Ordre des dragons, L'
Titre tome: Intégrale
Genre: Fantastique , Vampirisme , BD européennes , Intégrales
Année: 2012
Pays d'origine: France
Editeur: Soleil
Collection: Soleil ésotérique
Scénario:
Jean-Luc Istin
Dessin:
Denis Rodier, Elia Bonetti
Couleurs:
Simon Quemener, Élodie Jacquemoire
 

1919. Dans les Highlands, Hank rencontre en rêve le fantôme de madame Darmanson, une voyante appartenant à l'Ordre des Dragons. Elle lui révèle l'endroit et l'heure auxquels il pourra tuer celui par qui viendra l'Holocauste. Personne ne sait son nom mais avec cet indice, Hank pourra tuer Hitler avant qu'il ne devienne le Führer. 1930 dans la région de Ladakh. Une expédition défie le froid cinglant des montagnes de l'Himalaya. En tête, le professeur Harrisson de l'Academy of Natural Sciences of Philadelphia. Elles parviennent au coeur d'un lieu insoupçonnable alliant anges bibliques et sculptures celtiques. Trois ans plus tard à Berlin : Eva assiste, impuissante, au meurtre de son ami, Elie Strauss, un ethnologue réputé. Celui-ci a cependant eu le temps de lui transmettre un pli contenant des informations étranges. Aidée des indices laissés par le défunt, la jeune femme fait une découverte historique : La Lance de Lug, un dieu Celte. Celle-ci lui sauvera la vie.

 

Au fil de mes lectures, le scénariste Jean-Luc Istin (grand connaisseur des mythes celtiques dont il fait souvent la matière de ses séries) a réussi à m'inspirer un capital de confiance plutôt rare chez ses confrères. Les scénarios d'Istin sont d'un grand classicisme, certes, et il ne faut pas s'attendre de sa part à une volonté d'innover. Juste de raconter de bonnes histoires et de le faire avec talent, savoir-faire, intelligence et régularité. Et de faire preuve, en sus, d'un sens de la construction hors-pair. J'avais déjà eu l'occasion d'apprécier ses qualités dans, notamment, l'excellente série Les Druides et sa participation à la nouvelle série à succès, Elfes. J'étais toutefois curieux de voir ce que donnerait de sa part une incursion - plutôt inédite pour lui - dans le thriller ésotérique moderne.

Et de constater que, une fois encore, le scénariste est égale à lui-même, dans ses qualités comme... dans ses défauts.

D'un côté, Jean-Luc Istin démontre à nouveau son talent pour raconter une histoire prenante, riche et solidement charpentée. D'un autre côté, les ingrédients avec lesquels il jongle cette fois ont été utilisés tellement souvent ces dernières années dans le genre du fantastique ésotérique que cette lecture fut, disons, assez routinière tout de même. On pourra rétorquer qu'il en est pourtant de même pour les légendes arthuriennes (sur lesquels Istin à beaucoup écrit) mais celles-ci, formant un corpus cohérent et archétypal depuis des siècles, il est difficile - voir incongru - de trop s'y écarter.

En revanche, dans le fantastique moderne qui est comme un grand sac à malices où le scénariste peut piocher dans une grande variété d'idées et de légendes, il y a moyen de dénicher des éléments un peu plus originaux que les nazis et la Loge Thulé, une lance qui - pour ne pas être celle de Longinus - n'en est pas moins l'artefact classique aux grands pouvoirs, un calice aux allures de Graal, des archéologues, des mythes, des vampires (dont l'inusable Vlad Tepes), des sociétés secrètes... Istin semble n'avoir quasiment rien oublié du cahier des charges du genre et c'est peut-être ce souci de quasi exhaustivité de ressortir à nouveau toutes les vieilles scies de la tendance "pulp ésotérique" à la Indiana Jones qui, tout en restant malgré tout plaisant, laisse une grosse sensation de déjà lu.

 

Alors, certes, de ce mélange de plantes poussant d'une terre archi-rebattue, le scénariste imagine sa propre petite mythologie mêlant une race angélique appelée Promères et leur ennemis héréditaires vampiriques (de même que leurs défenseurs humains respectifs : l'Ordre des Dragons pour les uns, la Loge Thulé pour les autres). Mais au bout du compte, cela ne suffit pas à transcender vraiment les ingrédients de base, trop souvent rencontrés ailleurs.

