Tarantino, mi-génie, mi-escroc
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Divers
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  

Tarantino est :
un génie ?
46%
 46%  [ 6 ]
un escroc ?
23%
 23%  [ 3 ]
ni l'un ni l'autre
23%
 23%  [ 3 ]
un parfait inconnu
7%
 7%  [ 1 ]
Total des votes : 13

Auteur Message
erazorhead
3 % irradié
3 % irradié


Inscrit le: 04 Jan 2006
Messages: 32

MessagePosté le: Lun Juil 24, 2006 9:46 am    Sujet du message: Tarantino, mi-génie, mi-escroc Répondre en citant

je reprends un conversation commencée sur le topic de hostel : http://www.psychovision.net/forum/viewtopic.php?p=8205#8205

Nickbur:
Citation:
Ce que je reproche à Reservoir dog?? C'est qu'il n'y a rien à en tirer, ce n'est pas 2 ou trois scènes plus ou moins violente qui sauve un film du néant ! Il n'y a rien d'original dans ce film, juste de la poudre aux yeux, un petit polar esthétisant qui pète plus haut que son cul.

Pulp fiction est la plus grosse escroquerie des 90's ! Aucun intérèt dans ce métrage très moyennement réalisé. Le scénario ne valant pas triplette, Tarantino se contente de mettre les séquences dans un shaker et de nous les reservir dans le désordre. Quel intérèt et quel mérite??
Il bénéficie d'un casting de grand luxe et de fait d'un budget colossal pour au final livrer une soupe indigeste et dénuée de nouveauté.

Jackie Brown, Hommage au seventies... Tu parles, le film est un condensé caricatural des plus gros cliché de cette décennie. Problème, le film est tourné en 1997 et ça se sent. Il pue le réchauffé et le faux remake de bas étage... Il imite sans jamais égalé. Alors la cause? Le manque de talent sans doute.

Et puis enfin, l'apogée du foutage de geule, les 2 kill bill !! Le sommet du n'importe quoi ! l'hommage foireux d'un nerds à un cinéma qu'il ne comprend pas et ne maitrise pas. Une espèce de florilège façon clip MTV du cinéma d'action des 70's. Un montage speedé à mort et clipesque. Une réalisation hype et branchouillarde pathétique. Un casting qui fait peine à voir avec une Uma Thurman totalement à côté du sujet et absolument pas crédible une seule micro seconde. C'est du cinéma "m'as tu vu" honteux. La fiente hollywoodienne dans toute sa splendeur, mercantile et vaniteuse. De loin le plus gros ratage du mex.

Et finalement, Tarantino n'est pas un réalisateur, mais un "tributer", pas de trais de génie dans ses réalisations, juste une suite foireuse d'hommages rendus. Le plus gros escroc de ces 20 dernieres années. Et Besson , lui, à la franchise de reconnaitre qu'il fait du business !



Je pense que ce qui t'énerves dans ses films c'est leur coté puéril, c'est du cinéma uniquement jouissif, le seul interet des films sont les personnages et la facon dont ils sont montrés, faut vraiment voir ca comme le petit nerd de cinéma qui fantasme sur les héros qui en jette à l'écran, et qui essaye de faire pareil quand il fait des films, et de ce point de vu là il y arrive mieux que tout le monde.
Comme tu l'as dis le scenario de base est souvent assez bateau, mais justement c'est parceque c'est pas vraiment l'histoire qu'on raconte qui compte, c'est juste un prétexte pour pouvoir montrer les personnages, leur donner un environnement et des occasions ou ils pourront montrer leur personnalité.
C'est pour ca que ses histoires sont jamais linéaire, avec le film qui commence au début de l'histoire, tout les évenement qui se déroule dans l'ordre, une fin à la fin, etc. Tout ses films sont fait a base de flashback, de retour en arrière, d'histoire plus ou moins découpées, justement parceque chaque scene est comme un zoom sur un personnage, c'est exactement ca qui fait tout l'interet de son cinéma, c'est les situations. Il se fixe justement aucune limite à cause de la narration, combien de fois on entend des réalisateurs dire "ha cette scene était génial, mais on a du la virer parceque ca faisait pas avancé l'histoire", là c'est exactement le contraire.
Faut prendre ca comme une bd mis au cinéma (rien que que le titre pulp fiction), l'histoire est là avant tout pour raconter les aventures de machin, ici c'est pareil.


