Folle équipée, La (Mad Mission 2)
Titre original: Zui jia pai dang 2: Da xian shen tong
Genre: Comédie , Action
Année: 1983
Pays d'origine: Hong Kong
Réalisateur: Eric Tsang
Casting:
Samuel Hui, Karl Maka, Sylvia Chang, Yasuaki Kurata, Tsui Hark, Ting-Huan Wang...
Aka: Mad Mission Part 2: Aces Go Places / Mad Mission 2 - Heißes Pflaster Unterwelt / Aces Go Places II / Mad Mission II
 

Un assassin, répondant au nom Filthy Harry, est embauché pour tuer nos deux improbables héros, à savoir le détective chauve Cody Jack (Karl Maka) et son ami Sam le voleur (Sam Hui). Les deux hommes sont accusés de différents vols, pourtant commis par la nouvelle petite amie de Sam. Tandis que leur patron sournois envisage de les envoyer dans un hôpital psychiatrique, ils se retrouvent forcés de combattre un robot tout en portant des bombes à retardement sur leurs corps !

 

 

Fondé par un trio de comédiens, Raymond Wong, Dean Shek et Karl Maka, rejoint finalement par Tsui Hark, Eric Tsang et Nansun Shi, le studio Cinema City fut le terreau fertile de réalisateurs comme Ringo Lam et Johnnie To, tout en donnant un coup de pouce à la carrière de John Woo et Tsui Hark. D'ailleurs, suite à quelques revers au box-office, Tsui Hark et Ringo Lam finiront par réaliser les épisodes trois et quatre de la franchise.
Au début des années 80, le studio produisit donc Mad Mission, gros succès au box-office local mais aussi succès international inespéré puisqu'il sortit un peu partout dans le monde, même en Union soviétique. Le studio passe alors en tête, devançant même ses concurrents tels que la Shaw Brother et la non moins ambitieuse Golden Harvest. Bien décidé à garder son leadership, Cinema City Entertainment doit réagir vite et, pour cela, sortir un second opus. Il convient donc de reformer l'équipe gagnante du premier film. Et cette séquelle se devra d'être encore plus délirante et spectaculaire si elle veut enfoncer la concurrence...

 

 

On assiste donc au retour de l'improbable trio d'acteurs présents dans le premier épisode : le comique Carl Mak (actionnaire du studio et tête pensante du projet), le casse-cou Sam Hui également chanteur pionnier de la "Cantopop" (la chanson pop interprétée par Eric Cantona à Canton) et la belle emmerdeuse Sylvia Chang, une actrice de renom en Asie.
Mais cette fois, nos trois loustics sont assistés du vétéran japonais Yasuaki Kurat (l'adversaire de Jet Li dans "Fist of Legend"), de la très jolie taïwanaise Ting-Huan Wang ("Return of the Electric Love"), d'une poignée de (vagues) sosies (Henry Kissinger, Clint Eastwood) ainsi que de divers caméos des actionnaires/producteurs du studio (Raymond Wong, Tsui Hark ou Dean Shek).
La réalisation échoit de nouveau à Eric Tsang, ex cascadeur et scénariste de la Shaw Brother (La 36ème chambre de Shaolin) remarqué par Sammo Hung pour lequel il devient tout d'abord assistant, puis acteur, dès 1977. Il a, à ce jour, près de 270 films a son actif, dont la trilogie "Internal Affairs"). En 1979, il est devenu réalisateur avec, comme premiers films, "The Crazy Chase", "The Loot", "Deadly Challenger", tous produits par Lo Wei. C'est à cette période que son chemin a croisé celui de Carl Mak pour enfin intégrer la société Cinema City.

 

 

Pour en revenir à Mad Mission 2 (La Folle équipée), disons que comme pour le premier opus, Carl Mak essaie de repousser les limites de l'acceptable au niveau ressort comique, certes rarement avec délicatesse (voir la version uncut hongkongaise), ce qui plombe d'ailleurs un peu le film et explique que la version internationale soit délestée de pas mal de scènes de comédie (notamment celles avec Tsui Hark).
La meilleure performance est à porter au crédit de Sylvia Chang. Son personnage de fliquette dure à cuire est hilarant, du moins lorsqu'elle n'est pas court-circuitée par un Carl Mak envahissant. Amateur de cinéma occidental, le producteur multiplie les références, de "James Bond" à "La Panthère Rose" en passant par les Westerns spaghetti, Police Puissance 7, "Condorman", pour ne citer que ceux-là...
Enfin, pour marquer pleinement les esprits, Mad Mission 2 se devait proposer quelque chose d'inédit et de farfelu, d'où la présence d'un affrontement entre le héros et un robot géant aux contours quadrilatéraux et, pour bien marquer le coup, d'un autre duel entre un robot géant et une kyrielle de plus petits. Comme si ce n'était pas suffisant, entre ses cascades automobiles et ses gadgets délirants (dont un réacteur dorsal...), Mad Mission 2 propose une séquence de baston dans un restaurant qui n'a rien à envier aux meilleurs Jackie Chan. Hélas, toute cette surenchère se fait au détriment du scénario, assez confus, et d'une certaine logique dans la continuité des événements. Ceci dit, dans un Mad Mission, la logique n'a qu'une importance très relative et cela n'empêchera pas le film d'être un nouveau succès qui lancera définitivement la franchise.

 

 

À ce sujet encore, l'un des phénomènes qui va largement influencer le succès des deux premiers épisodes est l'explosion de la vidéo cassette et de sa location : les deux premiers opus connaîtront une sacrée belle carrière sur bande magnétique ! C'est aussi là que la confusion entre les deux films va commencer puisque certains distributeurs sortiront les films en oubliant de préciser son numéro (c'est le cas en France), tandis que d'autres pays vont intervertir les affiches... Des erreurs qui joueront pour la notoriété de ce second opus !
Mad Mission 2 est l'exemple parfait d'un cinéma qui ne se prend pas la tête, offre un spectacle décomplexé, un rien fantoche mais toujours sincère, ainsi qu'une sorte de fourre-tout au niveau des références, aussi diverses que variées, quasiment hétéroclites. Évidemment, à le revoir aujourd'hui, l'ensemble peut sembler dater un peu, mais il s'en dégage encore malgré tout une énergie assez irrésistible, laquelle s'effilochera malheureusement au fil des épisodes...

 

 

The Omega Man




En rapport avec le film :

# La critique de Mad Mission

Vote:
 
6.00/10 ( 1 Vote )
Clics: 396
0

Autres films Au hasard...