Cela dit, le scénario - bien ficelé - se suit avec plaisir et c'est encore une fois dans le travail solide de narration d'Istin que l'on peut trouver de l'intérêt, notamment par deux approches intéressantes : tout d'abord d'éviter une linéarité monotone (ainsi le tome 2 revient sur des événements qui étaient restés dans l'ombre dans le premier tome et les flash-backs sont assez nombreux) et ensuite d'articuler chaque album selon le point de vue d'un des personnages principaux. Cette idée astucieuse permet notamment de varier le ton et comprendre plus facilement la progression de chacun d'eux. On notera d'ailleurs que le personnage de l'archéologue allemand, Ernst Shafër, est intéressant par son ambivalence, plutôt indécis entre sa fidelité nationale et sa conscience rétive à l'idée que le monde puisse basculer dans une ère de ténèbres. Loin de la tradition pulp, avec ses héros sûrs d'eux et ses vilains complètement pervertis, Shafër n'est pas une caricature.

De même, l'alternance entre scènes à suspens, action et explications sur la mythologie hybride inventée fait que l'histoire est très bien équilibrée (ni trop d'action ni trop de bla bla encombrant) et se lit sans ennui, créant un rythme de lecture idéal qui, par ailleurs, ne se perd pas dans certains méandres comme c'est parfois le cas avec Jean-Pierre Pécau (ex : L'Histoire Secrète) ou Thomas Mosdi (ex : L'île des Morts).

Bref, si l'on accepte la soupe d'influences très classiques et que l'on est pas trop blasé par le genre (ce qui, malheureusement, est un peu mon cas) et une énième confrontation entre le bien et le mal du type anges/démons, on peut ne pas bouder son plaisir car c'est tout simplement bien fait.

D'autant que - c'est aussi à signaler - il existe pas mal de séries ésotériques mélangeant des ingrédients similaires mais franchement en-dessous de celle-ci dans leur traitement stéréotypé.

 

Graphiquement, les planches de Denis Rodier sont de belle facture dans le genre réaliste et, s'il ont excepte quelques plans un peu bâclés, l'ensemble est fort agréable à l'oeil et bien maîtrisé, contribuant aussi beaucoup au plaisir qu'on peut y prendre. Le travail d'Elia Bonetti sur le tome 0, également fort réussi, tranche un peu avec celui de son confrère en raison d'un encrage assez appuyé donnant un effet "comics" mais qui est en phase avec l'ambiance sombre de la montée du nazisme et des exactions des SA.

L'Ordre des Dragons est une oeuvre bien ouvragée sur le plan narratif, solidement bâtie, bien illustrée, à laquelle je reprocherai des sources d'inspiration trop souvent employées pour être un tant soit peu surpris.

 

Tome 1 : La Lance (2008)

Tome 2 : Le Mont Moïse (2009)

Tome 3 : Le Premier (2009)

 

Note : 7,5/10

 

Ragle Gumm

 

A propos de cette BD :

 

- Site de l'éditeur : http://soleilprod.com/

Vote:
 
7.50/10 ( 2 Votes )
Clics: 1699
0
Écrire un commentaire pour cette bd Écrire un commentaire pour cette bd
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Puella Magi Madoka Magica 1 Puella Magi Madoka Magica 1
Si les garçons ont les super-héros et les Shonen, les petites filles ont les Magical girls, ces adolescentes qui possèdent des pouvoirs magiques, comme leu...
Minas Taurus 1 Minas Taurus 1
Grèce, Ve siècle avant JC. Un homme se réveille presque nu, affamé et transi de froid dans une ville qu'il ne connait pas, il n'a aucun souvenir de son pa...
Tour fantôme 1, La Tour fantôme 1, La
1952, une femme fut retrouvée assassinée d'une étrange manière, attachée aux deux aiguilles d'une horloge au somment d'une tour, le temps passant, les ai...

Autres films Au hasard...