Evil dead Trap
Titre original: Shiryo no wana
Genre: Horreur
Année: 1988
Pays d'origine: Japon
Réalisateur: Toshiharu Ikeda.
Casting:
Miyuki Ono, Fumi Katsuragi, Hitomi Kobayashi, Eriko Na Kagawa...
 

Une jeune journaliste reçoit une cassette qu'elle visionne. Après avoir constaté effrayée qu'il s'agissait d'un snuff movie dans lequel une femme se fait sauvagement torturée et lacérée, elle décide de partir à la recherche de l'endroit où a été tourné le film avec l'aide d'une poignée de collaborateurs. Leur investigation les mène dans une usine désaffectée particulièrement glauque et un piège va rapidement se refermer sur eux. Ils seront peut-être victimes eux-mêmes de ce qu'ils ont pu visionner et ce qui semble se perpétuer dans ce lieu qui devient cauchemardesque...

 

 

Voici un petit film qui se fait plaisir et qui fait plaisir... tout le monde ou presque y est convoqué pour une petite réunion d'anciens combattants du giallo et autres faiseurs talentueux de l'horreur, et au final, on obtient un mixe décomplexé d'Argento / Fulci surtout, puis de Raimi / Cronenberg ensuite, qui sans atteindre les cimes les plus hautes, n'en demeure pas moins un film assez distrayant, avec une légère chute de rythme aux deux tiers, mais dans l'ensemble on repartira avec le sentiment d'avoir eu raison de payer sa place, tant les références, une fois qu'on aura retourné les originaux dans tous les sens, auxquels il emprunte sans le voiler, sont utilisées avec respect et passion.
Bref, d'entrée de jeu on se retrouve donc convoqué chez Cronenberg et son "Videodrome" et l'on pense même à un pré "The Ring", avec cette journaliste qui se retrouve avec des cassettes de snuff movies dont elle ignore la provenance et qui fera donc la suite de l'histoire, très vite on sera content, et même pris à revers, d'entendre ce qui ressemblerait à une partition de Fabio Frizi de "L'Au-delà" qui rencontrerait les Goblins des "Frissons de l'Angoisse" et de "Suspiria", ce juste après une énucléation en bonne et due forme qui renvoie bien évidemment à la fois au "chien andalou" ainsi qu'à "Frayeurs".

 

 

Les images sont assez belles du reste, lorsqu'elles ne font pas carrément dans le sordide (tout aussi talentueusement du reste) et c'est vraiment le genre de détail qui fait le reste, lorsqu'une mise en scène suit et se révèle assez inspirée, avec de nombreuses prises de risques comme ces décors externes qui deviennent de plus en plus délavés au fur et à mesure que le film avance, comme si le monde du snuff prenait petit à petit le pas sur le monde réel tandis que la journaliste tente de le fouiller, et ce qui tendrait à dire que ce dernier finit même par l'emporter et dès lors, Toshiharu Ikeda parvient malgré tout ce beau monde convoqué, à faire une oeuvre personnelle, renvoyant même et son histoire et le graphisme qui va de paire, à une sorte de post traumatisme d'Iroshima où les décors sont de plus en plus désolés, comme ayant subit une grave agression externe, tandis que l'antre qui aurait servi de lieu de tournage de ces horribles films, serait une espèce d'abris atomique malsain dans lequel l'être humain au final, n'y reproduirait que ce qu'il à déjà fait à l'extérieur. Bref, on a là un film à la fois sous influences mais également plutôt désespéré dans son propos sur l'humanité et qui gagne alors une originalité certaine.
Ailleurs, le scénario se déroule sans heurt et même avec une certaine aisance, intégrant un tueur au ciré noir assez flippant tout droit sorti des giallos de la bonne époque ou du survival de la non moins grande époque, ainsi que dans sa dernière partie de forts emprunt à Cronenberg et ses extensions viscérales, tout cela avec une certaine harmonie de fond et de forme dans laquelle l'amateur y trouvera à la fois son compte, content de tant d'influences digérées et de se fondre dans un univers absolument personnel, voire même prenant et envoûtant.

 

 

Bref, "Evil dead trap", est un film à la fois humble et ambitieux qui gagne judicieusement ses galons de petit "à la manière de", tout en devenant lui aussi référentiel.

 

Note : 7/10

 

Mallox
Vote:
 
6.50/10 ( 10 Votes )
Clics: 3679

1 commentaire(s) pour cette critique


Autres films Au hasard...