la souris à la Larry le dingue, Mary la garce/La folle cavale, ou bien encore ce qu'on verra au ciné peu après : "À la poursuite du diamant vert" for example.

Mélange classique de suspens, de mystère, d'action et d'humour, Deadly Encounter, selon le fameux adage "Certains téléfilms valent bien mieux que bien des films", ne se défend pas si mal dans le genre. Et puis quelques millions de dollars à la clé ne se refusent pas en ces temps d'austérité, aux mains des Dieux de la Bourse et de l'actionnariat.
Niveau cascades, quand on regarde les exploits de Larry Hagman, ce dernier n'a rien envier à notre Bebel (et l'hélico) national.

 

 

Deadly Encounter (on préférera largement le titre original à celui, français, très hélicon, correspondant semble-t-il à un passage télé qui relègue le sieur Hagman à l'état de Bête et de Clochard) est un film que Garcimore aurait apprécié à sa juste valeur. Déconstrasté...

 

Mallox

Vote:
 
0/10 ( 0 Votes )
Clics: 812
0

Autres films Au hasard...