votre psychovision du soir
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 140, 141, 142
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Divers
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 16074
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Jeu Avr 30, 2020 7:01 am    Sujet du message: Répondre en citant



Les Éternels - 2019
(Ash is purest white)

De Jia Zhangke
Avec Zhao Tao, Liao Fan, Xu Zheng...

En 2001, la jeune Qiao est amoureuse de Bin, petit chef de la pègre locale de Datong.
Alors que Bin est attaqué par une bande rivale, Qiao prend sa défense et tire plusieurs coups de feu. Elle est condamnée à cinq ans de prison...


Bluffé par ce nouvel opus du sieur Jia Zhangke qui s'est parfois vu taxé de froideur en lieu et place de pudeur, et de confusion alors que son film est composé de plusieurs tranches de gâteau (peu sucré), d'époques et de vie, bref, il avance par strates.
C'est beau, violent, sans appel... c'est tout à la fois une fresque, un mélodrame qui évite le sirupeux et pratique les ellipses, les acteurs y sont superbes et le fond social, omniprésent, montre remarquablement l'évolution politique de la Chine vers une société capitaliste cachée derrière une façade.


----




Le Lac aux oies sauvages - 2019

De Diao Yinan
Avec Hu Ge, Gwei Lun Mei, Liao Fan...

Un chef de gang en quête de rédemption et une prostituée prête à tout pour recouvrer sa liberté se retrouvent au cœur d’une chasse à l’homme. Ensemble, ils décident de jouer une dernière fois avec leur destin...

Après "Les Éternels", ce très chouette "Lac aux oies sauvages" (dans lequel on retrouve d'ailleurs le même Fan Liao) démontre que les meilleurs films récents du confinement sont d'origine... chinoise ! Ha ha ha !

C'est très stylisé, avec une recherche formelle de chaque instant. Une chose qui aurait pu lui nuire et en faire un objet froid, auteurisant... finalement c'est le contraire qui se passe. L'émotion qui s'en dégage y est à fleur de peau, la toile de fond sociale, omniprésente, et pour le reste on nage en plein récit romantique en forme de thriller, à l'image de "Les Éternels" d'ailleurs.
Une autre chose qui étonne au regard de ces deux petites perles, c'est la faculté qu'ont leur metteur en scène (Jia Zhangke et Diao Yi'nan ici) de dépoter à tout instant les gunfights ou les scènes de bastons et de violence les plus bluffantes de la galaxie, de celles qui renvoient nos tatanemen des blockbusters américains à la crèche en pleurant après leur doudou ! Des scènes qui, comme toute bonne cuisine, sont réservées.

Bref, en cette période de covid, la meilleure antidote est de manger chinois !
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Bigbonn
Psycho-cop
Psycho-cop


Inscrit le: 13 Déc 2004
Messages: 4595

MessagePosté le: Mer Juin 17, 2020 12:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant



mallox a écrit:
Sinon, vu ce film signé Jordan Peele, au cinoche donc.


Get Out, difficile d'en parler sans trop en dire. Ne pas s'attendre à un chef-d'oeuvre, ni au thriller paranoïaque le plus corrosif de la mort qui tue, mais ça reste toutefois bien mené (et même un peu jouissif par moments, histoire d'épuiser mon quota du mot jouissif pour l'année.)


Vu hier et sans trop savoir de quoi il retournait.
J'ai bien aimé l'ambiance qui se construisait progressivement pour baigner le héros noir dans l'inquiétante étrangeté d'une demeure luxueuse de blancs plus qu'aisés. Dommage que ça traine en longueur au milieu du film et qu'on se dise "oui, ok, on a compris, avançons, please" parce que le film a des qualités : une tension qui monte par petites touches, des pointes d'humour autour des préjugés notamment et un final en crescendo.
Mais un quart d'heure en moins dans le ventre mou du film n'aurait pas fait de mal.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Bigbonn
Psycho-cop
Psycho-cop


Inscrit le: 13 Déc 2004
Messages: 4595

MessagePosté le: Dim Aoû 30, 2020 1:55 pm    Sujet du message: Répondre en citant

The Omega Man a écrit:
A cure for wellness (USA) / A cure for Life (Fr)
Réalisateur : Gore Verbinski
Musique: Benjamin Wallfisch
Image : Bojan Bazelli
Scénario : Gore Verbinski, Justin Haythe
Acteurs: Jason Isaacs, Dane deHaan, Mia Goth