Pour réservoir Dogs, tu peux pas dire qu'il y a rien a en tirer et qu'il n'y a rien d'original : la structure du film est tout sauf classique, le récit est tout sauf linéaire, tu découvre l'histoire par le récit qu'en fond petit a petit tout les personnages, c'est peut etre pas révolutionnaire mais c'est tout sauf conventionnel !
Mais c'est surtout que tout est joussif dans ce film, les dialogues sont uniques (la conversation sur like a virgin de madonna, le débat sur le pourboire), les situations sont completement décalés (la scene du choix des surnoms), les scenes violentes sont jubilatoire (le découpage d'oreille sur fond de country).

Pour pulp fiction, pas de réalisation ? le scénario ne vaut pas triplettes ? des scenes mis dans un ordre au pif ? là c'est de la mauvaise foi c'est pas possible ;)
Pour le coup c'est marrant j'aurais exactement le contraire, ce qui fait tout le génie de ce film c'est justement l'enchainement des scenes ! le fait de raconter 10 petites histoires avec chacune leur personnage, puis de les recouper pour se rendre compte qu'en fait c'est 1 seul et meme histoire, là aussi c'est pas révolutionnaire mais c'est déja pas classique.
Mais ce qui fait vraiment le génie de ce film c'est que c'est cet enchainement qui construit les personnages ! à chaque passage tu découvres un personnage d'une autre séquence, tu te fais un avis de lui par les yeux du personnage principal, puis a la séquence suivante les roles sont inversé, le personnage secondaire devient le personnage principal et inversement, ce qui fais que tu redécouvre chaque personnage sous un nouvel angle de vue, et ainsi de suite.
Dénué de nouveauté, là aussi je suis pas d'accord, c'est sur que ses films sont un mélange de plein de références, mais elles sont toutes remis a sa sauce et surtout mis ensembhle ca donne un résultat unique.. pris indépendemant y a peut etre rien de nouveau, mais je vois pas un seul exemple de film avec a la fois une bande son pareil, des personnages aussi décalés, une structure similaire, des dialogues aussi perché, etc.

Jackie brown et Kill Bill m'ont moins branché j'ai pas le courage de les défendre mais je te trouve quand meme pas toujours tres honnete, peut etre que ta haine envers lui finit par biaisé ta vision ;)
Le coté hommage a toujours été présent mais depuis pulp fiction et tout le tapage qu'on fait autour de lui, il a limite décider de remplacer les clins d'oeil pour faire des sortes de films hommages, j'accroche moyennement aussi mais faut reconnaitre qu'une référence à Shogun Assassin dans une super production hollywoodienne, on verra ca nulle part ailleurs ;)

et pour le coté escroc, ce qui te fais dire ca c'est uniquement parcequ'il a du succes ? mais il l'a pas volé son succes, il a pas profité d'un effet de mode pour sortir un petit succes facile, c'est pas le pote ni le fils d'untel, ce mec est juste un petit nerd du cinéma, un fan puéril de base, il a juste eut l'occasion de faire voir ses petits projet de grand gamin, et il se trouve que ca a été une révélation, ou est le vol ? ou est l'escrocquerie ? a la rigueur engeule le publique et la presse qui ont des gouts de chiottes, mais en quoi tarantino est t'il un voleur ?

