Killer Pussy
Titre original: Kiseichuu : Kiraa Pusshii i.e. "Parasite: Killer Pussy"
Genre: Erotique , Horreur , Comédie
Année: 2004
Pays d'origine: Japon
Réalisateur: Takao Nakano
Casting:
Sakurako Kaoru, Natsumi Mitsu, Tomohiro Okada, Tôgo Okumoto, Tohimichi Tazaki, Kanji Tshuchiya, Sachika Uchiyama, Yumi Yoshiyuki...
 

Tout commence comme un Braindead du pauvre. Des explorateurs traversent la jungle afin d'y récupérer un spécimen d'une espèce endémique de poisson démoniaque. Un "doctor-witch" a tout juste le temps de les prévenir du danger qui les guette avant que l'animal s'extirpe de sa boîte en polystyrène pour se loger dans l'intimité de la seule représentante féminine de l'expédition. Quelques temps après, au Japon, un groupe de jeunes finauds se rendant au festival Fujirock tombe en panne en pleine route de campagne. Ils trouvent refuge dans une inquiétante demeure et les trois filles du groupe en profitent pour se mettre a l'aise en soutif / débardeur moulant et petite culotte. Si, à ce stade du récit et étant donné le titre du film, vous vous demandez encore ce qu'il va leur arriver, c'est que vous réfléchissez beaucoup trop pour apprécier ce genre de divertissement...

 

 

Les effets spéciaux sont minables, le jeu des acteurs grotesque, les personnages qu'ils incarnent ineptes et l'humour lourdingue. Et pourtant la magie s'opère !
La raison principale à cela c'est que ni Nakano, ni ses acteurs ne se prennent au sérieux un seul instant dans ce petit "pinku eiga" réjouissant de frivolité. Cette histoire débile de possession par un parasite vaginal glouton qui n'est pas sans rappeler "Killer Condom", n'est qu'un prétexte à exhiber la plastique délicieuse de quelques starlettes du milieu érotique nippon, à commencer par la très voluptueuse Sakurako Kaoru. A ce propos, on appréciera particulièrement les combats de femmes teintés de saphisme dans la moiteur, le sang et les viscères...
Pour ce qui est de l'aspect "SF horrifique" du métrage, que dire sinon que les incrustations numériques sont hilarantes de nullité et que les effets gores deviennent attendrissants de je-m'en-foutisme. Le monstre est une vague chaussette en caoutchouc boursouflé et n'essaie pas vraiment de se faire passer pour autre chose. De ce fait, les scènes d'action participent pleinement à l'humour du métrage au même titre que les blagues cochonnes.

 

 

N'oublions pas de mentionner que la bande-son hétéroclite, mais toujours judicieuse, apporte une ambiance irrésistiblement sympathique et qu'on ne s'ennuie pas une minute étant donné l'intensité et la courte durée de ce délire gentiment trash… et aussi un peu parce qu'il y a presque toujours une paire de lolos à l'écran...
Tout cela forme donc un ensemble très cohérent et l'on passe un bien bon moment pour peu que l'on apprécie le cocktail grotesque - gore - olé olé.

 

 

Note : 8/10

 

Princesse Rosebonbon

 

 

A propos du film :

# Signalons une scène marquante : La vue subjective du poisson carnivore, depuis le col de l'utérus, juste avant de passer à table.
Vote:
 
6.88/10 ( 8 Votes )
Clics: 7446
0

Autres films Au hasard...