Homme du Clan, L'
Titre original: The Klansman
Genre: Drame , Blaxploitation
Année: 1974
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Terence Young
Casting:
Lee Marvin, Richard Burton, Cameron Mitchell, Lola Falana, Luciana Paluzzi, O.J. Simpson, Linda Evans, David Huddleston...
 

Dans une petite ville d'Alabama les membres du Ku-Klux-Klan sont à l'origine de violentes émeutes raciales. Dans cette poudrière le shérif Bascomb a bien du mal à maintenir un semblant d'ordre surtout depuis que la population noire commence à manifester pour leurs droits.

 

 

Le regretté Nino Ferrer chantait : "On dirait le Sud, Le temps dure longtemps, Et la vie sûrement, Plus d'un million d'années, Et toujours en été"...
Enfin surtout si on est blanc parce que dans ce sud là, être d'une autre couleur aurait plutôt tendance à raccourcir la durée de vie, en grande partie à cause d'une bande de crétin qui s'amuse à brûler des croix vêtu d'une robe blanche et d'un ridicule capuchon en pointe. Car dans cette petite ville d'apparence tranquille où l'on est membre du klan comme on serait d'une quelconque association de patronage, le racisme est presque une religion. Entre deux lynchages pour passer le temps, les "blancs" s'amusent à regarder un pauvre retardé mental violer une femme (les deux sont noirs évidemment !), comme s'il s'agissait d'un simple combat de coq. Evidemment lorsque le droit de vote est accordé à la population noire certains commencent à s'énerver et comme si cela ne suffisait pas, une jeune femme blanche Nancy Poteet (Linda Evans toute jeune et mignonne !), abandonnée dans sa voiture en panne par son mari, est violée par un noir. La tension monte et même les plus modérés vont devoir choisir leur camp.

 


Dans ce climat explosif le Shérif Brascomb (excellent Lee Marvin) a bien du mal à faire respecter un semblant d'ordre, pour arriver à ces fins il n'hésite pas à utiliser des méthodes douteuses et excessives (intimidation, chantage...). En plus son meilleur ami, Stancill (Richard Burton lui aussi excellent) un vétéran blessé au combat et devenu pacifiste, héberge sur ces terres tous les noirs qui ne peuvent avoir de domiciles pour que ces derniers puissent toucher leurs allocations. Il sera d'ailleurs le seul, à la demande de son ami, à héberger la pauvre Linda Evans abandonnée par son mari, rejetée par tous même par l'église (normal le curé est membre du Klan) et qui finira par quitter cette ville qui lui reproche de ne pas s'être suicidée après son viol. Mais le personnage le plus jouissif demeure l'adjoint du shérif interprété avec talent par Cameron Mitchell, un rôle d'ordure comme on en rencontre peu. Membre actif du Klan, complètement dévorer par la haine et la jalousie, il ira jusque violer Loretta, une jeune noire protégée de Stancill. Le shérif décide d'étouffer l'affaire mais licencie son adjoint, peine perdue le mécréant récidivera en ralliant la pauvre Nancy / Linda Evans lors de son départ. Il finira par se faire rosser par Stancill / Burton dans un pur moment de bonheur cinématographique, une des meilleures séquences du film qui rappelle celle ou Spencer Tracy manchot réglait son compte à Ernest Borgnine dans l'excellent "Un Homme est Passé".

 

 

Comme on peut le constater en lisant ces lignes le film ne fait pas dans la dentelle et le scénario ne s'embarrasse pas de demi-mesure, les blancs sont la plupart racistes et pétri des pires préjugés et les noirs vivent dans la peur et la résignation. Normal le réalisateur Terence Young ("Dr No", "Bon Baiser de Russie" et "Opération Tonnerre") est plutôt un adepte d'un cinéma efficace, carré et sans fioriture, ça tombe bien nous aussi. D'ailleurs tout se réglera dans le sang et le plomb comme à la grande époque de l'Ouest. Les deux amis (Marvin et Burton) affrontant une meute d'extrémiste blanc avec à leur tête un Cameron Mitchell déchaîné. La lutte sera âpre et les morts nombreuses, nos deux héros pourront cependant compter sur l'aide inattendue du violeur un certain Garth (O.J. Simpson). Un noir vétéran du Vietnam et qui a pris le maquis suite au meurtre sauvage de son ami et qui juge le comportement de ces frères trop passif à son goût.
Parmi les seconds rôles on peut remarquer une ex James Bond girl la rousse Luciana Paluzzi ("Opération Tonnerre" !), la blonde Linda Evans future vedette de "Dynastie", O.J. Simpson future vedette judiciaire et bien sûr Cameron Mitchell excellent dans son rôle de Sheriff adjoint, héros notamment de quelques films de vikings italiens et de pas mal de séries B.

Loin d'être un pamphlet politique sur les droits des noirs du sud, le film de Young avant tout une solide série B efficace et sans complexe, soutenue par une bande son très blaxploitation. Mais le plus effrayant est peut être ce sentiment que malgré son manichéisme de série B le film n'est peut être pas très loin d'une certaine réalité.

 

 

The Omega Man

A propos du film :


# Il semblerait que la version sortie chez nous en vhs soit amputée d'une bonne dizaine de minute, ce qui expliquerait l'apparition de certains personnages, comme le fils du Shérif, au cours du film et le rôle peu étoffé de Lucianna Paluzzi.

 

En rapport avec le film :


Vote:
 
6.53/10 ( 15 Votes )
Clics: 5756

1 commentaire(s) pour cette critique


Autres films Au hasard...