Chambre des Tortures, La
Titre original: Pit and the Pendulum
Genre: Horreur
Année: 1961
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Roger Corman
Casting:
Vincent Price, Barbara Steele, John Kerr, Luana Anders, Antony Carbone, Lynette Bernay...
 

Francis Barnard, un anglais, vient au château des Medina pour découvrir les raisons de la mort de sa soeur, l'ex-madame Nicholas Medina. Elle vivait là en compagnie de son époux et de la soeur de celui-ci, Catherine. Doutant de la version des faits de Nicholas, Francis va découvrir les véritables raisons de la mort de sa soeur, raisons qui ne sont pas indépendantes de l'atmosphère du château, qui abrite notamment une salle de torture utilisée jadis par Sebastien Medina, père des habitants actuels et inquisiteur réputé.

 

 

Second des huit films de Roger Corman consacrés à Edgar Poe, "The Pit and the Pendulum" est bien entendu très proche de celui qui l'a précédé ("The Fall of the House of Usher") et de ceux qui lui succèderont. Il s'agit d'un film gothique, au vrai sens du terme. Il met en scène un personnage incarné par Vincent Price, un personnage torturé. Torturé non seulement par la récente disparition de sa femme aimée, mais également par son enfance.
Et là, on trouve l'un des principaux intérêts de Corman, trop souvent oublié lorsque l'on évoque son cycle Poe : la psychanalyse freudienne. En effet, Corman, très épris des théories de la vieille baderne autrichienne, trouvait particulièrement intéressant d'appliquer ces thèses aux écrits d'Edgar Poe, dans lesquels les personnages ont tous plus ou moins vécu un traumatisme, ici enfantin. Ce traumatisme qui trouve des répercussions immédiates dans le présent où Nicholas va être persuadé que sa femme a connu la même fin que sa mère, mise en cercueil alors qu'elle était encore vivante.
Et vu qu'il va se produire des choses étranges dans le château, tendant à prouver la présence de feu Elizabeth Medina, l'incertitude va régner. La folie de Nicholas devient de plus en plus évidente. Au point que l'on se demande si ce n'est pas lui qui est à l'origine de tout ce bordel, tandis que le médecin de famille va tenter de prouver le contraire, malgré l'attitude hostile et agressive de Francis Barnard. Bref les personnages s'influencent habilement les uns les autres, celui de Vincent Price étant l'épicentre de tous les enjeux. Ce qui tombe bien, compte tenu qu'encore une fois l'acteur crève l'écran.
Pourtant, tout ce qui a été établi à leur encontre subira un ultime retournement de situation, suite à un twist cruel plutôt bien amené. Auquel on pouvait cela dit s'attendre, puisque toutes les autres solutions ont été désavouées.

 

 

Pourtant, malgré tout ceci, malgré la noirceur de ce qui arrive à l'écran, l'humour n'est jamais absent. Certes on nous présente un cadre magnifique abritant une aristocratie décadente (d'ailleurs au passage, comme d'habitude, signalons la sublime photographie signée Floyd Crosby et Daniel Haller), certes la mort et la torture sont omniprésentes dans l'atmosphère du château (lequel, à l'instar de la maison Usher, est presque un personnage vivant), mais pourtant il y a une grand trace d'ironie et d'autodérision.
Dans le jeu de Price, notamment, dont la douleur exprimée devient caricaturale, mais aussi dans le final du film, avec un dernier plan à l'humour noir très marqué, qui renvoie à des films comme "Le Corbeau", une comédie noire remarquable, aboutissement des films antérieurs de Corman tels que "Bucket of Blood" ou "La Petite boutiques des horreurs". En gros gothique oui, gothique dans l'architecture du château, dans l'isolement moral et physique des personnages, mais pas gothique au sens cinématographique moderne du terme (noirceur à outrance, maquillages et tous les stéréotypes qui vont avec).

 

 

"La Chambre des tortures" est au final un excellent film, un des meilleurs du cycle Poe (qui n'a d'ailleurs pas vraiment connu de mauvais films). Quelle belle époque que celle du cinéma fantastique des 60's, qui démontrait que cinéma d'exploitation pouvait aller de pair avec talent créatif.

Note : 8/10

Walter Paisley
Vote:
 
8.67/10 ( 9 Votes )
Clics: 4472
0

Autres films Au hasard...