Shérif, Charlie et les extra-terrestres, Le
Titre original: Uno Sceriffo extraterrestre - poco extra e molto terrestre
Genre: Comédie
Année: 1979
Pays d'origine: Italie
Réalisateur: Michele Lupo
Casting:
Bud Spencer, Cary Guffey, Raimund Harmstorf, Joe Bugner...
 

Un an après que nos propres gendarmes aient affronté les extra-terrestres, les italiens, jaloux, s'empressèrent d'opposer leur Bud Spencer à d'autres aliens, dans un film tout aussi guignolesque mais sensiblement plus hollywoodien. C'est ainsi que le gros Bud incarne un personnage de shérif qui se voit attribuer la garde d'un enfant extra-terrestre à l'apparence humaine. A charge pour lui de protéger l'enfant des vilains agents du gouvernement qui veulent le récupérer. C'est donc logiquement que tous deux s'enfuiront vers Monroe, une ville dans laquelle un poste de shérif est justement disponible, ce qui permettra à nos deux héros de se reposer un peu tout en combattant la criminalité locale et en tentant de déjouer une invasion d'extra-terrestres (d'une race différente de celle de l'enfant) imminente.

 


Oui, ce scénario est effectivement con au-delà du possible. Pourquoi se poser alors qu'ils ont des agents gouvernementaux à leur trousse ? Pourquoi Bud Spencer part alerter ces mêmes autorités lorsqu'il apprend qu'une invasion de grande ampleur est en cours ? Pourquoi le père du gamin, qu'on ne verra jamais, confie-t-il sa progéniture au personnage de Bud Spencer ? Autant de questions sans réponses tangibles. Le début du film entre directement dans le feu de l'action, à tel point qu'on peut penser qu'il manque un morceau de film. Mais non, tout semble bien là, et on comprendra très vite qu'il ne faut pas se poser de questions et se concentrer uniquement sur le spectacle proposé, qui est avant tout adressé à un jeune voire très jeune public.
Car comment expliquer autrement la lourdeur de l'humour proposé ? Outre les scènes de bagarres ou de baffes (dont une, en accélérée, nous montre Bud Spencer mettre des baffes à un homme qui perd son pantalon et tente vainement de le remonter), nous avons droit à un vrai défilé de truands à l'esprit bon enfant : une bande de cow-boys spécialistes en dynamite, un gang de motards costumés pour Halloween (ou pour les Village People, c'est selon), des taulards gras du bide qui croient pouvoir dicter leur loi à Bud, lorsque celui-ci est envoyé en prison... Tout ça part donc à l'aventure et à la bagarre à un rythme soutenu, dans des cadres divers et variés pleinement exploités par le réalisateur Michele Lupo : dans une blanchisserie qui permettra de verser dans le comique cartoonesque (un homme sort aplati comme une crêpe d'une sorte de mini rouleau compresseur), dans une fête foraine qui abrite de nombreux manèges exploitables à l'écran (l'épreuve de force avec le gong en haut d'un mât)...

 


Mais tout ceci pourrait encore être digérable si ce n'était pas mis en parallèle avec la principale préoccupation du film : le gamin extra-terrestre qui tente de persuader son protecteur que d'autres extra-terrestres préparent une invasion. Ce gamin est une vraie tête à claque (un comble dans un film avec Bud Spencer !), qui n'en fait qu'à sa tête, qui est censé être comique (il utilise ses dons extra-terrestres pour gagner un match de basket) et pour lequel on est encore censés s'émouvoir, eu égard à sa relation privilégiée avec le gros Bud qui tente coûte que coûte de le protéger et de le chérir. C'est trop nous demander, surtout que Bud Spencer lui-même s'en fout cordialement, et qu'il traverse le film allégrement sans sourciller et sans trop nous faire partager ses émotions en bon Terminator baffeur qu'il est.
Reste donc les extra-terrestres, qui ne dépareillent pas des méchants cités plus haut, et qui apparaissent tout aussi débiles au milieu de décors de science-fiction au rabais (une seule salle sera montrée) : avec leur look chauve qui n'est pas sans anticiper celui des extra-terrestres de "Dark City", ils s'efforcent d'apparaître totalement déshumanisés, ce qui avec des acteurs jouant comme des patates n'est pas facile. Ils emploient également des androïdes, eux aussi logiquement déshumanisés, et même mécaniques (mouvements saccadés à la C3PO inclus). Difficile avec tout ça d'apprécier ce film, qui en plus joue un peu sur le registre des westerns parodiques, avec ce shériff qui arrive en ville pour faire le ménage, ou encore avec la grande assemblée finale, où gentils et méchants s'associent pour faire face aux super-méchants (les extra-terrestres, donc).

 


Bref, à part un public en bas âge en quête de produits aux fortes tendances hollywoodiennes, je ne vois pas trop qui pourrait apprécier ce film. Seule la BO est à sauver, avec, éventuellement, la prestation d'un Bud Spencer fidèle à lui-même. Paradoxalement, les lacunes de son jeu d'acteur sont positives dans le sens où elles amoindrissent le côté attendrissant visiblement souhaité par Michele Lupo...

Note : 3/10

 

Walter Paisley
Vote:
 
4.50/10 ( 4 Votes )
Clics: 3922
0

Autres films Au hasard...