"V" - The Hot One
Genre: Porno
Année: 1978
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Gary Graver (sous son pseudo Robert Mc Callum)
Casting:
Annette Haven, John Leslie, Paul Thomas, Laurien Dominique, Kay Parker, Joey Silvera, Desiree West...
Aka: Jeux sexuels d'une jeune fille gourmande
 

Valérie (Annette Haven) est une jeune femme, très belle, mariée à Paul (John Leslie), un avocat plutôt aisé. Malheureusement pour elle, son mari consacre la majeure partie de son temps à son travail, et de ce fait il a tendance à la négliger. Valérie possède une forte libido, et elle estime qu'elle a encore beaucoup à apprendre sur sa propre sexualité ; la faute, certainement, à une mère pudibonde qui l'a éduqué dans une voie où le sexe était un pêché.
Lors d'un dîner avec des amis, Larry (Paul Thomas) et Helen (Laurien Dominique), Valérie apprend qu'une de ses anciennes amies, Carolyn, est devenue call-girl.
Cette nouvelle la perturbe fortement. Elle se met à interroger Paul afin de savoir s'il a fréquenté autrefois des prostituées. L'univers de la prostitution devient alors un fantasme tournant rapidement à l'obsession. Une nuit, Valérie se réveille, quitte le domicile conjugal, et s'en va arpenter les quartiers chauds de la ville. Elle s'offre d'abord à deux hommes dans un cinéma porno, puis se vend pour une somme symbolique à un jeune marin pressé de tirer un coup. Mais cela ne la satisfait pas. Le lendemain, Valérie parvient à trouver le lieu où Carolyn exerce sa profession, un bordel de luxe dirigé par une certaine Jacinda (Kay Parker). Cette dernière accepte de l'engager...

 

 

De toute évidence, "V - The Hot One" est librement inspiré du célèbre "Belle de jour" de Luis Buñuel (1967), lui-même étant une adaptation du roman éponyme de Joseph Kessel (publié en 1928). Bien sûr, il serait parfaitement inutile de chercher à comparer le classique de Buñuel avec un film hardcore, même si ce dernier fait partie des très bons films réalisés durant l'âge d'or du cinéma X américain. Il faut dire que son auteur, Gary Graver, directeur de la photo renommé et réalisateur talentueux dans le cinéma d'exploitation, avait déjà basculé dans le hard en 1975 avec "3 A.M.", dans lequel figurait Georgina Spelvin. "V - The Hot One" est son deuxième film à caractère pornographique, et il s'agit d'une oeuvre en tous points remarquable, préfigurant d'autres oeuvres mémorables comme "The Ecstasy Girls" et "Amanda by Night".
Afin de trouver un équivalent à Catherine Deneuve, il fallait une actrice possédant un charisme exceptionnel, et qui mieux qu'Annette Haven aurait pu tenir ce rôle ? Issue d'une famille de Mormons, c'est une éducation pudibonde qui poussera la jeune femme à entrer dans le monde du porno (en cela, le teaser de "V - The Hot One" pourrait être un clin d'oeil au passé de l'actrice). Durant les années 1970, Annette Haven va pouvoir montrer l'étendue de son talent dans bon nombre de films incontournables, parmi lesquels on peut citer "Femmes de Sade", "Mémoires d'une puce", "Desires Within Young Girls", "Barbara Broadcoast", "La venue des anges", "Take-Off" ou encore "Maraschino Cherry". Dotée d'un petit gabarit (1m65 pour 50 kg), Annette Haven va régner pendant une quinzaine d'années dans le X (jusqu'au "Love You" de John Derek, produit par Bo Derek). On la verra encore jusqu'à la fin des années 1980 dans quelques films mineurs tournés en vidéo, avant qu'elle ne se retire définitivement du circuit. Elle reste à ce jour l'une des actrices majeures du porno, de par sa beauté, son tempérament et la qualité de son jeu.

 

 

"V - The Hot One" suit donc le parcours d'une jeune femme sexuellement perturbée, d'une part à cause de son éducation, d'autre part à cause d'un mari négligent. On la voit tour à tour exhibitionniste, se masturbant devant une fenêtre, et se sachant observée par un voisin ; puis généreuse avec le meilleur ami de son mari (elle lui prodigue une fellation au cours d'une soirée, alors qu'il s'était retiré dans une pièce pour téléphoner). Une soif de sexe inextinguible qui lui fait prendre tous les risques, autant lors de la soirée en question, où elle aurait pu être surprise par son mari, que plus tard dans le cinéma, où là elle sera prise en flagrant délit par le personnel. Une nuit qui finira lamentablement par un coït "éclair" dans un camion avec un jeune marin.
Rien de follement excitant, a priori, pourtant Valérie va poursuivre sa "croisade sexuelle", parvenant même à atteindre son but : devenir une call-girl. Cependant, son premier client sera tellement bourré qu'il y aura coïtus interromptus. Quant au second, un pervers masochiste, il congédiera la pauvre Valérie pour incompétence. C'est toutefois avec un autre maniaque qu'elle commencera à maîtriser sa nouvelle profession.
Au fur et à mesure que l'on suit ce parcours "initiatique", on réalise que Gary Graver ne fait pas de cadeau à son héroïne. Celle-ci va aller de frustrations en désillusions, et connaître même l'humiliation en plusieurs occasions, ce jusqu'à une chute pour le moins cruelle.

 

 

"V - The Hot One" (V étant le surnom que se donne Valérie dans l'exercice de sa profession) est donc une étude de moeurs aux accents sardoniques, servie par des acteurs assurant autant dans les ébats que dans les débats, avec notamment un quatuor de choc constitué d'Annette Haven, John Leslie, Paul Thomas et Kay Parker, tous excellents. Les dialogues sonnent justes, s'avérant même très pertinents. Ce qui n'empêche pas le film d'aligner de très bonnes scènes pornographiques, au demeurant. Celles-ci s'intercalent de façon parfaitement homogène dans le récit, alternant des scènes "classiques" à deux protagonistes, dont deux particulièrement chaudes mettant en lice Annette Haven tour à tour avec John Leslie puis Paul Thomas. On retiendra également le passage du "proviseur" dans le bordel, dans lequel notre pervers pépère est sollicité par trois pensionnaires de la maison close (parmi lesquelles la sculpturale Desiree West, qui fut la première actrice noire à devenir une vedette du X).
En assumant une position peu orthodoxe dans le milieu pornographique, à savoir qu'assouvir ses fantasmes ne conduit pas forcément au bien-être, Gary Graver prouve une fois encore qu'il a été un réalisateur à contre-courant des idées généralement véhiculées dans le X. "V - The Hot One" constitue indéniablement l'une de ses nombreuses réussites dans le genre, en plus d'offrir à Annette Haven l'un de ses rôles les plus marquants.

 

 

Note : 8/10

Flint

 

En rapport avec le film :

 

# La fiche dvd Wild Side du film "V-The Hot One"

 

Vote:
 
5.68/10 ( 19 Votes )
Clics: 16505
0

Autres films Au hasard...