Pour Besson la comparaison est foireuse... Taxi et Reservoir Dogs dans le meme sac, c'est non. Et meme en tant que personne, l'un à décider de renoncer a faire du cinéma, l'autre a décider de lui rendre hommage, pas le meme délire non plus.
_________________
"life is flesh on bone convulsing above the ground"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Throma
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 25 Nov 2004
Messages: 3520
Localisation: Masse à chaussettes

MessagePosté le: Lun Juil 24, 2006 12:24 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Genie ou escroc d'accord mais y'a comme un probleme.
Si on pense comme moi qu'il n'est ni l'un ni l'autre, on fait comment pour "sonder" ? frank_PDT_01
Il faudrait un troisieme choix, un juste milieu entre ces 2 adjectifs trop antinomiques pour pouvoir se prononcer.
Non parce que Tarantino, je m'en branle pas mal en fait new_noel
Je suis certainement pas un mordu de son oeuvre et à contrario, j'ai pas grand chose à lui reprocher. Je m'en fous simplement. Le type me derange pas plus que ça.
Alors on fait quoi hein, les gros malins ? new_lang
_________________
http://www.vhs-survivors.com/myvhs.php?alias=Throma
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
erazorhead
3 % irradié
3 % irradié


Inscrit le: 04 Jan 2006
Messages: 32

MessagePosté le: Lun Juil 24, 2006 12:54 pm    Sujet du message: Répondre en citant

pfff j'vous jure des fois ;)

Vu qu'on peut pas modifier les options du sondage, il y a plus que 3 possibilités, soit on supprime le post, soit on supprime les indécis, soit on laisse comme ca, je serais plutot pour la derniere solution.

Mais pour le coup que tu te contre-fiche de Tarantino c'est moche, comment on fait pour s'engeuler avec des gens comme ca ?
_________________
"life is flesh on bone convulsing above the ground"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
gregore
Site Admin
Site Admin


Inscrit le: 25 Nov 2004
Messages: 2001

MessagePosté le: Lun Juil 24, 2006 1:36 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bon j'ai modifié le sondage, si vous voulez d'autres options n'hesitez pas new_noel

Pour en revenir au personnage, j'avoue m'en foutre un peu aussi new_diable

J'ai apprécié Pulp fiction et Reservoir Dog... et plutot detesté Kill Bill... apres pour evaluer si ces films sont des hommages ou des repompages icon_confused la limite est peu dicernable mais en ce qui concerne la reaction du spectateur lambda on ne peut pas dire que l'hommage a une quelconque signification... ces memes spectateurs prenant l'homme pour un genie...
_________________
"La guerre c'est la paix", "La liberté c'est l'esclavage", "L'ignorance c’est la force"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Walter Paisley
99 % irradié
99 % irradié


Inscrit le: 27 Nov 2004
Messages: 1399
Localisation: Place du Colonel Fabien

MessagePosté le: Lun Juil 24, 2006 2:03 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Un peu pareil, je me fous de Tarantino. La plupart de ses films m'ont plu sur le coup, puis après la séance ça s'oublie quand même très vite. J'en retiens plus un défilé d'images chocs et de répliques construites pour être cultes. Pas assez spontané, si vous voyez ce que je veux dire. Trop de surrenchère à tous les niveaux, trop de clins d'oeil. Ca se laisse voir, mais enfin, pas de quoi dire de Tarantino qu'il est un génie. Ni une merde.

erazorhead a écrit:
Mais pour le coup que tu te contre-fiche de Tarantino c'est moche, comment on fait pour s'engeuler avec des gens comme ca ?


On pourrait se demander ce que fait ce topic dans la section horreur/gore/trash ? new_noel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Nickbur
60 % irradié
60 % irradié


Inscrit le: 26 Nov 2004
Messages: 724
Localisation: Friteland

MessagePosté le: Lun Juil 24, 2006 4:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

pour conclure avec ce topic (en tout cas en ce qui me concerne ) Je reste sur ma position, ce mec est une tache et donne une mauvaise image du cinéma de genre.

