Barracuda
Titre original: The Lucifer Project
Genre: Thriller , Agressions animales
Année: 1978
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Harry Kerwin, Wayne Crawford
Casting:
Wayne Crawford, William Kerwin, Roberta Leighton, Jason Evers, Cliff Emmich, Bert Feed...
 

De voraces barracudas s'en prennent aux habitants inhabituellement nerveux d'une petite ville côtière américaine pendant qu'un bellâtre biologiste mène son enquête sur la pollution d'une usine de produits chimiques. Ces faits isolés ne vont pas tarder à se rejoindre et à mener le spectateur sur la piste d'une machination d'une toute autre envergure.

 

 

A la lecture du titre et à la vue des affiches faisant la part belle aux mâchoires redoutables des sphyrénidés, on est logiquement porté à attendre une exploitation du juteux filon des Dents de la Mer et ce d'autant plus que le film est sorti tout juste 3 ans après, la même année que la suite officielle des aventures du squale affamé et que le fameux Piranhas de Dante. La pellicule démarre d'ailleurs sur les chapeaux de roue et on flirte par moments de très près avec le plagiat : caméra immergée en vue subjective, tandem de héros constitué d'un shérif et d'un scientifique, plongée nocturne, morceau d'infortuné baigneur retrouvé sur la plage par un chien... Pourtant l'histoire se détache progressivement de son modèle et part suivre sa propre voie en laissant au passage beaucoup de spectateurs avides de frissons sous-marins et d'attaques aquatiques sur leur faim.
En effet, l'intrigue n'est pas tant centrée sur les agressions de féroces carnassiers, finalement plutôt rares et peu démonstratives, que sur la découverte pièce par pièce d'un puzzle mêlant menace écologique, complot industriel et expérience on ne peut plus douteuse. C'est vers la toute fin que tout se met en place pour déboucher sur un final surprenant au pessimisme typiquement 70's où les révélations et les cadavres s'accumulent d'un coup.
J'aurais plutôt dû écrire que c'est hélas, trois fois hélas, vers la toute fin que tout se met en place, car il faut se coltiner les longueurs d'un récit avare en action pour vérifier que les scénaristes en avaient sous la casquette. Il ne s'agit pas non plus de jeter la pierre au binôme Kerwin / Crawford qui signe une petite exploitation régionale sans budget ni prétention et avec des acteurs de second plan, comme ils ont pu en tourner une poignée avant que le dernier ne poursuive sa carrière en solo. Le doublage français très inégal ne rend d'ailleurs pas justice à l'atmosphère de thriller qu'ils tentent de créer : si l'inexplicable accent marseillais de la serveuse tient de l'anecdote, la voix de "parrain" apathique dont est affublé un personnage aussi présent que l'adjoint au shérif obèse décrédibilise et alourdit sérieusement le tout.

 

 

A défaut de concurrencer les meilleures bandes consacrées aux attaques d'animaux marins, Barracuda se distingue du lot en proposant un développement original qui anticipe sur de nombreux points la recette qui fera le succès des "X Files" pas moins de 15 ans plus tard. Cela justifie qu'on le débarrasse un peu de la réputation de bisserie fadasse qui lui colle aux écailles et qu'on le réhabilite pour ce qu'il est.

 

Note : 5,5/10

 

Princesse Rosebonbon

Vote:
 
6.00/10 ( 4 Votes )
Clics: 4421
0

Autres films Au hasard...