Mystère de la Bête Humaine, Le
Titre original: The Beast Must Die
Genre: Lycanthropie , Polar , Fantastique
Année: 1972
Pays d'origine: Angleterre
Réalisateur: Paul Annett
Casting:
Calvin Lockhart, Peter Cushing, Tom Chadbon, Marlene Clark, Anton Diffring, Michael Gambon, Ciaran Madden, Charles Gray...
 

Rassemblés dans un château par un mystérieux millionnaire, une poignée d'individu apprenne par ce dernier que l'un d'entre eux est un loup garou. Et que leur hôte a bien l'intention de le démasquer et de le chasser !
Pendant l'age d'or du fantastique anglais la firme Amicus était l'une des principales rivales de la Hammer. Spécialisée elle aussi dans le fantastique et utilisant souvent réalisateurs, techniciens et acteurs de sa concurrente, elle va essayer de se différencier de sa consoeur en produisant des films différents. C'est pour cette raison qu'elle se lança dans une série de films à sketches qui connurent un certain succès (Asylum, La Maison qui Tue, Le caveau de la Terreur, "Le train de l'Epouvante", ...), on peut aussi citer des films d'aventure inspirés d'Edgar Rice Burrought (Le 6éme Continent et ces fausses suites) et des adaptations du fameux Dr Who.


Encore une fois cherchant à se distinguer, elle produisit ce film qui s'éloigne résolument du canevas classique du film de lycanthrope en l'actualisant. Le film débute par une voix off qui s'adresse directement aux spectateurs en ces termes : "Ce qui va suivre est une enquête et celui qui mène l'enquête c'est vous. La question n'est pas qui est l'assassin, mais plutôt qui est le loup-garou ?
Quand tous les indices vous seront exposés, il vous sera demandé de formuler votre réponse ! Saurez-vous alors qui est le loup-garou ?"
.

 

 

Nous voila donc convier à un "whodonit", comme on dit outre-manche, le but étant de débusquer cette fois un tueur assez particulier et de l'abattre. Pour ce faire nous allons suivre le personnage de Tom Newcliffe un riche chasseur en quête de nouvelles sensations, celui-ci dispose pour sa traque des dernières trouvailles technologiques de l'époque (le film à 30 ans), camera, micro, hélicoptère et armes diverses. Guidé par Pavel (Anton Diffring) et son réseau de surveillance sophistiqué, il va traquer inlassablement sa proie prisonnière dans sa propriété (comme le reste de ces hôtes), mais qui est vraiment le chasseur ?
En effet très vite celui-ci va se trouver privé de plusieurs de ces "gadgets", la proie s'avérant plus intelligente que prévu ! Evidemment notre chasseur va essayer de la débusquer lorsqu'elle est encore humaine, en faisant passer un objet en argent (un chandelier) parmi ces convives. Mais celui-ci ne sera concluant que si le pollen d'une certaine plante est dans l'air. Et justement une de ces plantes va bientôt fleurir dans la serre voisine ! En attendant la bête commence à faire ces premières victimes et certains invités deviennent nerveux !
Enfin comme promis dans le préambule, le film s'arrête juste à l'approche du final, la voix off du début nous résume alors l'action et présente les survivants, vous avez alors trente secondes pour réfléchir et proposer votre suspect, puis le film reprend.

 

 

Cette petite production anglaise est un cocktail intéressant qui mélange à la fois film d'action, enquête policière, film fantastique avec un zeste de blaxploitation (le héros est noir), le tout avec un arrière goût des Chasses du comte Zaroff. Tout ces mélanges donne un film hybride, mais qui mise avant tout sur le suspense, le côté policier étant prédominant. En effet les éléments fantastiques intervenant dans l'intrigue sont réduits au minimum, ainsi on ne voit aucune transformation (sauf à la fin une simple superposition optique) et le loup-garou au lieu d'être un acteur maquillé est un véritable loup noir de toute beauté, ce qui donne au film un petit côté Wolfen avant l'heure. Ce petit subterfuge renforce le côté spectaculaire de toutes les scènes d'actions ou intervient la bête, notamment cette superbe séquence où Anton Griffith se fait attaquer dans son repère par le loup qui traverse une baie vitrée sous fond de pleine lune.
Techniquement que ce soit la musique, les décors ou la photographie tout est remarquablement soigné comme dans toute bonne production anglaise digne de ce nom et les scènes d'action, très bien réalisées, ne manque pas d'intérêt et d'ingéniosité notamment la séquence d'ouverture digne d'un épisode des "Avengers". Le film aligne un casting quatre étoiles dont les vétérans Peter Cushing (qu'on ne présente plus !), Charles Gray (le Blofeld des Diamants sont éternelles), Anton Griffith (des rôles d'allemands à la pelle) et Michael Gambon ("Sleepy Hollow", "Open Range", "Harry Potter", …). Face à eux on trouve un Calvin Lockhart qui incarne avec conviction son rôle de chasseur millionnaire et justicier.

 

 

Voilà un film, témoignage d'une époque trouble où le cinéma fantastique était entrain de changer, une période charnière qui donna naissance en Angleterre a toute une série de film hybride et de projets avortés mélangeant les genres avec plus ou moins de bonheur (Les 7 Vampires d'Or, Dracula vit toujours à Londres, "Kronos", "Le Club des Monstres", ...), essayant ainsi de glaner un public qui s'éloignait du gothique pour une approche plus moderne et actuelle du fantastique. Pari en partie réussi par ce Cluedo Lycanthrope mâtiné d'actions et de suspense. S’il fallait émettre une critique je dirais que le métrage aurait été largement plus efficace s'il avait été moins long. Il faut cependant reconnaître que la modernisation du mythe du lycanthrope est beaucoup plus réussie que celle de Dracula. A voir au moins une fois, de préférence une nuit de pleine lune !

 

The Omega Man

Vote:
 
7.57/10 ( 7 Votes )
Clics: 4246
0

Autres films Au hasard...