Pas d'accord avec toi, d'autres "nerds" s'en sont mieux tirés en projetant leurs fantasmes sur grand écran (Peter Jackson, Del toro,... et y en a une tripotée vu que la plupart des réalisateurs travaillant dans le cinéma mainstream ces 20 dernières années font partie de cette catégorie)

Honnètement, comme Throma et Walter Paisley, je m'en fou de ce genre de cinéaste vu que ce n'est pas un "genre" de cinéma qui m'intéresse. Mais ce qui m'emmerde infiniment avec Tarantino ce le côté prétentieux de son cinéma, le manque de créativité au sens propre du terme. L'effet (trou du) culte qu'il tente de faire figurer dans les dialogues et les images.
L'impression que pour un pan du publique, il est devenu l'homme à suivre, une sorte de messie d'un cinéma nouveau. Alors qu'il y avait un avant Tarantino et qu'il y aura à coup sure un après Tarantino et ce, sans qu'il ne laisse une trace indélébile dans la mémoire des vraie fans de cinéma de genre.
Il ne me reste en regardant ces films qu'une impression de cinoche canada dry, ça ressemble à du cinéma de genre, ça a l'odeur du cinéma de genre, ça prétend en être, mais c'est juste de petits blockbusters hyper référenciés et parfois mal foutus.
_________________
Atomik Circus - Film culte. Par amour des mes coui...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Walter Paisley
99 % irradié
99 % irradié


Inscrit le: 27 Nov 2004
Messages: 1399
Localisation: Place du Colonel Fabien

MessagePosté le: Lun Juil 24, 2006 5:03 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Nickbur a écrit:
d'autres "nerds" s'en sont mieux tirés en projetant leurs fantasmes sur grand écran (Peter Jackson, Del toro,... et y en a une tripotée vu que la plupart des réalisateurs travaillant dans le cinéma mainstream ces 20 dernières années font partie de cette catégorie)


Si je peux me permettre de digresser, je rajouterais que Joe Dante depuis sa sortie de chez Corman fait des films vraiment très très référentiels mais auxquels il arrive pourtant à donner sa propre patte héritée du cinéma de genre auquel il se réfère et dans lequel il a vraiment été formé, et en comprenant les mécanismes. Il ne se contente pas d'exploiter ce qu'il a vu et d'en faire une pizza surgelée prête à consommer pour le grand-public, mais il fait vraiment de ses films des monuments de créativité, très subversifs, très décomplexés mais jamais démago. Il y a vraiment plusieurs niveaux de lecture de ses films, qui parviennt à la fois à flatter l'amateur de cinéma indépendant (très fréquemment) et l'amateur de cinéma grand public (parfois). Ce que l'on ne retrouve pas chez un Tarantino qui affiche certes de bonnes références, mais qui les étale d'une façon très complaisante dans des films au final plaisants mais beaucoup trop artificiel. De la poudre aux yeux, en somme.

Si je ne rejoins pas forcément Nickbur dans ses avis assez tranchés sur les films de Tarantino, en revanche je suis avec lui pour ce qui concerne toute la mode Tarantino, et le côté événementiel et pseudo culte qui s'est créé à la sortie de ses derniers films.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
xawa
99 % irradié
99 % irradié


Inscrit le: 28 Fév 2005
Messages: 1552

MessagePosté le: Lun Juil 24, 2006 5:33 pm    Sujet du message: Répondre en citant

En fait je crois que Nickbur a les couilles de dire ce que tout le mondfe pense tout bas ico_mrgreen


combien de fois je me suis retrouvé a dire "pulp fiction" c'est un piege a cons, c'est pas du cinoche mais de la pisse de chat , et recevoir en echange des regards de purs haines ou mepris couronne

et Throma et les autres la question n'est pas de savoir si vous vous en foutez ou pas de tarantino , la question est de savoir si pour vous il est plus proche du genie ou de l'escroc ... Posée comme ca la reponse est evidente
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Throma
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 25 Nov 2004
Messages: 3520
Localisation: Masse à chaussettes

