Eté de la dernière étreinte, L'
Titre original: Nureta shumatsu
Genre: Erotique , Drame , Roman Porno
Année: 1979
Pays d'origine: Japon
Réalisateur: Kichitaro Negishi
Casting:
Junko Miyashita, Junichiro Yamashita, Ako, Aoi Nakajima, Kenji Shimamura...
 

Dans la petite entreprise où elle travaille, Shimako couche depuis dix ans avec son patron, Goro. Aussi, en vain, attend-elle que ce dernier divorce, comme il lui a promis. En parallèle, Shimako entretient une liaison avec un ouvrier, Tajima. La vie avec ce garçon est moins routinière et, lassée d'attendre Goro, elle emménage chez Tajima. Mais Tokiko, ex-petite amie de Tajima, débarque chez ce dernier suite à une rupture amoureuse, et décide d'y habiter. Une vie à trois des plus insouciantes va s'imposer et l'ennui les amènera à kidnapper la fille de Goro.

 

Kichitaro Negishi est un réalisateur timide. En mettant en valeur l'aspect dramatique de son intrigue, au détriment de scènes érotiques peu excitantes, il livre un troisième long métrage témoignant plus du sérieux du roman porno que de son tempérament à être un objet subversif. Du coup, son "pusillanisme" créatif en matière de scènes chaudes sera plutôt consternant autant pour le spectateur averti que pour le novice. On regrettera de surcroît le manque de soin apporté à la mise en scène, sans saveur, sans éclat, qui sied mal à la magnifique photographie de Shohei Ando, déjà directeur de la photo sur "La chambre noire". Mais, n'oublions pas que ce n'est que son troisième film, et soyons donc indulgents. Cela étant, vous comprendrez que mis à part une masturbation dissimulée au dessous d'un jean serré ou une scène de faux triolisme se rapprochant fortement d'un candaulisme forcé, la matière à faire vibrer le spectateur dans "L'été de la dernière étreinte" est bien distillée. Le film correspond à une oeuvre mineure et fade, que ce soit dans la carrière de Kichitaro Negishi ou dans le catalogue roman porno de la Nikkatsu.

 

Le côté dramatique est plus ou moins sauvé par la poignée de personnages désabusés dont Negishi brosse le portrait. Honnête, il peint, au centre, révoltée et mélancolique, la tendre Junko Miyashita. Tous là pour tromper, grâce au sexe, l'ennui d'une société aliénante, les protagonistes du tableau pâtissent, malheureusement, d'une certaine tendance à être la somme des stéréotypes clés du roman porno. Sans que cela en soit vraiment dérangeant, c'est bien dommage et empêche le film de s'envoler vers les sommets. Mais en 1979, ce n'est qu'un début de carrière pour Negishi et son oeuvre, en général, s'attachera le plus souvent par la suite à parler de personnages complexes, dotés d'une autre finesse.
Pour revenir à Junko Miyashita, l'une des trois grandes reines du roman porno, si elle n'atteint pas le talent d'interprétation d'une Mari Tanaka ou d'une Naomi Tani, elle dévoile une palette de jeu qui illumine tout le film. En assoiffée de sexe toute aussi jalouse que vengeresse, au début vêtue de blanc pour ensuite, à la fin de l'heure, arborer du rouge, elle est décidément plus qu'une simple actrice de pinku eiga. La force tragique de son personnage qui, du haut de ses trente ans, ne rentre pas dans les moeurs japonaises puisqu'encore célibataire, occupera tous les angles du film. On notera qu'elle commença sous la houlette de Koji Wakamatsu, dans "La famille du sexe" en 1971, et connut bien d'autres réalisateurs, ne serait-ce que Noboru Tanaka.
Enfin, s’il y a une chose qui a tendance à vouloir tirer vers le haut "L'été de la dernière étreinte", c'est sa bande originale. Composée par Hitoshi Sasaki, ce dernier a écrit une série de morceaux pop des plus efficaces, réellement harmonieux, avec un sens de l'universalité mélodique rare dans l'univers de la B.O. de film. Pas encore branchés eighties, on y sent les derniers relents des fructueuses et somptueuses années 70.

 

"L'été de la dernière étreinte" satisfera les inconditionnels de Junko Miyashita et les jeunes amateurs de pinku-eiga, mais les autres risquent d'être potentiellement déçus. Quoique la découverte des formes généreuses de la splendide Ako (l'actrice qui incarne Tokiko, l'ex-petite amie de Tajima et la "rivale" de Shimako) vaut largement le détour...

The Hard

 

En rapport avec le film :

 

# La fiche dvd Wild Side du film "L'été de la dernière étreinte"

Vote:
 
6.67/10 ( 9 Votes )
Clics: 9118
0

Autres films Au hasard...