Maciste contre les Hommes de Pierre
Titre original: Maciste e la regina di Samar
Genre: Peplum
Année: 1964
Pays d'origine: Italie
Réalisateur: Giacomo Gentilomo
Casting:
Sergio Ciani (Alan Steel), Jany Clair, Anna Maria Polani, Nando Tamberlani, Delia D'Alberti, Jean-Pierre Honoré...
 

C'est en 1964, alors que le péplum italien vit ses dernières années de gloire, que Giacomo Gentilomo, déjà auteur d'un Maciste contre le Fantôme à la réputation flatteuse, reprend ce sempiternel concurrent d'Hercule dans cette histoire aux doux accents de science-fiction.
Maciste, héros musculeux et glabre, est un personnage assez "vieux" du péplum italien, que l'on voit apparaître pour la première fois aux temps bénis du cinéma muet, dans les années 10. Mais son impact sera balayé par le succès des 12 Travaux d'Hercule en 1957, faisant du personnage susnommé la figure phare du muscle-opéra. Ceci explique cela, Maciste contre les Hommes de Pierre sera tout naturellement retitré Hercules against the Moonmen pour l'exportation, pendant qu'Allan Steel, de son vrai nom Sergio Ciani, un des rares culturistes italiens à faire du péplum chez lui, arbore à l'écran une charmante barbe toute steevereevesienne.

 

 

Péplum assez simpliste voire linéaire, Maciste contre les Hommes de Pierre est de fait un film très agréable à regarder, tout étant prétexte à détruire le décor ou rosser des paquets de figurants. Le corps huilé et le sourire débonnaire, Maciste se promène entre les trois lignes de scénario, n'en finissant plus de tomber dans des pièges dont il s'extirpe en bottant les fesses de sinistres sbires.
L'histoire, l'argument plutôt, joue la carte science-fiction avec un certain bonheur : dans une contrée quelconque, des jeunes femmes sont sacrifiées à des créatures extraterrestres qui veulent dominer le monde. Là dessus arrive Maciste qui va faire le ménage. Bien que d'une patine assez kitsch, Maciste contre les Hommes de Pierre se dote d'une ambiance particulière lorsqu'apparaissent ces fameux hommes de pierre. Sans doute un peu cartonneuses mais loin d'être ridicules, ces créatures donnent un cachet irréel voire onirique par leurs démarches balourdes et saccadées.
Les années 60 étant également celles des grandes années du film gothique, tant italien qu'en général, Maciste contre les Hommes de Pierre n'oublie pas de reprendre l'imagerie de ce genre merveilleux, voire un ressort scénaristique qu'on croirait échappé du Masque du Démon. Passages secrets, souterrain sinistre aux pièges enfouis, jusqu'au final tout en tonnerre, feu et brouillard : Maciste Contre les Hommes de Pierre récite avec un certain bonheur certains clichés du genre, qui finalement se mêlent assez bien à ceux du péplum.

 

 

Sans doute un peu fauché, en témoignent certains décors, Maciste contre les Hommes de Pierre est un pur divertissement qui, brassant plusieurs genres, se donne des airs de foire aux bourre-pifs. Mais il serait injuste de ne pas souligner l'ambiance de certaines scènes, l'esthétisme indéniable et la réalisation fluide de Giacomo Gentilomo. Classique pour certains, nanar pour d'autres, Maciste contre les Hommes de Pierre est une série B où l'on s'amuse bien. Mais jamais à ses dépends...

 

Le Cénobite Cinglé !
Vote:
 
3.80/10 ( 5 Votes )
Clics: 4957
0

Autres films Au hasard...