MessagePosté le: Lun Juil 24, 2006 6:00 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Encore une fois, il est ni l'un ni l'autre.
Le sujet est sensible. Si on peut pester contre son style branchouille, la cool attitude absolument imbuvable de ses personnages, les dialogues a la mordmoilzob, en revanche, il y a quand même quelque chose qu'on ne peut pas lui enlever et là, je m'adresse surtout aux bisseux de l'auditorium, sa base cinéphilique quand même assez marginale par rapport aux autres faiseurs d'Hollywood.
Comme le precisait erazorhead, vous en connaissez beaucoup vous des mecs qui vont vous balancer comme ça des références aux Street Fighter, à Jack Starrett, à la Mariée sanglante d'Arranda ou aux Jack Hill ?
C'est en partie ce qui m'empeche de totalement detester et le bonhomme et son oeuvre, je pense qu'il est totalement sincère concernant son amour pour ce cinéma là, celui qu'on affectionne tant. Dommage que le tout soit trop souvent accompagné de poudre aux yeux et d'un style franchement lourdingue.
Je crois même qu'on pourrait se laisser aller presque jusqu'a une certaine gratitude envers lui.
Tarantino est pas innocent dans l'espèce de seconde jeunesse que semble subir le cinéma bis et un engouement de plus en plus manifeste.
Après, c'est sur, c'est toujours emmerdant de devoir se farcir les estampillages "vu et approuvé par le dieu Quentin" sur n'importe quel dvd à contenu bis mais c'est deja mieux que rien.
Donc, à choisir, je prefere encore cautionner un mec pareil, qui va finalement plus me parler (même si je n'aime aucun de ses films) qu'une grosse merdasse type Michael Bay ou un Emmerich.
_________________
http://www.vhs-survivors.com/myvhs.php?alias=Throma
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
John Yebs
3 % irradié
3 % irradié


Inscrit le: 17 Juil 2005
Messages: 24

MessagePosté le: Lun Juil 24, 2006 7:01 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ah, Quentin! Quentin!

Bon réalisateur mal aimé et conspué par les amateurs de bis. Et pourtant, il y a tant à faire avec ta filmographie.
Ton refus d'un récit linéaire même au sein de Reservoir Dogs que tu entrelardes nonchalament d'un flash back et même d'une scène de blague tournant au suréalisme.
Ton amour de la littérature dont tu essayes de transposer les codes au grand écran: la pièce de théatre dans Reservoir dogs, les nouvelles dans Pulp Fiction, les multiples points de vue sur la même scène dans Jackie Brown et le "magnum opus" sur plusieurs volumes pour Kill Bill.
Comment ne pas s'étonner avec quel brio tu relances l'épopée dans Kill Bill sur un vieux sujet: la vengeance? Après tout, les sagas comme "Monte christo" sont déjà basées sur cet élément.
Tu jongles avec les icones populaires tout en leur redonnant un sens, une temporalité comme le firent les feuilletonnistes du XIXeme siècle. Tu m'as fait gravement bander avec la scène finale de Kill Bill vol.1, véritable plaisir d'un combat de chambara à l'américaine.
Certains Moutier te conspue même si ses "Trépanator" sentent bon le rip-off de Réanimator et "Ogroff" le slasher de fôret.
La vérité est qu'entre choix minutieux de bande originale, refus de récit linéaire, retranscription à l'écran d'éléments propres à la littérature et réinvention permanente d'éléments culturels, il n'est pas forcément facile de faire du Tarantino...Kevin Williamson s'y est cassé les dents. Enormément de jeunes réalisateurs hypes s'y sont cassés les dents.
La vérité est que tes films sont plus que de la récitation mais que personne ne voudra le voir. So long, hombre!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nickbur
60 % irradié
60 % irradié