« Mais que c'est il passé ? » C'est la première question qui m'est venue à l’esprit lorsque je suis sortit de la salle !
N'ayant pas encore cette année mis les pieds dans une salle de cinéma, j'hésitais entre le remake « The Ring » ou un film intitulé « A cure for Wellness », en regardant de plus prés je me suis aperçut que ce fameux film n'était pas aussi obscure qu'il paraissait car réalisé par Gore Verbinsky (Pirates des Caraïbes) et produit par la Fox, donc distribué dans tous les complexes cinéma de Belgique et de France ! Hors nous sommes bien en présence d'un film malade, réalisé par un malade, pour des malade, ce qui est logique puisque le film traite de la maladie ! Un film de malade car non content de nous enfermer (avec le héro!) dans un hôpital pendant 2h20, il nous fait partager les méthodes peu orthodoxes du maître des lieux avec des scènes tellement traumatisante qu'elle n'apparaisse même pas dans la bande annonce [..] bref le film par en vrille tous les quart d'heure quand il n'aligne pas une scène de nudité tellement crue qu'elle met mal à l'aise [...] ou des délires pseudo érotique [...]. Certains diront que le film ne mènent nulle part, sinon à un dénouement prévisible, mais comme disait Phillipe Pollet Villard « Dans un voyage ce n'est pas la destination qui compte mais toujours le chemin parcouru et surtout les détours », ce qui résume bien le film de Verbinsky, en fait le film nous invite à un voyage dans la passion d'un cinéaste pour le genre, mais contrairement à un frustre Tarantino trop démonstratif, Verbinsky y met une vraie passion discrète mais aussi primaire et licencieuse (voir le final!). Le film aurait put nous conduire comme ça pépère vers un final schizo à la « Shutter Island », sauf qu'a vingt minute de la fin le réalisateur pète un câble et croit se retrouver sur le plateau de « Pirates des Caraibes » avec une bonne rasade [...]
Résumé comme ça cela ne ressemble à rien pourtant ce film est incroyable, avec des décors magnifiques, une musique angoissante à souhait, des situations qui font penser en vrac au « Baiser du Vampires » (le bal avec tous les invités habillé en blanc), à la « 9émé configuration », à David Lynch, au film de la Hammer (le château, les villageois hostiles) et tout un pan du cinéma fantastique. Alors que le film aurait dut être l’œuvre d'un réalisateur en disgrâce (depuis le déplorable « Lone Ranger ») a la recherche de rédemption et d'un autre blockbuster consensuel, on se retrouve face à un véritable régal de perversité, réalisé par un vrai passionné, à voir !new_amour new_amour new_amour


Alors je l'ai regardé en me souvenant que quelqu'un en avait dit beaucoup de bien (et sans relire cette notule heureusement car elle en dit beaucoup et surtout beaucoup trop si on veut se garder un peu d'effet de surprise).
Bon, alors au contraire d'Omega, moi j'avais bien aimé le Lone Ranger mais je suis ressorti virtuellement au bout d'une heure de cet hôpital, un peu lassé de ce que j'y voyais et j'ai poussé régulièrement l'accélérateur pour arriver au bout quand même...
Je vois bien ce qu'a pu lui trouver l'Omega mais j'ai trouvé ça bien trop long et finalement trop peu spectaculaire (ou alors trop sporadiquement spectaculaire) pour ce que ça avait à raconter...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Valor
Psycho-cop
Psycho-cop


Inscrit le: 22 Fév 2007
Messages: 5402
Localisation: Vanves

MessagePosté le: Dim Aoû 30, 2020 3:03 pm    Sujet du message: Répondre en citant

je l'avais vu il y a un ou deux ans avec ma fille et j'en garde peu de souvenirs, sinon une histoire bien délirante et parfois glauque, de très belles scènes et d'autres un peu gâchées par des effets spéciaux envahissants... Et puis surtout, cette impression que vous avez déjà évoquée, qu'au moment où tout aurait pu se terminer honorablement, on nous ressert une bonne demi-heure totalement indigeste et inutile !

Sinon de mon côté, j'ai récemment vu le 1er film d'Alex Proyas, passé totalement inaperçu à sa sortie : Spirits of the Air, Gremlins of the Clouds. Un très beau film, tant visuellement qu'émotionnellement. A voir...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Bigbonn
Psycho-cop
Psycho-cop


Inscrit le: 13 Déc 2004
Messages: 4595

MessagePosté le: Jeu Sep 03, 2020 7:32 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Valor a écrit:
Sinon de mon côté, j'ai récemment vu le 1er film d'Alex Proyas, passé totalement inaperçu à sa sortie : Spirits of the Air, Gremlins of the Clouds. Un très beau film, tant visuellement qu'émotionnellement. A voir...

C'est noté ;) (Je dois dire que je n'en avais jamais entendu parler)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Valor
Psycho-cop
Psycho-cop


Inscrit le: 22 Fév 2007
Messages: 5402
Localisation: Vanves

MessagePosté le: Jeu Sep 03, 2020 11:41 pm    Sujet du message: Répondre en citant

enaccord8
Bientôt en Blu-ray... icon_rolleyes
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Divers Toutes les heures sont au format GMT
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 140, 141, 142
Page 142 sur 142

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com Charcoal2 Theme © Zarron Media