Desires Within Young Girls
Genre: Porno
Année: 1977
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Richard Kanter (sous les pseudos Ramsey Karson et Roger Kramer)
Casting:
Georgina Spelvin, Annette Haven, Clair Dia, John Leslie, John Seeman, Paul Thomas, Abigail Clayton...
Aka: A quoi rêvent les jeunes filles ?
 

Dans la famille Stone, je voudrais la mère (Madeline/Georgina Spelvin)... et la fille aussi, enfin... les deux (Cecilia/Annette Haven, et Penelope/Clair Dia). Et puis, tiens, pendant que j'y suis, le père, également (Charles/John Leslie). Ah... perdu, pioche ! Enfin, creuse, plutôt, le bon Charles vient de trépasser. Une belle mort en vérité, puisqu'il a succombé à un arrêt cardiaque après un coït endiablé avec sa charmante épouse. Cela dit, le décès inattendu de Charles n'arrange pas vraiment Madeline (Maddy pour les intimes, et ils sont nombreux), étant donné que feu son mari ne détenait pas seulement la bourse mais les cordons allant avec.

 

 

Ayant toujours mené un grand (arrière) train de vie, que ce soit avec Charles ou ses précédentes conquêtes, Maddy craint la banqueroute et, la quarantaine arrivant, elle commence à perdre confiance en elle, à douter de l'efficacité de son charme altéré par le poids des ans.
Sans état d'âme, notre veuve joyeuse ne va pas hésiter à se recycler en mère maquerelle, en employant ses propres filles comme armes fatales auprès de la gent masculine. Objectif avoué : marier Cecilia (Cissy pour les intimes, et ils ne tarderont pas à être nombreux) et Pénélope (Penny pour les... enfin, bref) à des hommes fortunés. Une perspective qui semble exciter Cissy, plutôt délurée d'autant qu'elle fricote déjà avec Martin, le chauffeur de la famille, mais contrarier Penny, rêvant quant à elle d'un amour romantique. Celle-ci va d'ailleurs tomber amoureuse de Mark, dépêché par Maddy pour initier la petite Pénélope aux joies du sexe. Mais Mark n'est pas millionnaire, et Maddy va conduire ses deux filles à une soirée très spéciale organisée par un vieil ami, Harrison Price (le toujours impeccable John Alderman), dont la perversité est équivalente à l'épaisseur de son compte en banque...

 

 

Bien que dix huit années séparent Georgina Spelvin d'Annette Haven, ces deux légendes du X américain appartiennent à la même génération, celle du 35 mm (les films), celle du 35 cm (John Holmes), et toutes les deux ont donc débuté dans le porno à la même époque (1973 pour Georgina avec notamment "Devil in Miss Jones", 1975 pour Annette). Quant à Clair Dia, dont le nom est bien moins évocateur, elle fut pourtant l'une des pionnières dans le X américain des années 70, commençant une pourtant brève carrière dès 1972, qui s'achèvera à la fin de cette même décennie dans le "Doctor Dracula" d'Al Adamson. Clair Dia joua en effet dans quelques films en dehors du porno, bien que l'essentiel de sa filmographie tourne autour de la lettre X. En deux occasions elle passera aussi à la réalisation, avant de tomber dans l'oubli. Ce "Desires Within Young Girls" présente l'opportunité de (re)découvrir cette charmante et talentueuse actrice, rousse à la peau laiteuse qui n'est pas sans rappeler Lisa De Leeuw (même si le tour de poitrine n'est pas comparable).
Ce trio d'actrices constitue donc l'essence du film de Richard Kanter (réalisateur peu prolifique, auteur d'une dizaine de films, une moitié de pornos, l'autre étant constituée de divers films d'exploitation en début de carrière), reprenant pour l'occasion l'idée de base de "Comment épouser un millionnaire" de Jean Negulesco en 1953. Dans ce classique, il ne s'agissait pas d'une mère et ses deux filles, mais de trois amies, interprétées par Marilyn Monroe, Lauren Bacall et Betty Grable. "Desires Within Young Girls" demeurera peut-être l'oeuvre la plus aboutie de Kanter, probablement grâce à l'apport de Harold Lime en qualité de scénariste et producteur. Celui-ci aura souvent collaboré avec Richard Kanter, comme avec Gary Graver, pour engendrer la plupart du temps d'excellents films.

