Ice From the Sun
Genre: Horreur , Expérimental
Année: 1998
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Eric Stanze
Casting:
DJ Vivona, Ramona Midgett, Angela Zimmerly, Todd Tevlin, Jason Christ, Tommy Biondo, Joseph Palermo, Tracey Hein...
 

The Presence règne sur une dimension qu'il a créée avec son maître sorcier et dont l'entrée est rendue impossible aux anges et démons par une épaisse couche de glace. Il y convie de temps en temps six mortels pour les massacrer et garder leurs âmes prisonnières. Alison est interrompue en pleine tentative de suicide par un ange qui lui fait le récit de cette histoire et lui confie la mission de rencontrer The Presence afin de lui faire admettre qu'il a un jour aimé, ce qui aura l'heureux effet de faire fondre la glace, laisser la porte ouverte aux anges et démons, et mettre fin aux sacrifices.

 


Qu'il fascine ou qu'il irrite, Ice From the Sun ne laisse pas indifférent. Tourné en 8mm avec des acteurs amateurs et les moyens du bord, il ne s'en dégage pas moins une profonde recherche artistique... voilà qui annonce du cinéma indépendant de grande envergure !
Le film se découpe en quatre passages assez distincts et de longueurs variables : le prologue, le clip du générique, l'exposition des faits et des personnages et enfin les meurtres à la chaîne. Ce parti pris de narration va avoir des conséquences notables sur le visionnage de ce film.
Un consensus semble se former parmi les spectateurs sur le fait que la scène d'exposition est une horrible erreur qui peut faire basculer ce métrage du statut de petit chef d'oeuvre expérimental à celui de grosse zèderie (ce n'est pas forcément péjoratif !) en l'espace d'une dizaine de minutes : on nous y inflige en alternance l'annonce de l'intégralité de l'intrigue en voix off sur des plans fixes (adieu suspens, bonjour ennui) et une discussion d'un intérêt plus que limité autour d'une pizza entre les six veinards qui vont partir à l'abattoir.

 


Ce passage aussi soporifique que fauché contraste nettement avec le reste de la pellicule qui est une vraie démonstration de bravoure. Le seul problème étant que, placé ainsi au début du film, il risque non seulement de faire fuir le public peu téméraire mais surtout modifier complètement la perception que le spectateur peut avoir de la suite des évènements.
Cela est bien dommage car c'est un vrai régal parsemé d'effets gore très réussis, de mises à mort ingénieuses et variées (la brune Angela Zimmerly connaîtra une fin particulièrement lente, douloureuse et…assaisonnée !) Les effets visuels en tous genres sont omniprésents et transcendent complètement ce qui se déroule sous nos yeux : depuis les filtres colorés aux rotations de caméra en passant par le négatif, les angles audacieux, les images inversées, accélérées, ralenties, etc. On assiste à une authentique leçon de cinéma qui repousse très loin les limites du matériel à disposition du réalisateur. Enfin la bande-son gorgée d'expérimentations diverses et boostée au punk agressif colle parfaitement aux images et leur apporte un plus indéniable.

 


En conclusion "Ice From the Sun" est un objet cinématographique assez déconcertant, aux ambitions certes démesurées en comparaison au budget alloué mais en grande partie atteintes. A mettre entre les mains de tous ceux qui désirent sortir des sentiers battus de l'horreur et avoir la preuve qu'il existe encore des réalisateurs de talent ayant pour seules armes leur jeunesse, leur indépendance et leur courage !

 

Princesse Rosebonbon
Vote:
 
4.00/10 ( 4 Votes )
Clics: 3280
0

Autres films Au hasard...