Vallée du solitaire, La
Titre original: High Lonesome
Genre: Western
Année: 1950
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Alan Le May
Casting:
John Drew Barrymore, Chill Wills, John Archer, Lois Butler, Kristine Miller, Basil Ruysdael, Jack Elam, Dave Kashner...
 

Surpris en train de voler de la nourriture, un jeune homme essaye de convaincre un monde incrédule que des tueurs sont à ses trousses. Ce que le jeune homme ne sait pas c'est qu'il est manipulé dans une sombre histoire de vengeance !

 

 

La Vallée du solitaire est le premier et unique film de Alan Le May, écrivain et scénariste reconnu dont le roman "The Searchers" servit de base au film "La Prisonnière du désert". Le May écrivit évidemment lui même le scénario de son film et transforma un genre avant tout réputé pour ses décors grandioses et la liberté de se déplacer en un western claustrophobique et paranoïaque. Le héros est (sur) joué par un John Drew Barrymore qui parait complètement schizophrène, en tout cas aux yeux de ses congénères pour qui cet individu particulièrement réactif semble être le coupable idéal. On a l'impression d'être (toutes proportions gardées) dans un Hitchcock transposé dans l'Ouest, tant le héros semble esseulé et traqué par les hommes et son destin. Car non seulement le pauvre est traqué par deux tueurs que lui seul et le spectateur aperçoivent, mais en plus il doit subir la suspicion de son entourage qui ne le croit pas. Même les plus vertueux qui hésitent à le condamner finissent par douter de son innocence tellement la malchance semble lui coller aux éperons. Heureusement, l'amour est aveugle et la belle Meagan, malgré ses doutes, sera la seule personne qui va croire en lui. Tous les deux, ils vont démêler les fils d'une intrigue qui remonte à plusieurs années en arrière, une époque où deux ranchs, les Davis et les Jessup, se sont opposés dans une impitoyable guerre dite des clôtures. Le résultat sera la disparition des Jessup et de leur troupeau, ce drame étant symbolisé par un champ rempli de squelettes d'animaux alignés le long d'une ligne droite qui était l'emplacement de la clôture. Une scène impressionnante et inédite qui est peut être la plus belle du film.

 

 

John Drew Barrymore (1932-2004) est le fils de John Barrymore (1882-1942) et le papa de Drew, son troisième enfant : les Barrymore sont dans le métier depuis le début du 20ème siècle (1914). Si John connut un réel succès, son fils alcoolique et drogué, ne réussit jamais à vraiment percer. Dans les années 60, il gagnera l'Italie où il fit une petite carrière dans le cinéma de genre ("Les Nuits de Raspoutine", "Les Cosaques", "La Princesse du Nil", "La Guerre de Troie", "Par le fer et par le feu", "La Bataille de Corinthe", "Le Sabre de la vengeance", etc.) La petite dernière (41 ans quand même) Drew, a suivi les traces de son paternel : alcoolique à 9 ans, elle fume du cannabis à 10, prend de la cocaïne à 12 et fait une tentative de suicide à 14 ! Aujourd'hui elle est une actrice / productrice comblée (Charlie et ses drôles de dames).
Chill Wills, acteur et chanteur est reconnaissable à son physique de bon vivant. Malgré son impressionnante filmographie il est plus connu pour le scandale qu'il provoqua lors des Oscars. En 1961, il est nommé dans la catégorie second rôle pour le film "Alamo", l'acteur aurait mené une véritable campagne marketing laissant sous entendre que ne pas voter pour le film serait anti-américain. Lâché par John Wayne lui-même et taclé par Groucho Marx, il rata l'oscar qui alla dans l'escarcelle de Peter Ustinov (un anglais !).

 

 

Jack Elam et le western, c'est une grande histoire : vous ne connaissez pas forcément son nom mais vous l'avez déjà vu quelque part, peut être dans l'ouverture de "Il Etait une fois dans l'Ouest", dans "Rio Lobo", ou dans l'une des multiples séries télé qu'il a fréquentées. Sinon, on peut noter sa contribution anecdotique mais hilarante à "L’équipée du Cannonball" dans le rôle du docteur Nikolas Van Helsing, le proctologue taré !
Pour ce western, deux actrices sont recrutées : Kristine Miller une habituée des films noirs ("La Tigresse" et "Shadow on the Wall") et des westerns ("Daniel Boone, terreur des Indiens", "Domino Kid", La Vallée du solitaire, "Tonnerre sur l' Arizona") et Lois Butler qui n'a pas marqué les esprits sauf pour sa participation à "Mickey" (1948).

 

 

Voila un western bien sympathique aux forts relents de thriller. Bien sûr on a son quota de fusillades et de romance, mais le côté "David Vincent" (il les a vus mais personne ne le croit) nous offre quelques plans à la limite du fantastique (voir la scène du bal où les tueurs se déplacent dans l'ombre comme des fantômes avant de disparaître). Le pauvre Barrymore n'est pas épargné (traîné derrière un cheval, fouetté comme le montrent les marques dans son dos) et se retrouve malgré lui embringué dans une machiavélique vengeance dont il ne sait rien. Echappant de justesse à une justice expéditive, il n'aura de cesse de hurler son innocence. Préfigurant une nouvelle vague d'acteurs écorchés vifs (Marlon Brando, James Dean, Dennis Hopper), Barrymore aurait pu connaître une belle carrière à la Kirk Douglas dont il partage le même jeu théâtral (voir "L'Homme qui n'a pas d'étoile", l'un des meilleurs Kirk Douglas), mais le destin et pas mal de substances illicites en décideront autrement !

 

 

The Omega Man

 

En rapport avec le film :

# La fiche dvd Artus Films de La Vallée du solitaire

Vote:
 
5.50/10 ( 4 Votes )
Clics: 1472
0

Autres films Au hasard...