 

 

"Desires Within Young Girls", au niveau du sexe, reste assez traditionnel, avec cinq scènes (sur les sept, huit si l'on compte le passage manquant, cf fiche dvd) concernant des rapports hétérosexuels classiques entre un homme et une femme. Une autre scène met en lice deux femmes, une dernière un homme avec deux femmes. Un peu de saphisme et de triolisme, donc, rien de bien méchant, rien de pervers, mais beaucoup d'humour dans ce film. On est effectivement dans la pure comédie, avec Annette Haven prise en levrette dans une grange par un cow-boy rustaud, et qui éternue car allergique à la paille. Un accouplement cocasse qui fera dire au cheval témoin de la scène : C'est vraiment incroyable ! Plus tard, dans la villa de Price, la même Annette, devant jouer la victime d'un militaire sadique, parviendra à retourner la situation en déconcentrant son tortionnaire (un coup j'me gratte la rillette, un coup je fais une bulle avec mon chewing-gum). Décontenancé, le général d'opérette sera même humilié quand il verra sa prisonnière se masturber frénétiquement devant le manque d'initiative de son bourreau. Quant à Clair Dia, elle manoeuvrera habilement afin de mettre à mal un Turk Lyon ("Femmes de Sade", "Sex Boat") pourtant très motivé, en lui faisant croire successivement qu'elle a une tumeur, des hémorroïdes et des saignements vaginaux après chaque rapport. Bref, le Lyon partira la queue basse, en pleine débandade. Rassurons-nous, comme nous sommes dans une comédie, Cissy et Penny finiront par trouver chaussure à leur pied (le prenant, soit dit en passant). Même la mère parviendra à se recaser, avec un riche armateur dont le bateau mouillait à quai (comme Maddy... hum, hum... pardon, je m'égare).

 

 

Au niveau du casting, on frise la perfection, les acteurs se montrent admirables autant dans le jeu que dans l'acte, avec en première ligne la divine Annette Haven, présente dans la moitié des scènes hard. On retiendra avant tout sa rencontre avec Paul Thomas à la fin du film, particulièrement réussie, au même titre que le long passage dans lequel John Leslie (qui a donc un double rôle dans le film) met en pratique sur Clair Dia ses leçons d'éducation sexuelle. "Desires Within Young Girls" permet aussi d'apprécier quelques actrices tout aussi charmantes comme Joan Devlon (qui jouait une infirmière dans "Hard Gore"), Bonnie Holiday ("Female Athletes"), sans oublier Abigail Clayton ("Sexworld"), qui sera un peu plus tard l'une des héroïnes du "Maniac" de William Lustig. Chez les hommes, on retiendra le professionnalisme des hardeurs confirmés John Leslie et Paul Thomas, de même que la prestation toujours remarquable de John Alderman ("Amanda by Night"). Bien filmé, de surcroît, avec l'apport de travellings latéraux, d'une caméra parfois placée en hauteur apportant de la variété dans les plans, "Desires Within Young Girls" est à ranger parmi les belles réussites du porno américain. Et les fans d'Annette Haven seront comblés, puisque les deux prochains titres édités par Wild Side lui seront consacrés, avec "V – The Hot One", et "Soft Places". This is Haven on Earth !

 

 

Note : 8/10

Flint

 

En rapport avec le film :

 

# La fiche dvd Wild Side du film "Desires Within Young Girls"

 

Vote:
 
6.60/10 ( 10 Votes )
Clics: 12099
0

Autres films Au hasard...