Rape After, The
Titre original: Yin Zhong
Genre: Zombie , Gore , Horreur
Année: 1984
Pays d'origine: Hong Kong
Réalisateur: Moon-Tong Lau
Casting:
Hing Yue Chang, Wai Man Chun, Cheng-Yu Chang, Tsui Sul, Ping Ha, Melvin Wong...
 

En offrant à sa petite amie une statuette qu'il a volé à un particulier, un photographe de charme est loin de se douter qu'un démon fornicateur va s'en extraire afin de violer sa compagne. Si la vilaine bestiole finit par s'évaporer dans les airs, elle laisse un heureux évènement à cette maman non-consentante. Un soir de conduite hasardeuse, la jeune femme perd la vie de la manière la plus épouvantable possible : brûlée vive dans son automobile. Qu'à cela ne tienne : ce n'est certainement pas ce fâcheux contre-temps qui dissuadera Bébé Monstre de débarquer dans le monde des vivants...

 

 

On ne se mouillera pas trop en affirmant que Moon-Tong Lau a vu et parfaitement digéré les films gores de Lucio Fulci. Si diverses influences telles que L'exorciste, "The Thing", voire Les entrailles de l'enfer ressortent de son Rape After, c'est surtout l'ombre du Maitre de la Putréfaction qui plane ici. Se présentant comme la réponse Hong-Kongaise à Frayeurs, le film de Lau réplique avec insolence et étale sa barbaque servie dans le même étal de boucher, sans oublier d'y distiller la même ambiance morbide.

The Rape After débute pourtant son long périple épouvantable par une figure imposée de l'horreur asiatique, à savoir le viol "monstrueux". Qui engendrera lui-même un nouveau-né dégueulasse extrait post-mortem du cadavre de sa mère calcinée dans un accident de la route. Qui activera logiquement l'Ouverture des Portes de l'Enfer. Desquelles débarqueront des spectres d'enfants. Qui seront à leur tour suivis de très près par des zombies fulciens râleux.

Ouf ! Devant une telle armada démoniaque, le spectateur peine à reprendre son souffle. C'est que Lau se plait à laisser groggy son audience en enchainant sans répit possible les séquences sanglantes/grotesques/effrayantes, sans basculer pour autant dans l'hystérie ou la confusion. Devant tant d'attention à son égard, le fan d'horreur ne peut qu'éprouver une grande reconnaissance envers son auteur, dont il s'agit curieusement de l'unique réalisation (l'homme étant davantage connu pour ses qualités de directeur de la photo sur pas mal de Jet Li ou encore du fameux "Histoire de fantômes chinois").

 

 

Fait notable : à aucun moment, le film ne cède à la gaudriole ou au second degré pour faire passer la pilule souillée de fluide(s) corporel(s) et de mollard d'outre-tombe. Tout juste laissera-t-on échapper un sourire devant cette scène délicate où un bonze coulant un bronze (et oui !) se fait croquer le fessier par un zombi émergeant d'une fosse à chiottes.

Moins fun, cette gouvernante hypnotisée à sa fenêtre par un cadavre ambulant, contrainte de se trancher en lamelles les doigts avant de se ficher un hachoir en travers de la caboche. D'autant que son agonie durera plusieurs minutes.

Autre part, les inconditionnels de césarienne s'achevant mal sauront goûter cet accouchement nécrotique évoqué plus haut aux effets spéciaux absolument remarquables incluant une tête de médecin happée puis arrachée par deux mains s'extirpant de l'entaille béante.

 

 

Non content de servir du gore imaginatif, The Rape After se révèle également convaincant dans le domaine de la terreur pure avec son climat oppressant quasi-permanent et sa musique sinistre. On se souviendra encore longtemps de ce père de famille éveillé en pleine nuit par des fantômes d'enfants squattant sa maison.

Peu de visages familiers au sein du casting, à l'exception de Melvin Wong que tout amateur de cinéma d'action made in HK connait et reconnait pour son éternelle et non moins fine moustache et plus simplement pour ses qualités indéniables d'acteur.

Moins connu que les productions horrifiques tardives de la Shaw Brothers telles que The Boxer's Omen ou Hex, (tous deux chroniqués sur Psychovision), The Rape After apparait comme une réussite incontestable que tout amateur du genre se doit de voir dans les plus brefs délais.

 

 

Throma

Vote:
 
0/10 ( 0 Votes )
Clics: 1819
0

Autres films Au hasard...