The Unwritten 2
Titre tome: Les infiltrés
Genre: Fantastique , Comics
Année: 2011
Pays d'origine: Etats-Unis
Editeur: Panini Comics
Collection: Vertigo
Scénario:
Mike Carey
Dessin:
Peter Gross
 

 

Tom Taylor a été prisonnier toute sa vie de l'héritage littéraire de son père... et de Tommy Taylor, le célèbre jeune magicien fictif avec qui il partage son nom. Mais aujourd'hui, le voici prisonnier d'une tout autre façon.

Accusé du meurtre de plusieurs auteurs célèbres par la faute de forces qu'il commence tout juste à appréhender, Tom se retrouve derrière les barreaux en terre étrangère. Les murs de sa geôle l'empêchent peut-être de sortir, mais ils n'empêchent pas ses puissants ennemis d'entrer, eux qui souhaitent que le jeune homme devienne aussi mort que ses prétendues victimes.

Tom va s'apercevoir que les romans de son père sont peut-être son seul espoir de s'évader. Mais quand le mur entre réalité et fiction s'effrite, mieux vaut ne pas être en dessous lorsqu'il s'effondrera.

 

Si le premier tome de cette série décidément atypique et d'une ambition/d'une inventivité étonnante m'avait semblé complexe à certains moments et jetait au lecteur une poignée d'éléments tous plus sibyllins les uns que les autres, je constate que ce second tome en rajoute encore une couche. Moi qui espérais quelques éclaircissements, j'en suis plutôt pour mes frais de ce côté-là. Si je devais faire la liste des questions sans réponses que m'inspire Les infiltrés, j'arrivais probablement à une trentaine. Qui dit mieux, à part certains albums d'Andreas ?

En fait, le lecteur est un peu dans la même situation que Tom Taylor, le personnage principal, qui s'exclame justement : "Quel est ce jeu où tout le monde connaît les règles sauf moi."

Du coup, je sors de cette lecture en me sentant à la fois un peu frustré, encore plus intrigué, à force de suivre cette ribambelle de scènes et depersonnages dont je ne saisis toujours pas le sens (forcément caché) et la nature exacte : un père-écrivain-démiurge à la fois absent et présent, une carte géographique de lieux en rapport avec des fictions, des personnages fictifs d'un ersatz d'Harry Potter qui font irruption dans la "réalité" (du moins celle du comics), une mystérieuse organisation au moins centenaire qui tire des ficelles dans l'ombre (mais quelles sont ces ficelles au juste ?), un personnage principal qui n'est pas ou ne veut pas être Tommy Taylor tout en semblant l'être, une incursion dans une Allemagne nazie de 1940 fantomatique, une fillette dont la passion pour le pseudo-Harry Potter mène vers une forme de psychose et, en bonus, un curieux dernier chapitre où nous voilà propulsé dans un univers à mi-chemin entre Le vent dans les saules et Winnie l'ourson où se retrouve piégé un (faux) lapin au langage ordurier (qui contraste comiquement avec le contexte tout le monde-il-est-beau-tout le monde-il-est-gentil) qui veut faire la peau à une (fausse) fillette qui n'est autre que la romancière créatrice de ce petit monde enfantin.

 

Et pourtant... je ne peux pas m'empêcher d'être fasciné et même bluffé par The Unwritten, par les multiples surprises qu'offre son intrigue (je défie quiconque de pouvoir anticiper le contenu du chapitre suivant, voir même de la scène suivante) mais aussi toute la réflexion sous-jacente que le scénariste a introduit dans son histoire sur les rapports entre réalité et fiction, l'influence plus essentielle qu'on ne le pense de la seconde sur la première, car, en lisant cette BD, j'ai eu la confirmation d'une intuition que j'avais déjà eu moi-même : à savoir que, au bout du compte, tout n'est qu'histoires, si on considère que les histoires sont "ce qui est créé par l'esprit humain afin de donner un pseudo-sens à ce monde" : les philosophies sont des histoires, la célébrité est une histoire, les religions sont des histoires, les propagandes (notamment ici durant le IIIè Reich) sont des histoires, les amours et les haines sont des histoires.

Comme le disait l'auteur à la fin du tome 1 : "Nous vivons tous dans la caverne de Platon et nous avons couvert les murs de fictions".

Et qui sait si, finalement, ce ne sont pas les histoires que nous forgeons qui nous définissent, ainsi que notre sois-disant réalité.

Dans ce cas, pas étonnant que dans The Unwritten, reflet de cette réflexion, on nage en pleine confusion entre les deux.

Réflexion aussi, en passant, sur un phénomène éditorial de portée mondiale et un engouement à la limite de la psychose (comme le cas de la fillette citée plus haut) qui renvoie à une certaine "pottermania" dans notre réalité et ses excès.

 

Qualité de sa "dramaturgie", richesse thématique, rythme soutenu qui rend cet album complexe heureusement attractif, je regrette juste un peu que cette histoire-là (celle de Mike Carey), malgré ses qualités indéniables (il suffit de voir ma note), soit aussi alambiquée pour l'exprimer, au point qu'on se demande comment et quand le scénariste parviendra à rassembler tous les fils d'une intrigue qui forme pour l'instant une sorte de toile d'araignée pour le lecteur. Et donner une petite Pierre de Rosette pour déchiffrer le tout...

Elle n'en reste pas moins divertissante, originale, audacieuse et en tous les cas foisonnante. Mais exigeante également si on la compare au tout-venant des comics.

Emouvante aussi, lorsque l'on suit le quotidien du père de la fillette, un directeur de prison dépassé par des événements menant à une véritable tragédie. Et faire ressentir de la sympathie pour un directeur de prison, vous avouerez qu'il y a déjà de quoi être admiratif...

A découvrir absolument.

 

Note : 9/10

 

Vorpalin

 

A propos de ce comics :

 

- Site des auteurs : http://www.mikeandpeter.com/

- Site de l'éditeur : http://www.paninicomics.fr/web/guest/home

Vote:
 
9.00/10 ( 1 Vote )
Clics: 2285
0
Écrire un commentaire pour cette bd Écrire un commentaire pour cette bd
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Méta-baron 1 Méta-baron 1
Suite à sa dernière bataille, soldée par une nouvelle victoire sur l'Empire Techno-technos, le Méta-baron vit en reclus dans son Méta-bunker, il s'est fa...
Epées de verre 4, Les Epées de verre 4, Les
Yama a enfin accompli sa vengeance et du même coup renoué avec son passé, son petit frère a rejoint l'aventure, ainsi qu'un second élu, possesseur d'une ...
Aventures extraordinaires de Lio 2, Les Aventures extraordinaires de Lio 2, Les
"Lio's Astonishing Tales from the Haunted Cryptof Unknown Horrors" nous présente des scènettes de la vie de Lio, un petit garçon atypique et assez solitair...

Autres films Au hasard...