Bold Caballero, The
Genre: Action , Aventures
Année: 1936
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Wells Root
Casting:
Robert Livingstone, Heather Angel, Sig Ruman, Ian Wolf, Robert Warwick, Emily Fitzroy, Charles Stevens...
 

Tandis que la région de Santa Cruz est sous la coupe d'un Commandante cruel et peu fidèle envers la couronne espagnole, le mystérieux Zorro, qui mène les pauvres Indiens à la révolte et entretient leur ferveur révolutionnaire contre les spoliations, s'est fait prendre comme un con. Encagé, il est amené près du gibet où la corde qui doit le pendre n'attend plus que son cou. C'est alors qu'un soldat annonce l'arrivée proche d'un nouveau gouverneur qui risque bien de remettre en cause les pratiques autoritaires et injustes du commandant Sebastian Golle, que quelques Indiens un peu plus révoltés que d'autres favorisent la fuite de Zorro.

 

 

C'est ensuite un bellâtre raffiné, parfumé et précieux qui va à la rencontre du nouveau gouverneur et fait ainsi la connaissance de sa charmante fille, lady Isabella Palma. Don Diego Vega se présente comme un charmant séducteur de ces dames et est presque témoin du meurtre du gouverneur Palma. Témoin ou coupable ? Car Vega n'est autre que Zorro et le corps de Palma porte le Z qui signe les forfaits du justicier masqué. Mourant, le vieux soldat inflexible qu'est Palma fait jurer à sa fille qu'elle se vengera de son bourreau, qu'elle le vengera de Zorro...

 

 

Bon petit film que ce Bold Caballero mettant en scène un Zorro plus cagoulé que masqué mais finalement assez peu présent, laissant la part belle à son double officiel, Don Diego. Charmeur, roublard, chanteur à ses heures de sérénade langoureuse (peu, heureusement), le beau Diego ravit le cœur de la belle Isabella, sans que celle-ci ne devine sa double identité. Pour un peu, il arriverait même à séduire le commandant aussi brutal que ridicule (Sig Ruman, vu notamment chez les Marx Brothers mais aussi dans Le triomphe de Tarzan), le cyranoïsant en le faisant passer pour plus subtil qu'il n'est en réalité, et le roulant dans la farine tout en tombant dans ses bras sous les yeux étonnés d'une Isabella qui leur souhaite "beaucoup de bonheur à tous les deux !" Scène surprenante, évidemment humoristique, mais néanmoins à l'image du film, naviguant entre sérieux et bonne humeur et attribuant à ses personnages des qualités et des défauts marqués. C'est ainsi que la douce Isabella est bien plus costaud qu'elle n'en a l'air, femme de décision au caractère trempé faisant montre de qualités que lui envieraient bien des premiers rôles féminins de films à plus forte audience. Energique, maniant le verbe avec talent, elle s'impose non comme la belle jeune femme à protéger mais bien comme une femme de pouvoir à l'autorité naturelle nimbée d'un sens de la justice qui en fait une partenaire idéale pour un Vega faussement léger.

 

 

Malgré des moyens limités, ce que l'on constate notamment au niveau des décors (Santa Cruz se réduit à une petite place et quelques maisons) et du nombre de soldats de la garnison, The Bold Caballero bénéficia néanmoins en son temps de la couleur, avec le procédé Magnacolor. Le résultat aujourd'hui n'est pas bien brillant, le film n'ayant visiblement pas profité d'une restauration ou autres retouches. En fait, on a l'impression que le film a été colorisé, et plutôt mal... Mais soit, il est visible et c'est bien l'essentiel (en dvd chez LMLR, qui l'annonce en noir et blanc), plaisant d'un bout à l'autre, bien rythmé et classique dans le bon sens du terme.

Pour ma part, je regrette un peu le côté trop efféminé de Don Diego, dont les beaux costumes chamarrés et la préciosité des gestes en fait parfois un justicier homo, aspect renforcé par sa tenue plus proche de la cagoule SM que du masque de Renard, plutôt qu'un véritable séducteur aux talents de bretteur insoupçonnés tombé sous le charme de la belle Isabella, elle-même conquise par tant de grâce, de belles paroles et de coups de lames précis. Mais bon, je chipote, là...

 

 

Bigbonn

 

En rapport avec le film :

 

La belle Heather Angel, actrice incarnant Isabella Palma, serait l'inspiratrice des Sonic Youth pour leur chanson portant son nom (d'après IMDB). Ma foi, après en avoir lu les paroles, je ne saurai le confirmer (pour tout dire, je n'ai pas vraiment compris le sens de ces paroles...)

Vote:
 
6.00/10 ( 1 Vote )
Clics: 2358
0

Autres films Au hasard...