Point de non retour, Le
Titre original: Yi chu ji fa
Genre: Polar , Action
Année: 1991
Pays d'origine: Hong Kong
Réalisateur: Ringo Lam
Casting:
Sammo Hung, Teresa Mo, Tommy Wong, Irène Wan, Vincent Wan Yeung Ming, Helena Law, Billy Chow...
Aka: Touch and go / Point of no Return
 

"L'oie", surnom du gros Sammo Hung dans le film, tient un petit snack. Un soir, il est témoin du meurtre d'un policier, froidement exécuté par des tueurs à la recherche de photos compromettantes. Repéré, il devient à son tour une cible pour ces criminels dirigés par un certain "Roi des enfers", tout en se liant peu à peu d'amitié avec un flic, "Pitt", désireux de venger la mort de son ancien coéquipier.
En acceptant de collaborer avec la police, L'oie se retrouve directement confronté au psychopathe qu'il a identifié et qui est libéré sous caution, alors qu'il vient de tenter de les occire, Pitt et lui, au cours d'une course-poursuite en voiture... L'injustice est flagrante et révolte Pitt, qui a l'impression qu'on crache sur les restes de son ami assassiné, et L'oie, qui se dit que cette idée de témoigner n'aidera finalement pas la justice mais plutôt les tueurs lancés à ses trousses.
Réfugié chez Pitt après l'incendie de son appartement, il fait la connaissance de sa soeur, pour laquelle il semble éprouver assez vite quelques sentiments peut-être réciproques. Il l'utilise pour aller voir sa vieille mère qui souhaite lui voir prochainement une descendance, tandis que le "Roi des enfers" continue ses affaires sordides autour d'un bordel de luxe dirigé par l'avocat véreux qui l'a fait libérer sous caution. Petit à petit, les confrontations deviennent de plus en plus violentes et, inexorablement, L'oie, Pitt et le Roi des enfers se dirigent vers un affrontement final forcément dantesque et sanglant.

 

 

Petit Lam que celui-ci, Le point de non retour ne brille guère par ses trop rares qualités et déçoit beaucoup plus qu'il n'enthousiasme. Comme souvent avec Sammo Hung, son physique de gros mais costaud est exploité dans la veine comique et dans la veine action. Le cul un peu entre deux chaises, le film se retrouve ainsi tiraillé entre quelques tentatives humoristiques le plus souvent ratées, notamment les scènes avec la mère de "L'oie" voulant juger des aptitudes physiques de sa belle-fille présumée en lui faisant adopter des postures grotesques (Teresa Mo, déjà vue aux côtés de Stephen Chow ou d'Eric Tsang mais aussi dans le "Hard Boiled" de John Woo), et des séquences d'action pure beaucoup plus réussies.
Le problème est qu'on ne croit pas des masses à cette histoire de photos prises dans un bordel et de meurtre sordide et encore moins à la remise en liberté d'un type qui vient quand même de tenter d'attenter à la vie d'un policier et d'un témoin. C'est tout simplement trop caricatural pour être un minimum crédible et le reste est à l'avenant, des rebondissements mettant aux prises les héros aux méchants, au comportement des uns et des autres dans toutes les circonstances.

 

 

Du coup, le temps semble bien long entre les bastons et quand, en plus, en pleine poursuite automobile, la BMW à phares ronds de Pitt se retrouve dotée d'optiques rectangulaires lorsqu'elle passe entre deux camions, avant de retrouver ses feux d'origine, on se dit qu'il y a de la négligence dans l'air et on a du mal à pardonner cet à-peu-près, étant donné le manque d'intérêt de l'ensemble. Pourtant, tout n'est pas à jeter dans ce film plus qu'inégal : le psychopathe, incarné par un Tommy Wong à la gueule assez marquante, n'est pas mal du tout ; les cascadeurs prennent, comme souvent à Hong-Kong, tous les risques pour que l'action soit à son maximum, que ce soit lorsqu'ils tombent d'un toit et traversent une verrière ou lorsqu'ils bondissent d'une voiture qui explose dans la seconde ; les combats sont souvent efficaces et impressionnants ; et le final, entre pluie intense et flammes brûlantes, offre son lot de scènes brutales et réussies.

Mais l'absence de crédibilité forte de l'histoire et des personnages ne permet pas d'accrocher plus que cela à ce spectacle qui tourne à vide ; et les clins d'oeil de Sammo Hung à d'autres genres, comme le Wu Xia Pian, lorsqu'il empoigne un sabre, ne font que vider un peu plus le film de tout intérêt véritable. De Ringo Lam, on pourra, et de loin, privilégier "City on Fire", Full Contact, Full Alert, et quelques autres. On gagnera, en revanche, à éviter ce Point de non retour vraiment mineur dans sa filmographie.

 

 

Bigbonn

 

A propos du film :

 

Le faux-raccord ou : la bagnole qui changeait de phares en cours de route (c’est le cas de le dire) :

 

Début de la poursuite : la BMW blanche a des phares bien ronds. Et soudain, après un virage serré, ils deviennent rectangulaires !

 

Toute une partie de la poursuite se fera avec ces optiques aux lignes bien droites... avant de redevenir circulaires pour la fin de la séquence !


En rapport avec le film :

# La fiche dvd Metropolitan FilmExport de Le point de non retour

Vote:
 
5.00/10 ( 1 Vote )
Clics: 3042
0

Autres films Au hasard...