Inscrit le: 26 Nov 2004
Messages: 724
Localisation: Friteland

MessagePosté le: Lun Juil 24, 2006 8:24 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mais bon sang, pourquoi s'évertuer à faire des films sensés rendre les émotions d'une autre époque ? Un film hommage dans une filmo, OK ! Mais une filmo complète, halte là !
Si il veut redorer le blason du cinéma bis qu'il adore tant, qu'il aporte quelque chose de nouveau dans le cinéma d'aujourd'hui, qu'il le fasse grandir et non se contenter de faire des "tribute to". Il a une énorme culture bis? Qu'il le prouve en faisant de vrais films bis moderne ! Se contenter de donner un grain 70's ne suffit pas à faire avancer le cinéma de genre. Je ne demande qu'à être conquis par Tarantino, mais avec un vrai film de genre, moderne et actuel, pas un erzats contemporain de ce qui se faisait il y a 30 ans.
_________________
Atomik Circus - Film culte. Par amour des mes coui...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Walter Paisley
99 % irradié
99 % irradié


Inscrit le: 27 Nov 2004
Messages: 1399
Localisation: Place du Colonel Fabien

MessagePosté le: Lun Juil 24, 2006 9:03 pm    Sujet du message: Répondre en citant

John Yebs a écrit:
choix minutieux de bande originale


Oué alors ça bon, bof, quoi... Sur Kill Bill il prend un Morricone pour une scène de western, un morceau asiatique pour une scène chambara etc etc... Rien de bien minutieux là-dedans.
Pour Reservoir Dogs et autres, il n'a fait que reprendre des chansons d'une époque pour les mettre dans son film... Pareil, je veux bien, les chansons peuvent être sympas, mais enfin, on peut pas dire que ça soit révolutionnaire (dans Happy Days ils réemployaient des morceaux des années 50 alors que la série datait des 70s et on en faisait pas tout un foin new_noel ).


Citation:
refus de récit linéaire


Là pour Reservoir Dogs que tu prends comme exemple, c'est vrai que c'est assez bien vu et ça permet de créer le suspense (le spectateur veut savoir ce qui se passera à la fin, mais aussi ce qui s'est passé avant).

Citation:
retranscription à l'écran d'éléments propres à la littérature


Là je ne vois pas trop ce que tu veux dire... Faut voir au cas par cas.

Citation:
et réinvention permanente d'éléments culturels


Alors là par contre, je ne vois pas du tout en quoi il réinvente des éléments culturels. Si c'est pour les transformer en trucs branchouilles cool attitude à grand renforts de clichés et d'exagérations en tout genre, merci bien.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Bigbonn
Psycho-cop
Psycho-cop


Inscrit le: 13 Déc 2004
Messages: 4599

MessagePosté le: Lun Juil 24, 2006 9:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ouaip, les avis sont partagés et le mien aussi. new_noel

Je rejoins Throma dans ce qu'il dit mais aussi Erazorhead et John Yebs pour certaines choses.

J'ai aussi l'impression que ce qui énerve le plus Nickbur (mais je me trompe peut-être), c'est tout le battage fait autour de Tarantino. Ses films, sans le battage, où serait le scandale? (et d'ailleurs, pas de scandale pour moi mais bon...)

Petit retour en arrière: à l'époque de sa sortie, Reservoir Dogs n'avait pas, me semble-t-il, engrangé un nombre énorme de spectateurs, en tout cas en France. Il avait été bien perçu par des journaux cinés comme Le Cinéphage qui en avaient parlé en bien, ce qui fait que je l'avais emprunté au vidéo-club pour aller le voir chez un pote (qui m'avait dit, "qu'est-ce que c'est que ce truc? Jamais entendu parler, pourquoi que t'as pris ça?" mais qui après avait été sacrément emballé)

Bref, je pense que Tarantino n'est pas un escroc (ceci dit, il peut y avoir des escrocs sympathiques) mais n'est pas un génie non plus (et il peut y avoir des génies imbitables).

