Black Bull, The
Titre original: Kara Boga
Genre: Fantastique , Action
Année: 1974
Pays d'origine: Turquie
Réalisateur: Yavuz Figenli
Casting:
Behçet Nacar, Yonca Yücel, Gönül Tansel, Nesrin Kaptan, Baykal Kent...
 

Un moustachu à cheval débarque dans une auberge, très énervé, et casse la figure à une poignée de types qui mangent comme des cochons et tripotent la serveuse.
Après leur avoir mis une raclée il repart, toujours en colère, et se rend aussitôt chez un forgeron à qui il aimerait visiblement bien casser la tête aussi. Mais au lieu de cela, le forgeron lui raconte une histoire.
Il y a plusieurs années sévissait (un clone de) Vlad Tepes, surnommé L'Empaleur, qui semait la terreur à l'aide de ses sbires masqués, pillant et brûlant tous les villages à l'entour. Le forgeron, aidé d'un ami moustachu à lui, parvint cependant à mettre fin au règne du monstre, en lui transperçant le coeur d'une épée.
Hélas, mille fois hélas, un serviteur difforme ressuscite son maître en l'abreuvant du sang d'une jeune fille. (Le faux) Vlad écume à nouveau le pays et kidnappe l'ami du forgeron...
Quelques dialogues plus tard, le premier moustachu de l'histoire accepte d'infiltrer la forteresse du tyran, afin de l'éliminer et de libérer l'autre moustachu, devenu barbu à force d'années passées au cachot.

 

 

C'est tout du moins ainsi que j'ai compris l'histoire de Kara Boga qui, avouons-le, n'a rien de bien compliqué. Et heureusement d'ailleurs, puisqu'il est impossible de visionner l'oeuvre de Yavuz Figenli autrement qu'en turc, The Black Bull n'ayant vraisemblablement jamais traversé les frontières de la patrie du grand Cüneyt Arkin.
De plus, rien de véritablement regrettable à cet état de fait, quand on sait que Kara Boga ne possède pas de réels atouts dans sa manche.
Filmé dans quelques clairières et couloirs dépouillés au possible, tourné à l'économie (le moustachu grimpe à une corde; lorsqu'il en redescend il s'agit du même plan repassé à l'envers), le film n'exploite même pas les spécificités du personnage duquel il s'inspire, exception faite d'un très (mais alors très) rapide plan sur le simili-Vlad entouré de quelques corps empalés.
Pas franchement passionnant, Kara Boga peut cependant se voir d'un oeil distrait (d'autant plus qu'il est très court), pour les nombreux affrontements qui parsèment le film, maladroits mais profondément sympathiques, ainsi que pour son aspect naif qui pourra séduire les baroudeurs du bis les plus entreprenants.

 

 

Toxicavenger

Vote:
 
2.00/10 ( 2 Votes )
Clics: 3831
0

Autres films Au hasard...