Hulk 1 : 1962-1963
Titre tome: Intégrale 1 : année 1962-1963
Genre: Super-héros , Intégrales , Science-fiction
Année: 2003
Pays d'origine: Etats-Unis
Editeur: Marvel France
Scénario:
Stan Lee
Dessin:
Jack Kirby / Steve Ditko
Sortie VO: 1962
 

Voici la naissance de l'Incroyable Hulk, le géant vert, seconde création de Stan Lee après les Quatre Fantastiques, la base des Marvel. Au début le colosse n'est pas vert mais gris et il ne rencontre pas un franc succès auprès du public qui lui préfère les premières créations de Lee et sa bande. Pourtant, ce gentil monstre (enfin gentil mais pas trop !) a tout pour plaire, je trouve. Une tête inspirée par Boris Karloff dans Frankenstein et des transformations incontrôlables façon Docteur Jeckyll et Mr Hyde.

Avant tout, rappelons rapidement la terrible histoire. Le docteur Robert Bruce Banner mène des expériences sur les rayons gammas mais, pour sauver un jeune imprudent, Rick Jones, il s'expose aux fortes radiations qu'il a lui-même créées. Et voilà, Hulk est né car les rayons gammas modifient le comportement du scientifique qui, la nuit venue, tel un loup garou, se transforme en un affreux monstre. Le problème c'est que Robert Banner ne contrôle pas ces changements brutaux et ses actes, pareil en cela au docteur Jeckyll dans le génial roman de Stevenson. Alors le géant vert n'est pas tout de suite un justicier mais avant tout une créature qui doit contrôler ses pulsions. C'est là toute la force de ce comics. Il faut faire abstraction de l'ambiance guerre froide qui sévit un peu trop fortement au début de la Bd pour arriver véritablement à la question que pose les aventures de Hulk, c'est-à-dire : peut-on contrôler ce qui est enfoui en nous, ce côté bestial, guerrier, qui est là, caché dans notre cerveau reptilien ?


Derrière des aventures rocambolesques comme l'invasion des hommes crapauds venus de l'espace ou bien encore Tyrannus, celui qui vit dans les entrailles et qui vient défier l'incroyable homme vert, se cache en fin de compte un message très philosophique si je puis dire. Qu'est ce que l'homme ? Tout comme dans Docteur Jeckyll et Mister Hyde, Stan Lee réfléchit sur notre nature profonde, sur notre part d'animalité et sur la façon de l'utiliser. Il montre combien l'homme est peu ouvert d'esprit, combien il utilise en priorité la force et combien son savoir est entièrement tourné vers la destruction. En fin de compte, Hulk est une oeuvre plus sombre qu'elle ne veut bien le montrer au premier abord et cela change un peu des autres supers héros car Hulk n'est pas un invincible, il est quelqu'un qui subit.

N'oublions pas non plus qu'Hiroshima et Nagasaki sont encore proches et qu'il règne un climat étrange sur le monde en ce temps là. Stan Lee semble être clairement anti-nucléaire et surtout anti-militariste, nous montrant un général gueulard qui ne comprend rien à l'amour, à la vie et qui se bat le plus souvent avec des armes dérisoires.

Cela étant dit, on passe un très agréable moment à lire les histoires du professeur Banner. Les scénarii sont simples et efficaces, tendant vers la série B et la Science-fiction fantaisistes. Pas de prise de tête abusive.

Dans les premiers épisodes le dessin est assuré par Jack Kirby (associé à Joe Simon, il crée Captain America, puis avec Stan Lee il crée les Quatre Fantastiques). C'est très simple mais en même temps les expressions sur les visages des personnages sont très bien rendues, les transformations spectaculaires et les scènes d'actions très bien faites. Par la suite, c'est le grand Steve Ditko (Spider-Man et Docteur Strange) qui prend le relais avec un style simple, efficace et beaucoup plus direct que Kirby qui obtient d'ailleurs ici ma préférence.

Les méchants qu'affronte Hulk sont quelque peu ridicules mais après tout c'est le géant vert qui est son propre ennemi, ici. Cependant, dans les farouches opposant à Hulk, j'ai beaucoup aimé le maître de manège qui peut hypnotiser les foules au cours de son spectacle et leur faire faire ce qu'il veut. Tout le monde aura ici compris le message, faites attention à ne pas vous faire hypnotiser par tout et n'importe quoi et peut être surtout pas par la société du spectacle.

Hulk est donc un très bon comics, plus intelligent qu'il n'y parait, un peu simpliste aux niveaux des histoires qu'il nous raconte et peut être même un peu daté mais sacrément rythmé et très éducatif. Merci Géant Vert !!!


Note : 8/10

 

Le Cimmerien

Vote:
 
8.94/10 ( 247 Votes )
Clics: 3358
0
Écrire un commentaire pour cette bd Écrire un commentaire pour cette bd
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Piège sur Zarkass 1 Piège sur Zarkass 1
An 3001, après des siècles de domination masculine et de catastrophes multiples, les femmes ont enfin pris le pouvoir et réorganisé totalement la populati...
Violent Cases Violent Cases
A la vue de Mirror Mask, on pouvait se demander ce qu'il y avait de si bien à voir travailler McKean et Gaiman ensemble. Je dois dire que je l'attendais ce fil...
Pathfinder 3 Pathfinder 3
Notre troupe d'aventuriers composée du guerrier Valeros, de la sorcière Seoni, du sage Ezren, du nain Harsk, de la prêtresse Kyra et de la voleuse Merisiel...

Autres films Au hasard...