L'un de ses atouts, c'est qu'il offre des rôles consistants à ses acteurs, des rôles qui les sortent un peu de leurs sentiers battus; qu'il n'hésite pas à aller chercher des has-been ou des seconds couteaux pour les mettre en vedette et qu'il sait tenir une caméra et structurer un récit (avec des excès parfois mais, dans l'ensemble, je suis preneur, même si je n'accroche pas à tout).

S'il était vraiment un escroc, je pense aussi qu'il en serait à son 26ème film et pas à, quoi... 5 ou 6 films.

Sinon, pourquoi devrait-il réaliser un film bis moderne?
On ne réalise un film bis que par manque de moyens en général. Le bis est moins un choix qu'une contrainte, parfois magnifiée, et le cinéma d'exploitation n'est pas le moins roublard, qui surfe sur les modes, les copie (certes, pas à trente ans de distance), parfois avec un franc bonheur mais pas toujours, loin de là, les pressure jusqu'à les vider de leur substance, le but étant quand même de faire des entrées et de plaire à son public, le plus nombreux possible.

Allez, pour finir, petit extrait du Cinéphage n°18, novembre-décembre 1994, sous la plume de Gilles Boulenger (qui n'est pas parole d'évangile, hein, qui n'est que son avis sur le bonhomme et son cinoche, à l'époque de la sortie de Pulp Fiction): "Pour certains, il est devenu l'homme à abattre; pour d'autres, dont nous sommes, il est celui qui revitalise un cinéma américain en pleine phase amniotique. (...) Tarantino a posé les jalons non pas d'un cinéma rapporté mais d'un cinéma ludique, inédit à ce jour. Un cinéma pour qui la référence est le seul carburant capable d'aboutir à la fiction pure, autrement dit un cinéma dégraissé de tout fatras psychologique, départi de toute conscience sociale aiguë et aux aspirations mythologiques. Pas de quoi susciter, au final, de haine tenace, tout au plus peut-on comprendre le mépris de ceux qui pensent que le cinéma ne doit pas être seulement un terrain de jeu mais, avant tout, un regard sur le monde". (on l'aura compris, à l'époque, le Quentin était surtout critiqué par les tenants d'un cinéma qui a quelque chose à dire (gosh!) et qui lui reprochaient notamment une certaine complaisance dans la violence, ce qui, vu les films listés par les psychovisionneurs, peut faire assez sourire ici).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
jack deth
40 % irradié
40 % irradié


Inscrit le: 25 Nov 2004
Messages: 475
Localisation: dans un panier en osier

MessagePosté le: Lun Juil 31, 2006 9:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

pour reprendre une expression entendue sur une émissions radio et prononcée je ne sais plus par qui "tarantino n' est pas un réalisateur, c' est un DJ. C' est a dire qu' il prend des bouts de film et les colle ensemble" je trouve que ca lui colle assez bien.
Maintenant esse un bon ou un mauvais DJ... ça chacun son truc...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16074
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Mar Oct 03, 2006 2:44 pm    Sujet du message: Répondre en citant

il est vieux ce sujet ... Un DJ , je trouve que c'est bien vu .
Une chose n'a pas été dite à mon humble petit avis : Pourquoi Tarentino est-il pompé lui aussi à son tour si ce n'est que tout dans le cinéma est une affaire de recyclage plus ou moins appuyé ?

Ni escroc, ni génie, sans doute sincère, mais brasse beaucoup de vent dans des mises en scènes assez savantes qui ressemblent de plus en plus à des exercices de styles assez vains. Gros risque également de tourner en rond à moyen terme.

Mouais je sais, je sors. icon_cool
_________________


Dernière édition par mallox le Dim Déc 06, 2009 10:21 pm; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Divers Toutes les heures sont au format GMT
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com Charcoal2 Theme © Zarron Media